La petite meute des censeurs n’aura pas la peau d’Eric Zemmour

Publié le 26 mars 2010 - par
Share

Que de rebondissements dans l’« affaire Zemmour » depuis quelques jours ! Il est difficile de synthétiser les nombreux retournements de situation qui ont opposé les quelques adversaires d’Eric Zemmour au soutien populaire et médiatique qu’il a reçu.

Dans le camp des préposés à l’Inquisition, nous trouvons finalement bien peu de monde. Evidemment, il y a les trois larrons autoproclamés « antiracistes » qui ne représentent plus qu’eux-mêmes : le Mrap, SOS-Racisme, et la Licra.

Rien d’étonnant de la part du Mrap de Mouloud Aounit, définitivement grillé par ses liaisons dangereuses avec les islamistes et son « antiracisme » discriminatoire et diffamatoire. Après avoir saisi le CSA, il décide de porter plainte contre Eric Zemmour pour « injure à caractère raciste ». Selon le communiqué du Mrap, le journaliste aurait dû dire que la délinquance est uniquement due « à des processus de marginalisation sociale, de concentration de la misère dans certaines zones, de ce que certains appellent une « ghettoïsation » de fait ». Toute autre explication ou condamnation de la délinquance est donc « raciste » pour le Mrap. Sauf évidemment quand les délinquants sont blancs ou français de souche et que leur victimes ne le sont pas, parce que là ce ne peut être que du « racisme » ethnique car génétiquement dû à des ancêtres colonisateurs.

SOS-Racisme, qui suit de plus en plus la même pente suicidaire sous la direction de Dominique Sopo, lui a emboîté le pas. Désormais ce groupuscule n’a plus rien à voir avec le SOS-Racisme de Malek Boutih. Normal, quand siègent au bureau national des gens comme Mohamed Sifaoui, ardent défendeur de l’islam et des musulmans qui pète un plomb dès qu’on ose critiquer le jeûne du ramadan ; ou Samuel Thomas, spécialiste en subornation de témoins comme dans l’affaire Vauvert (selon Libération du 6 décembre 2000) et pour qui le racisme anti-blanc n’existe pas plus que pour Mouloud Aounit ou Vincent Geisser.

L’arrivée de la Licra dans la chasse au Zemmour a été plus surprenante. Mais c’est son nouveau président, Alain Jakubowicz, qui a lui-même avoué la raison de ce ralliement : il veut faire prendre à la Licra un « nouveau virage », et renouer des liens avec … le Mrap ! Il fallait donc faire un exemple, et livrer la tête du juif Zemmour au nouvel ami, tout comme le roi fantoche Hérode livra celle du juif Jean le Baptiste à sa maîtresse Salomé.

LE VRAI RACISTE, C’EST ZEMMOUR, BIEN SUR !

http://de-de.facebook.com/note.php?note_id=220455285469

Aucune de ces trois organisations, dans leurs communiqués à l’encontre d’Eric Zemmour, n’a apporté le moindre argument à leur accusation de « racisme ». Elles n’ont fait qu’utiliser les vieilles ficelles rhétoriques du terrorisme intellectuel : la diffamation, les attaques ad hominem, et surtout le discrédit par association dans sa forme suprêmement ignoble : la « reductio ad hitlerum ».

Les trois groupuscules ont été rejoints par le Cran de Patrick Lozès, qui lui aussi ne représente que lui-même. C’est tout de même ubuesque de voir se prétendre « antiraciste » une association communautariste dont l’objet social et le nom sont basés sur un critère uniquement racial et racialiste car fondés sur la couleur de peau !

A la liste de ceux qui veulent traîner Eric Zemmour en justice, il faut également ajouter le club Averroès, tout aussi communautariste que le Cran puisque c’est une officine de lobbying maghrébin, qui elle aussi ne représente qu’elle-même.

Bien peu de monde, en somme !

