La volte-face du maire de Vigneux, grâce à la vigilance d’un lecteur de Riposte Laïque

Publié le 24 juin 2008 - par - 417 vues
Share

Avouons-le : nous avons bu du petit lait, tout au long de la semaine dernière, suite au « scandale de Vigneux » ! Nous avons senti qu’il pouvait se passer quelque chose quand, dès sa parution, mardi matin, notre journal a eu deux contacts pour avoir révélé sans attendre l’existence du fameux tournoi de basket féminin inter-mosquées. Le socialiste Patrice Finel, conseiller général de Vigneux, nous a, en effet, signifié à la fois son indignation et sa volonté de réagir au plus vite, et le « Parisien » de l’Essonne nous a demandé de lui transmettre les informations dont nous disposions. La décision prise par ce journal de faire, jeudi matin, la « une » sur cette affaire, avec trois pages en événement, a été, bien entendu, déterminante dans l’évolution de la situation.

Surpris par cette mobilisation laïque et républicaine, le maire UMP de Vigneux, Serge Poinsot, qui avait gardé le silence six jours durant, fut contraint à une volte-face spectaculaire, en annulant l’initiative. De rage, les mains prises dans le pot de confitures, il nous a fait parvenir un courrier dont chacun pourra juger de la teneur, dans lequel perce son ressentiment à notre égard, quand il évoque nos « phantasmes islamophobes ». Naturellement, nous lui faisons réponse dans ce numéro même. Quant au président de l’«Association Culturelle des Musulmans de Vigneux», il raconte le plus sérieusement du monde, sans pour autant réussir à duper qui que ce soit, qu’une erreur de secrétariat (sûrement UNE secrétaire !) serait responsable de la phrase malencontreuse interdisant l’entrée du gymnase aux hommes !

Sentant le scandale grossir, le gouvernement se crut obligé d’en appeler au secrétaire d’Etat aux sports, Bernard Laporte, pour qu’il soutienne le maire UMP, en qui chacun doit voir sans sourciller un authentique défenseur des valeurs républicaines ! Peine perdue, toutefois ! Notre journal est sollicité par plusieurs médias ; Le « Parisien » révèle que nous avons soulevé le lièvre ; de nombreux sites reprennent l’affaire ; Pierre Cassen est même interviewé, jeudi 19 juin, sur les antennes nationales du « Soir 3 » (1). Dans le même temps, Annie Sugier, membre de la rédaction de « Riposte Laïque » et présidente du comité « Atlanta + », est interrogée sur RTL à propos de la non-mixité aux Jeux olympiques.

Nous avons bu du petit lait parce que nous avons constaté, en quelques heures, l’affolement général de tous ceux qui, en cette affaire, étaient convaincus que la France de Nicolas Sarkozy pouvait, en 2008 (!), à l’instar d’un pays islamique, organiser des rencontres sportives féminines réservées à un public exclusivement féminin.

Tout comme dans l’affaire du Tribunal de Grande Instance de Lille, il y a quelques semaines, c’est le poids médiatique, relayant une indignation générale pleinement justifiée, qui a permis aux principes laïques de s’imposer au nez et à la barbe (!) d’une charia suffisamment retorse pour s’appuyer tantôt sur la justice, tantôt sur le clientélisme électoral d’un maire. Certes, « Riposte Laïque » a bien été le grain de sable qui a enrayé la mécanique, mais la mécanique n’aurait jamais été enrayée sans la perspicacité d’un lecteur qui nous a signalé l’événement, preuves à l’appui.

C’est grâce à lui que le maire de Vigneux-sur-Seine et ses acolytes ont mordu la poussière. Cette affaire illustre de façon exemplaire l’utilité de notre journal, pour peu que nos lecteurs nous en donnent les moyens. Ecrivez-nous donc, chers lecteurs, dès que vous constatez une entorse aux principes laïques et républicains. Vous connaissez notre détermination : si entorse il y a, nous relaierons l’information.

Dès le lancement de notre journal, en effet, nous avons fait connaître le jugement ignominieux qui a frappé Fanny Truchelut.

Récemment, nous avons signalé la présence d’un moine dominicain siégeant au conseil municipal de Plouharnel en tenue ecclésiastique. (2)

Nous avons dénoncé la présence d’une conseillère municipale voilée à Echirolles, et avons bénéficié, en cette occasion, de l’appui du maire communiste. (3)

Toujours à Echirolles, nous avons publié la lettre d’une enseignante faisant état de deux élèves dont le cartable affiche sur trois de ses faces le visage d’une poupée Barbie voilée, tandis que la hiérarchie de l’Education nationale demande aux enseignants de ne pas intervenir (4).

