Le courage de Wafa Sultan et Geert Wilders, et les amalgames honteux de Sarkozy

Publié le 6 mars 2009 - par
Share

Comment, en cette veille de 8 mars, journée internationale des femmes, rester insensible à cette traduction émouvante qu’ont faite nos amis de Bivouac, sur une conférence de la psychologue américaine, d’origine syrienne, Wafa Sultan ? (1) Comment ne pas avoir les yeux embués de larmes quand on l’écoute, des sanglots dans la voix, raconter l’histoire de sa nièce, mariée à l’âge de dix ans à un homme de quarante ans ? Comment ne pas frémir quand, avec toute la détermination dont cette femme est capable, elle annonce clairement la couleur : « J’ai décidé de combattre l’islam. Pas l’islam politique, pas l’islam militant, pas l’islam radical, pas l’islam wahhabite, l’islam, tout simplement, car le problème, c’est l’islam ! ». Affirmant son exaspération du politiquement correct, elle n’hésite pas à dire : « J’en ai assez de ces occidentaux qui me demandent d’adoucir mon message ! ».

Elle termine cette conférence bouleversante par un hymne à la liberté, disant, avec des mots simples ce que c’est, pour une femme comme elle, d’avoir le droit de parler avec un homme, de boire un café toute seule. Ayant connu la dictature de l’islam dans la première partie de sa vie, elle nous supplie de défendre nos valeurs, et de ne pas y renoncer.

Dans une interview qu’il nous a accordée, la semaine dernière (2), le député hollandais Geert Wilders donnait, lui aussi une formidable leçon de courage à l’ensemble de la classe politique européenne, et notamment au couard travailliste Gordon Brown, qui l’a fait expulser de Grande-Bretagne. « L’islam est une menace pour toutes nos valeurs. Croyez-moi, si l’islam réussit à s’imposer, il n’y aura plus de place pour rien d’autre que lui. Il n’y aura pas de place pour les athées, pour les apostats, pour les chrétiens, car c’est une idéologie totalitaire. Cependant, je fais une distinction entre l’idéologie et les personnes : je vois l’islam comme une menace barbare, mais je n’ai rien contre les musulmans. Je ne hais personne. » Puis, répondant à une question de Radu Stoenescu sur la réalité de sa vie quotidienne : « J’ai totalement perdu ma liberté : j’ai vécu dans des baraques de l’armée pendant six mois, j’ai même dormi en prison. Depuis un an, depuis la sortie de Fitna, c’est encore pire, car j’ai aussi reçu des menaces d’Al Qaïda. Certains musulmans sont fanatiques. Et certains sont vraiment dérangés. Ils ne veulent pas débattre, mais juste vous tuer. Quelques jours avant l’assassinat de Théo van Gogh, j’ai été placé sous protection policière 24 heures sur 24. ». Enfin, interrogé sur l’avenir : « Je suis un réaliste, mais quand je vois les gouvernements européens actuels je suis assez pessimiste. Cependant, lorsque je regarde les personnes, les électeurs, je vois un changement. Les gens en ont marre. »

Le moins qu’on puisse dire est que Nicolas Sarkozy fait tout pour donner raison à Geert Wilders ! Invité au dîner du Crif, il recommence le même amalgame insupportable, entre islamophobie et antisémitisme. « Quand on s’en prend à un juif parce qu’il est juif, c’est toute la France qui doit se sentir solidaire de la victime. Je dirais la même chose s’agissant de l’islamophobie. Les antisémites, les islamophobes, les racistes n’ont rien à voir, rien à faire sur le territoire de la République française » a-t-il osé dire (3). Et aucun dirigeant du Crif n’est capable de faire la mise au point qui s’impose ! Ils ne lisent donc pas Riposte Laïque (4) ? Le message présidentiel est pourtant terrible : il renvoie dos-à-dos la charte du Hamas et les propos de Wafa Sultan ! Il est porteur de la remise en cause du droit de critiquer une religion, l’islam, au nom d’un amalgame honteux avec le racisme. Dire cela, c’est se coucher devant les islamistes et leurs amis, c’est se préparer à réintroduire le délit de blasphème ! Sarkozy, Aounit, Boubakeur, même combat !

Mais Sarkozy n’est plus à cela près. Dans un discours hallucinant, prononcé le 17 décembre 2008, à Palaiseau, sur l’égalité des chances et la diversité (5), l’Hôte de l’Elysée annonce carrément qu’il veut rendre le métissage obligatoire, en France ! Comme nous ne pensons pas qu’il veuille imposer des rapports sexuels contraints aux personnes qui n’ont pas la peau de la même couleur, pour faire des enfants qui ressemblent à Obama, nous en concluons qu’il veut parler, encore une fois, de la diversité et de la discrimination positive. Le patron bling bling Yazid Sabeg, celui qui compare la France à l’Afrique du Sud, et n’arrête pas de dire que les Français seraient racistes, multiplie les propos provocateurs pour culpabiliser notre peuple, et imposer ce concept anglo-saxon à notre pays. Dans ce contexte, les formules du président de la République font froid dans le dos. « Le métissage, ce n’est pas un choix, c’est une obligation, c’est un impératif, on ne peut pas faire autrement ! » « Si ce volontarisme républicain ne fonctionnait pas, il faudra alors que la République passe à des méthodes plus contraignantes encore ».