Evidemment, ces boutiquiers ont été suivis par quelques journalistes, animateurs ou comiques troupiers du paysage audiovisuel français. France-Inter et Médiapart s’en sont donnés à cœur joie. Francis Lalanne en a profité pour régler des comptes personnels. Pour lui, Eric Zemmour et Eric Naulleau sont des « crétins » qui « ne valent même pas un crachat. Ces gens-là, tu ne t’essuies même pas les pieds dessus tellement c’est de la merde ». Gérard Miller use d’une langue plus raffinée pour dire à peu près la même chose. Comme à son habitude, Dominique Wolton a trépigné dans son coin. Le chanteur à succès Christophe Willem croit savoir qu’Eric Zemmour a écrit un bouquin « La nostalgie de la France » (ah bon ? il ne s’agirait pas de « Mélancolie française » ?) qui se résumerait à « dehors tous les étrangers ». Ce fin critique littéraire a cependant reconnu qu’il regarde parfois Eric Zemmour à la télévision : « J’étais chez moi comme un gros con à regarder ce mec en train de déblatérer sa merde. » Argumentaire guère plus convainquant chez Aziz Zémouri, collègue d’Eric Zemmour au Figaro Magazine, rédacteur à oumma.com et supporter de Tariq Ramadan, qui a pété un plomb en direct sur RMC en s’énervant tout seul parce qu’Eric Zemmour a du succès et pas lui.

Les professionnels du terrorisme intellectuel, ont tout de même réussi à faire peur à quelques institutions un peu plus sérieuses que les gougnafiers susnommés, mais sans grand succès.

Le CSA a « mis en demeure » Canal + pour les propos d’Eric Zemmour. Il se fonde sur la convention signée avec la chaîne, selon laquelle « la société veille dans ses émissions (…) à respecter les différentes sensibilités politiques, culturelles et religieuses du public ; à ne pas encourager des comportements discriminatoires en raison de la race, du sexe, de la religion ou de la nationalité ; à promouvoir les valeurs d’intégration et de solidarité qui sont celles de la République. »

Ce CSA devient donc à l’occasion de cette mise en demeure une dangereuse police de la pensée para-judiciaire comparable à la Halde, se permettant de juger sans juge ni jugement qui a le droit de dire quoi. Cette convention est extrêmement dangereuse car où est la limite dans le fait de « respecter les différentes sensibilités politiques, culturelles et religieuses du public » ? C’est tout simplement le retour du délit de blasphème ! Non, nous n’avons pas à respecter les religions ni à nous censurer parce que des caricatures de Mahomet toucheraient la « sensibilité » des musulmans.

Où est le « comportement discriminatoire » dans les propos d’Eric Zemmour ? On attend avec impatience la démonstration du CSA ! Et, cerise sur le gâteau, il est tout de même cocasse d’accuser le journaliste de ne pas « promouvoir les valeurs d’intégration » alors que celui-ci a toujours défendu l’intégration et même l’assimilation, et qu’il en regrette les échecs !

Canal + a répondu au CSA : « Bien évidemment nous n’approuvons pas les propos d’Eric Zemmour prononcés lors d’un échange contradictoire. Cependant la télévision est un lieu de débat où doivent pouvoir s’exprimer des opinions y compris celles qu’on ne partage pas. Nous ne pouvons imaginer que le CSA demande désormais aux chaînes d’étouffer la liberté d’expression sur leurs antennes. »

Le patron des programmes France-Télévisions a fait pression sur la productrice de l’émission « On n’est pas couché » pour lui demander quelles « mesures » elle comptait prendre. Cette attitude de Ponce-Pilate est abjecte, et a eu la réponse qu’elle mérite : une superbe fin de non-recevoir. Catherine Barma : « Eric Zemmour participe à l’émission On n’est pas couché depuis le 16 septembre 2006 et il défend ses points de vue avec intelligence et vivacité dans des interventions parfois provocantes mais toujours dans les limites du respect humain. » Patrice Duhamel décide alors de s’en occuper personnellement et convoque Eric Zemmour… pour le prier de parler avec modération. Oui, M’sieur, bien M’sieur.

Le directeur du Figaro a lui aussi convoqué Eric Zemmour, mais pour un entretien préalable au licenciement (qui devait avoir lieu lundi). Il s’est empêtré dans différentes versions contradictoires du motif de cet entretien, pour finalement, devant l’indignation générale interne et externe, expliquer qu’il n’était pas question de virer Eric Zemmour du Figaro.