Nous avons donné la possibilité à tous nos lecteurs d’interpeller leur député, sénateur ou maire, par la publication d’une lettre type aux élus. (5)

Toutes les semaines, nous essayons de sensibiliser nos lecteurs aux formes diverses que ne manque pas de revêtir l’islamisme en France, dont les conséquences sont plus scandaleuses encore lorsqu’elles émanent de non-musulmans : ainsi de Madame le Maire de La Verpillière, dans l’Isère, qui se plaît à imiter la tristement célèbre Martine Aubry, en mettant en place des horaires de piscine réservées aux musulmanes ! Mireille Popelin, membre de notre rédaction, lui a adressé un courrier que vous pourrez lire dans le présent journal.

Bien évidemment, nous ne pouvons qu’être indignés, mais guère surpris, par le drame des Buttes-Chaumont, conséquence inévitable de la fuite en avant communautariste, encouragé par tous ceux qui veulent en finir avec la République et la laïcité.

Il est, par ailleurs, étonnant que personne ne s’indigne de certaines décisions de justice, et des présupposés politiques qui, éventuellement, les sous-tendent. Quelle ne fut point notre stupéfaction d’apprendre qu’un des islamistes ayant lancé une fatwa de mort sur Robert Redeker, n’a eu pour toute sanction qu’une condamnation à six mois de prison avec sursis ( vous lisez bien « avec sursis » !), et 750 euros d’amendes (6), tandis que Fanny Truchelut , qui avait demandé à deux femmes de retirer leur voile dans les parties communes de son gîte, s’est vu traînée comme une criminelle devant les tribunaux, et condamnée à 4 mois de prison avec sursis assortis de 8490 euros d’amende. La semaine dernière, l’islamiste qui voulait imposer la charia dans un hôpital public – terrorisant au passage l’ensemble du personnel médical – a été condamné à 1000 euros d’amende, alors qu’il demandait 100.000 euros de dommages et intérêts (là aussi, chers lecteurs, vous lisez bien !). Moralité : en France, il vaut mieux menacer de mort un enseignant républicain, ou s’opposer par la violence au travail d’un médecin dans un hôpital public, que de demander à une femme de retirer son voile dans un gîte de montagne ! Belle justice, n’est-ce pas ? !

De tout cela nous ne voulons plus ! Nous ne voulons plus que la République continue de reculer devant le harcèlement permanent des dignitaires religieux musulmans, dont l’offensive est une aubaine pour les autres Eglises, voire pour les sectes. Nous ne nous laisserons jamais piéger par les discours compassionnels d’une fausse gauche, qui accompagnent de son aveuglement ou de sa lâcheté cette agression contre la laïcité, qui, soit dit en passant, fait aussi le jeu du système capitaliste.

Nous sentons, à travers plusieurs événements récents, que la société française en a plus qu’assez de ces atteintes à sa dignité, et qu’elle demande de la fermeté à nos élus. Nous sentons, quand nous écoutons les filles des quartiers, ou bien Sihem Habchi, présidente de « Ni Putes Ni Soumises », que ce sont les populations de culture arabo-musulmane qui, pour faire face à la montée de l’intégrisme islamique, ont le plus besoin de la laïcité et de la République.

Nous savons que la réaction salutaire ne viendra pas des directions politiques actuelles, quelle que soit leur couleur, ni du Président de la République !

Nous savons cependant qu’à l’intérieur de chaque parti, de vrais laïques mènent un combat sincère pour défendre les principes républicains. C’est pourquoi, si nous comptons sur nous, c’est-à-dire sur nos lecteurs et nos rédacteurs, pour que soient démasqués les tricheurs de la laïcité – tel le maire de Vigneux-sur-Seine -, nous comptons aussi sur la vigilance de chacun afin que se constitue, en France, un observatoire de la laïcité grâce auquel celles et ceux qui ont le devoir et les moyens de faire respecter cette valeur fondamentale se trouvent dans l’obligation de le faire. Alors, et alors seulement, sera garanti le vivre-ensemble par l’égalité des sexes d’abord, car sans l’égalité hommes-femmes, point de modernité ni de progrès à visage humain !

(1) http://jt.france3.fr/1920/
Cliquer sur jeudi 19 juin, et faire glisser le curseur à 6 minutes 30 secondes.

(2) http://www.ripostelaique.com/En-Bretagne-tout-est-possible-un.html

(3) http://www.ripostelaique.com/Une-femme-voilee-au-Conseil.html

(4) http://www.ripostelaique.com/Et-maintenant-des-Barbies-voilees.html

(5) http://www.ripostelaique.com/Lettre-ouverte-aux-Elus-de-la.html

(6) Print Friendly, PDF & Email

Share

Les commentaires sont fermés.