Le dérèglement du monde, d’Amin Maalouf

Publié le 23 mars 2009 - par - 1 208 vues
Share

Je n’ai pas hésité un seul instant quand j’ai découvert le nouveau livre de celui qui avait publié en 1998 « les identités meurtrières »… J’ai dégusté cette œuvre avec plaisir.

Avec une finesse d’écriture qui lui est propre, l’auteur se livre à un diagnostic rigoureux et humaniste du monde et de son évolution.

Il montre comment s’opère sous nos yeux l’épuisement simultané de deux civilisations qui s’affrontent : l’occident et ses valeurs affichées et non respectées et le monde arabe enfermé dans une impasse historique.

Les conséquences de la politique d’expansion quasi impériale des Etats-Unis a conduit à la catastrophe : qu’il s’agisse de la destruction de l’Irak avec le déchaînement des haines religieuses ou du dérèglement financier ou climatique.

Quant aux sociétés musulmanes, il ne s’agit pas de discuter des distorsions existantes entre le texte initial du Coran et sa lecture mais de la situation politique, sociale et économique dans laquelle elles se trouvent : « qu’ils en sortent , et ils retrouveront les versets qui conviennent à la démocratie, à la modernité, à la laïcité, à la coexistence, à la primauté du savoir, à la glorification de la vie… »

Le pape en exercice peut faire toutes les déclarations réactionnaires possibles et i(ni)maginables, il ne pourra pas convaincre les croyants des pays dits développés ou même en voie de développement qu’il faut abandonner le préservatif!

L’auteur ne se contente pas de commenter l’actualité ou d’établir quelques pronostics, il analyse la situation en revenant parfois longuement sur l’histoire.

Il a ainsi montré pourquoi le nationalisme arabe avait avec Nasser échoué et comment les erreurs du raïs égyptien, combinées à la politique des puissances occidentales avaient ruiné l’espoir que portaient en lui les Arabes qui avaient eu le sentiment de retrouver leur dignité.

Il revient sur une histoire sombre oubliée comme celle de ces centaines de milliers de communistes et de progressistes exécutés en Indonésie avec l’aide et la complicité du gouvernement américain au milieu des années 60.

Avant hier comme hier, la même politique conduit aux mêmes effets, c’est à dire à l’affaiblissement ou à la liquidation des courants progressistes et au renforcement du fondamentalisme et de l’intégrisme.

Comme pour tout bon diagnostic – et celui ci mérite plus qu’un détour – il faut terminer par des hypothèses de transformation, elles sont bien développées et je n’en prendrai qu’une : le problème de l’immigration.

L’auteur propose qu’enfin les politiques publiques permettent aux populations immigrées de pouvoir vivre leur double identité afin de partager les valeurs du pays d’accueil et de garder leurs identités culturelles. Une telle politique permettrait de briser le communautarisme.

« L’appartenance religieuse est exclusive, l’appartenance linguistique ne l’est pas; tout être humain a vocation à rassembler en lui plusieurs traditions linguistiques et culturelles ».

L’auteur conclut en espérant que les dangers qui guettent notre planète commune obligeront les hommes à dépasser leurs différences voire leurs différends pour « contribuer à cette entreprise de sauvetage; avec sagesse, avec lucidité, mais également avec passion, et quelque-fois même avec colère. »

Jean-François Chalot

« Le dérèglement du monde »

d’Amin Maalouf

essai

Editions Grasset

311 pages

18 €

février 2009

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.