Et puis soudain Etienne Mougeotte annonce qu’il annule la convocation après que l’intéressé ait donné des « explications » sur ses propos à Canal +. Le directeur du Figaro se tire ainsi une superbe balle dans le pied, puisqu’il avoue implicitement que les motifs administratifs qu’il évoquait pour licencier Eric Zemmour n’étaient que des prétextes. Et tant pis pour Patrick Lozès, président du Cran qui se réjouissait déjà de la « fermeté » de la direction du Figaro, et qui appelait, tout comme Mouloud Aounit, à ce qu’Eric Zemmour soit radié de tous les médias français. Pas moins !

Les politiques de gauche comme de droite se sont bien gardés d’intervenir, du moins officiellement, malgré les quatre vérités que ne cessent de leur envoyer Eric Zemmour à la figure. A l’UMP, ils n’ont pas osé prendre le risque de rajouter une nouvelle casserole à leur impopularité. Jean-François Copé, lui qui prétend dénoncer la « langue de bois », en use et en abuse pour éviter soigneusement de prendre position quand Jean-Jacques Bourdin de RMC l’interpelle sur l’affaire Zemmour. A gauche aussi, les politiciens ont dû sentir le danger.

Eric Zemmour a répondu à la Licra. Les médias se sont empressés de qualifier sa longue lettre d’« excuses », alors qu’il n’en est rien. Tout au contraire, Eric Zemmour, sans rien renier de ce qu’il a dit sur Canal +, y apporte plusieurs témoignages de la véracité des propos incriminés, et dénonce le « maccarthysme » dont il fait l’objet.

Alain Jakubowicz, président de la Licra, profite de cette lettre d’« explications » pour effectuer un rétropédalage et retirer implicitement sa plainte. Il faut dire que celle-ci avait provoqué quelques remous à la Licra et même au Crif, où Alain Jakubowicz a dû s’expliquer. Puis le président de la Licra, s’apercevant soudain que cette lettre ne contenait aucune excuse, change une fois de plus son fusil d’épaule et s’indigne sur BMF-TV qu’Eric Zemmour « persiste et signe ».

Dans cette interview, Alain Jakubowicz nie les propos d’Eric Zemmour sur le fait que la majorité des délinquants seraient noirs ou arabes. Puis, utilisant la classique et fallacieuse ficelle de l’excuse sociale (qu’on peut démonter en moins de deux par des analyses sociologiques différentielles), il confirme superbement ces propos sans s’en apercevoir : « Evidemment, ce qui distingue cette population, c’est pas d’être noire ou arabe, c’est effectivement, d’être dans les couches défavorisées de notre société, c’est pas un fait nouveau, c’est pas un scoop, que de savoir, effectivement, il y a davantage de délinquants dans les couches les plus défavorisées de notre société ». Sur la question de savoir si la Licra maintiendra ou non son projet de plainte au pénal, Alain Jakubowicz n’ose pas prendre position personnellement, et affirme sans rire : « Je suis pas là pour sanctionner, je ne suis pas un donneur de leçons ». Non, si peu !

Ce battage en retraite de la Licra n’a guère été apprécié par SOS-Racisme, qui se fend d’un nouveau communiqué selon lequel « ces explications [d’Eric Zemmour] ne suffisent pas ». SOS-Racisme « croit profondément à la pédagogie du procès en matière de racisme qui permet un débat clair, serein et contradictoire où les condamnations sont du domaine du symbolique ». Mais toujours aucune justification de cette accusation matraquée de « racisme », et puis pourquoi faire un procès pour débattre, alors qu’il serait bien plus simple et « pédagogique » d’affronter Eric Zemmour sur un plateau de télévision ? Peut-être que SOS-Racisme fait le pari de tomber sur un juge de gauche complice de son terrorisme intellectuel !