Rappelons qu’avec les illuminés de la Halde, il faut maintenant justifier pourquoi vous ne choisissez pas une « personne issue d’une minorité visible » pour un appartement ou un travail ! Rappelons que le CSA, de manière grotesque, avait protesté parce que les films français utilisaient moins d’acteurs de couleur qu’aux Etats-Unis, oubliant simplement qu’il y avait moins de Noirs en France qu’outre-Atlantique ! Mais dans quelle société Sarkozy et les siens veulent-ils nous faire vivre ?

Trahissant les idéaux de la République, voulant remplaçant l’égalité de tous les citoyens par la discrimination positive, que Guylain Chevrier qualifiait dans ce journal de nouveau racisme (6), totalement aligné sur les délires de la Halde, le président de la République envoie à l’ensemble de la société française une menace d’une violence incroyable. C’est toute l’identité républicaine de la France que cet adepte du communautarisme anglo-saxon se dit prêt à nettoyer au karcher.

Pourtant, ce même Sarkozy disait, à Ryad, en janvier 2008 : « Il ne s’agit pas d’imposer un modèle unique de société. Il ne faut pas nier les identités. Rien n’est plus dangereux qu’une identité blessée ». Mais il parlait de l’identité des princes saoudiens, ceux qui interdisent aux femmes de conduire, et dont la police politique a laissé des étudiantes brûler vives, comme le rappelle Wafa Sultan dans son intervention, parce qu’elles n’étaient pas vêtues de manière islamiquement correcte.

Ah! Diront certains, si les Français avaient voté Royal en 2007, on n’en serait pas là !

Grossière erreur ! Ce n’est pas Ségolène Royal qui pourra lui donner des leçons. Après avoir tancé, il y a quelques mois, la courageuse Ayaan Hirsi Ali (7), amie de Wafa Sultan, accusée d’être trop méchante avec l’islam, elle vient de se distinguer, en essayant de récupérer le conflit guadeloupéen. Elle n’a eu aucun mal à s’aligner sur les pires revendications régionalistes du LKP, puisqu’elle défend la préférence régionale (8). Elle n’a eu de cesse de vanter l’identité martiniquaise, l’identité guadeloupéenne, ce qui ne l’empêche pas, avec ses camarades socialistes, quand Hortefeux parle de l’identité française, de crier au pétainisme ! Ne parlons pas de Martine Aubry, dont on connaît la complaisance avec les Eglises, et particulièrement avec l’islam, à Lille (9) !

Bref, avec l’UMP ou le PS, l’identité c’est bien en Arabie saoudite ou aux Antilles, mais les Français doivent abandonner la leur, au nom de la diversité et de la discrimination positive ! On prétend combattre les intégristes islamistes en Afghanistan, mais on leur déroule le tapis rouge en France. Faisons confiance à tous les communautaristes pour foncer dans les brêches ouvertes par Nicolas Sarkozy. Faisons confiance, dans un tel contexte, aux disciples d’Allah pour crier au racisme à la première critique de l’islam, pour multiplier les demandes d’accommodements raisonnables, au nom du « métissage » sarkoziste que nous sommes censés accepter, « puisqu’il n’y a pas d’autre choix ».

Quand on entend la leçon de courage et de dignité que donnent Wafa Sultan, Geert Wilders, mais aussi des femmes comme Ayaan Hirsi Ali ou Taslima Nasreen, on a honte d’avoir une classe politique pareille. Prête à brader les idéaux de la République et l’identité française pour transformer la France, comme le veut l’Union européenne, comme le veulent les islamistes, en un pays communautariste de type anglo-saxon, elle continue à se discréditer durablement aux yeux d’un peuple qu’elle ne représente plus depuis longtemps, le 29 mai 2005 en avait été la criante démonstration.

Il y a un souffle chez une Wafa Sultan qui manque cruellement à nos dirigeants politiques. Je n’en suis que plus fier d’avoir terminé notre livre « Les dessous du voile » (10) en citant une phrase de cette combattante de la liberté, expliquant les enjeux du conflit entre deux types de civilisation : « C’est un conflit entre deux opposés, entre deux époques. C’est un conflit entre une mentalité qui appartient au Moyen-Age et une autre qui appartient au vingt-et-unième siècle, (…), entre ceux qui traitent les femmes comme des animaux, et ceux qui les traitent comme des êtres humains ».

Bon 8 mars à toutes et à tous.

Cyrano

(1) j-ai-decide-de-combattre-l-islam-la-video-en-version-francaise.htm

(2) http://www.ripostelaique.com/Geert-Wilders-Je-n-ai-rien-a-voir.html

(3) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/03/02/01011-20090302FILWWW00644-bref-visite-de-sarkozy-au-diner-du-crif.php

(4) http://www.ripostelaique.com/Antisemitisme-et-islamophobie-le.html

(5) http://www.dailymotion.com/video/x8cdoh_sarkozy-metissage-pour-la-france-pa_news

(6) http://www.ripostelaique.com/La-discrimination-positive-ce.html

(7) http://www.ripostelaique.com/Les-propos-deplaces-de-Segolene.html

(8) http://christinetasin.over-blog.fr/article-27744470.html

(9) http://www.ripostelaique.com/Le-palmares-anti-laique-lillois-de.html

(10) http://www.ripostelaique.com/Riposte-Laique-vous-propose-Les.html

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.