Ce pari est de plus en plus risqué. Les magistrats sont les mieux placés pour savoir si la corrélation entre délinquance et immigration est fondée ou non. En plus, l’un des plus importants d’entre eux, Philippe Bilger, avocat général à la Cour d’Appel de Paris (donc représentant le ministère public), apporte dès le 17 mars un soutien inconditionnel à Eric Zemmour, et confirme la « validité » du « fait » énoncé par celui-ci. Il a répété ce soutien dans toutes les interviews qu’il a données depuis cette date.

Philippe Bilger est convoqué aujourd’hui par son supérieur hiérarchique, le procureur général de Paris. On attendait avec impatience la réaction du Syndicat de la Magistrature, pourtant d’habitude si prompt à défendre la liberté de parole des magistrats… Mais il est vrai que sa complicité systématique avec le Mrap pour cracher sur la police ou défendre les clandestins illégaux ne l’incitera guère à défendre le droit d’expression… d’un collègue qui ose ne pas penser comme lui ! Et effectivement, Benoist Hurel, secrétaire général adjoint du Syndicat de la Magistrature, s’est joint à la petite meute en déniant toute réalité aux dires d’Eric Zemmour et Philippe Bilger : « Ces propos sont, d’un point de vue intellectuel, extrêmement indigents et, je dirais, proto-racistes. » Donc après le délit de « thèses racialisantes » inventé par le Mrap pour mettre à l’index des sites internet de droite ou islamo-vigilants chez qui il n’a pas pu trouver une once de racisme, ses amis du Syndicat de la Magistrature inventent celui de « propos proto-racistes ». Qu’est-ce qu’il ne faut pas inventer pour faire passer la pilule !

Quant à la ministre de la justice, elle attend la décision du procureur général pour se prononcer. Pourtant, elle fut la première à monter au créneau pour défendre les magistrats… de gauche mis en cause pas Eric Zemmour lors de l’affaire des clandestins en Corse.

D’autres personnalités apportent également leur soutien à Eric Zemmour. En particulier des journalistes, parmi lesquels Christine Clerc, Elisabeth Lévy, Nicolas Domenach et Eric Naulleau. Tous quatre dénoncent la chasse aux sorcières, bien qu’ils ne partagent pas toutes les opinions d’Eric Zemmour, loin s’en faut ! La direction de RTL, où Eric Zemmour tient une chronique quotidienne, refuse également de se joindre à la meute des censeurs. Notons même un soutien syndical : celui de la section CFTC du Figaro.

Mais évidemment, c’est le soutien populaire à Eric Zemmour qui a certainement fait changer d’avis la direction du Figaro et celle de la Licra. Sur Internet, les internautes ont réagi d’une manière massive et sans appel. Etienne Mougeotte aurait reçu des milliers de courriels, et une manifestation de soutien était organisée jeudi soir devant le siège du journal. La peur change de camp.

Car ce que n’ont pas compris les censeurs, c’est qu’Eric Zemmour est effectivement un personnage estimé des Français. Il réussit la prouesse d’être à la fois érudit, intelligent, communicateur et populaire. Tout le contraire d’un Mohamed Sifaoui qui le traite sur son blog, sans avoir peur du ridicule et entre autres insultes, de « simplet qui se prend pour une lumière » ! Sans doute que Sifaoui n’a pas lu « Mélancolie française », le dernier livre d’Eric Zemmour, qui caracole en tête des meilleures ventes et qui vient de recevoir le prix du livre politiquement incorrect, dès le premier tout de scrutin par 11 voix sur 13.

Les terroristes intellectuels pensaient abattre l’icône Eric Zemmour. Ils n’ont fait que renforcer sa popularité et montrer leur vrai visage : celui de gens qui n’ont que haine et mépris pour la vérité. Ils ont pourtant sorti l’artillerie lourde, jusqu’à la très classique « reductio ad hitlerum ». Il ne fallait pas seulement « lepéniser » Eric Zemmour, il fallait le nazifier.

C’est ce qu’a fait Stéphane Guillon sur France-Inter. Avec un accent germanique évoquant les nazis, il a inventé un hypothétique gouvernement fasciste avec « Marine Le Pen présidente, Besson premier ministre et Zemmour à la culture, pour une France pure et blanche, sans burqua et sans rappeurs ». C’est ce qu’a fait la Licra dans son premier communiqué, en disant que « le journaliste devrait se souvenir de cette époque pas si lointaine d’avant-guerre où, dans notre pays, pour les tenants de cette rhétorique il ne faisait pas bon de s’appeler… Zemmour. » C’est ce que font nombre de ceux qui évoquent sans cesse « les heures les plus sombres de notre histoire » pour salir Eric Zemmour, Riposte Laïque, et bien d’autres gens qu’ils voudraient faire taire.

Faute d’arguments, les terroristes intellectuels atteignent ainsi en moins de deux le « point de Godwin », qui consiste à appeler à la rescousse Hitler ou la Shoah pour discréditer leurs adversaires. Une variante moderne est la référence aux islamistes ou à Ben Laden, comme quand Mouloud Aounit comparait Robert Redeker au chef d’Al Qaïda ou quand Mohamed Sifaoui prétend que Riposte Laïque serait à la laïcité ce que les fous d’Allah seraient à l’islam.

On retrouve la même méthode en creux au Mrap ou chez RESF qui comparent les expulsions de clandestins aux rafles nazies contre les Juifs, ou chez ceux qui disent que les musulmans de France d’aujourd’hui sont traités comme les Juifs sous Hitler.

C’est tout simplement ignoble, car non seulement ces amalgames n’ont aucun fondement véridique ou historique, mais ils insultent les victimes de la Shoah en banalisant leur sort. De plus ils sont profondément insultants et diffamatoires, puisqu’ils consistent à traiter de nazis n’importe qui, y compris – et surtout – ceux qui dénoncent le totalitarisme islamique.

Alors, qui sont les vrais néo-fascistes et les vrais néo-résistants dans ces procédés dictatoriaux ? Qui veut imposer une idéologie hégémonique et mettre hors d’état de parler ceux qui s’y opposent ? Qui en appelle à la censure judiciaire et médiatique ? Qui fait preuve de « racisme » en voulant discriminer les Français à raison de leur opinion politique ? Qui veut museler la presse écrite et télévisuelle ?

Eric Zemmour est en passe de mettre au tapis les manipulateurs d’opinion néo-fascistes de moins en moins nombreux et de plus en plus impopulaires car démasqués par le peuple à cause de leurs outrances ridicules. Etienne Mougeotte et Alain Jakubowicz ont reculé, aucun employeur radio ou télé d’Eric Zemmour (France 2, France Ô, I-Télé, RTL) n’a accepté de céder aux oukases du Mrap et consorts, et il ne reste plus qu’un quarteron d’apprentis-Torquemada détestés du public pour demander encore la tête du journaliste.

Cela ne doit pas faire baisser notre vigilance. Le terrorisme intellectuel est un véritable terrorisme, même s’il ne pose pas des bombes. L’« affaire Zemmour » nous a démontré qu’il peut encore nuire. Et puis les professionnels de la défense de la pensée unique n’ayant pas réussi leur coup, il est à craindre que des groupuscules gauchistes ou islamistes prennent le relais d’une manière plus musclée. Nous continuerons donc à combattre ces fascistes de la pensée comme nous combattons tous les fascismes.

Nous nous sommes parfois sentis un peu seuls dans ce combat, surtout à gauche. Mais l’affaire Zemmour nous a confirmé un autre enseignement de plus en plus évident : le peuple écoute et approuve les libres penseurs malgré tous les efforts des censeurs. Une très large majorité de nos concitoyens ont condamné la chasse aux sorcières contre un journaliste disant une simple vérité, et ont exprimé en masse leur soutien à Eric Zemmour tant sur la forme que le fond : courriels et coups de téléphone aux inquisiteurs et à leurs petites mains, messages sur les sites d’information et les réseaux sociaux, interventions à la radio, participations à des sondages en ligne (avec des scores de 75% à 85%), etc.

Nous avons assisté à une véritable insurrection populaire en faveur de la liberté, valeur fondamentale et première de notre République, et contre la pensée unique, contre les néo-fascistes qui tentent de l’imposer, contre les idiots utiles qui s’en font complices. Bref contre tous ceux qui ont oublié non seulement que la France est le pays de Voltaire, mais aussi que son peuple sait se révolter quand cela devient nécessaire.

Prochain Riposte Laïque : vendredi 2 avril

2 LIVRES, 1 BROCHURE, 1 DVD A COMMANDER A RIPOSTE LAIQUE

Les Dessous du voile, livre écrit par Cyrano et toute l’équipe de Riposte Laïque. 380 pages – 19 euros, frais de port compris.

La colère d’un Français, livre écrit par Maurice Vidal. 220 pages – 19 euros, frais de port compris.

Vérités sur l’islam, brochure de David Vaucher, 19 euros, frais de port compris.

Brochure de 70 pages, en trois parties, expliquant de manière très argumentée ce que les militants doivent connaître de l’islam, et de la réalité de son offensive mondiale.

Laïcité et Droits des Femmes, DVD réalisé par Véronique Decrop, 15 euros, frais de port compris. 42’45 »

Interventions de Catherine Marand-Fouquet, Anne Zelensky, Philippe Val, Marc Dolez, Nawal el Saadaoui, Philippe Dehay, Cherifa Kheddar, Wassyla Tamzali, Jean-François Kahn.

Réduction de 10 % pour l’achat de deux produits (frais de port réduits).

Chèques à adresser à Riposte Laïque, BP 82035, 13201 Marseille
————-

LES CONFERENCES RIPOSTE LAIQUE

Mardi 6 avril

Toulouse

Conférence-débat

Salle du Sénéchal 17 rue de Rémusat ( métro du capitole)

Accueil à partir de 20H 15.

Défendre la laïcité dans la France de 2010

Avec Pierre Cassen, animateur de Riposte Laïque

Vendredi 30 avril

Conférence de Maurice Vidal, autour du livre « La colère d’un Français ».

à 18h30 dans la salle Rabelais au château du Terral, à St Jean de
Védas (près de Montpellier).

————-

MIEUX CONNAITRE RIPOSTE LAIQUE

Interview sur la symbolique du voile d’Annie Sugier et Pascal Hilout, par Jean Robin (10 minutes)

http://tatamis.blogspot.com/2010/03/liberte-voilee.html

Audition de Pascal Hilout, à la mission parlementaire sur le voile intégral, le 2 décembre 2009.

http://www.assemblee-nationale.fr/13/commissions/voile-integral/voile-integral-20091202-3.asp

Journée du 8 mars 2010 : Claude Reichman interviewe Pierre Cassen (30 minutes)

http://www.reichmantv.com/media/F38.wmv

Identité nationale, votation suisse, mission parlementaire sur le voile intégral, débouché politique : entretien de 1 heure avec Pierre Cassen par Radio La Luette.

http://luette.free.fr/spip/spip.php?article271

http://fr.sevenload.com/videos/Cr8ztj1-Pierre-Cassen

Interview donnée à Radio Libertaire par nos deux collaborateurs, Anne Zelensky et Pierre Cassen, qui expliquent fort bien la philosophie de notre journal (aller sur notre site, à droite, sous la présentation du livre « Les dessous du voile ».

Conférence Pierre Cassen à Saint-Leu


CONFERENCE 1ERE PARTIE VERSION COURTE
Uploaded by JFORUM-fr. – News videos from around the world.

2e partie

3e partie

—————-

LES CONFERENCES PROPOSEES PAR RIPOSTE LAIQUE

Comment défendre la laïcité en 2010 ?

La laïcité, un rempart contre le communautarisme

La laïcité et le féminisme, alliés naturels

Identité nationale, République laïque et Nation

Faut-il interdire le voile islamique en France ?

Pourquoi ont-ils cassé l’école de la République ?

La votation suisse est-elle raciste ?

L’islam est-il compatible avec la laïcité ?

La laïcité est-elle une spécificité française ?

Laïcité et athéisme

République et immigration

PETITION CONTRE LE VOILE ET LA BURQA

http://www.ripostelaique.com/Halte-a-la-burqa-et-au-voile.html

VIDEOS DE RIPOSTE LAIQUE

http://www.youtube.com/user/ciceropicas

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.