Le lamento hypocrite des maires pleureurs du 9-3

Publié le 26 avril 2010 - par
Share

Ils sont venus… ils sont tous là … à gémir, à vociférer, à revendiquer … à tenter de se dédouaner de leurs multiples responsabilités…à vouloir masquer leur malhonnêteté intellectuelle… à essayer de faire oublier leur complicité active.

Dame, ils avaient entendu le énième discours de Sarkozy sur l’insécurité chronique dans les « cités et banlieues » de la région parisienne et sa énième promesse d’y mettre fin en utilisant, s’il le fallait, un nettoyeur « haute pression »… Et ils s’étaient dit : « fichtre, et si cette fois il allait le faire ? Et si la perspective de 2012 allait le « booster » ?

Alors, ils sont montés « au créneau »…

Et, ensemble (« Tous ensemble…Tous ensemble ! ouais !!!), pour la presse, ils ont entonné « le chant revendicatif des électoralistes à la recherche de leur clientèle électorale et l’air habituel du « c’est pas moi, c’est l’autre » » (1)…dans la plus pure tradition de l’hypocrisie politicienne et du « bal des faux-culs » auquel s’adonnent avec grâce les représentants éminents de la caste dirigeante…

Ensemble, tous ensemble…Ouais ! Asensi, l’ex-PC de Tremblay-en-France (c’est sûrement ironique…)… Pupponi, le socialiste strauss-khanien de Sarcelles et son collègue de parti Dilain, de Clichy-sous-Bois… Poux, le PC bon teint de La Courneuve… Tous pour un « lamento » suant de mauvaise foi et dénonciateur virulent « de la politique gouvernementale qui ne fait rien pour les banlieues »…

Curieusement, une note de vérité a fait dissonance : « ce n’est pas d’aujourd’hui que je dénonce ces ghettos de la misère, ça remonte à 1982″ nous assène froidement l’Asensi de Tremblay…

Fichtre, mais c’était le début de l’épopée mitterrandienne et de ses alliés communistes. Elle a duré, cahin-caha, jusqu’en 1988 ! Et il y a eu, après, la gauche plurielle de Jospin, Aubry, Buffet, Voynet, qui, pendant 5 années, ne semble pas s’être intéressée aux problèmes soulevés en 1982 puisqu’ils sont toujours là !

Ah, mais si, voyons. Soyons justes : cette « gôôôche » socialo-communo-verte s’est fortement impliquée dans la réalisation des « ghettos » de banlieues, l’accroissement de l’insécurité sociale, l’aggravation des problèmes de logements, d’emplois, l’alourdissement des budgets d’assistanat social, l’émergence du communautarisme religieux (islamique, en particulier).

Elle a développé le « concept » d’ « immigration de peuplement » en impulsant le « regroupement familial » et en poussant jusqu’à l’extrême l’application du « droit du sol C…Elle a largement ouvert les frontières à l’immigration « de travail »comme le demande la mise en place de la mondialisation, ce qui a contribué à instaurer une immigration de chômage (2,5 fois plus de « demandeurs d’emplois » dans la population active immigrée que la moyenne nationale) et a parfaitement réjoui les « donneurs d’ordres capitalistes ».

Elle continue à soutenir l’immigration illégale en exigeant la « régularisation » des immigrés illégaux…

Elle a favorisé l’émergence des repliements communautaires en se gargarisant de discours ineptes sur le « multiculturalisme », « l’équivalence des cultures », « la stigmatisation » qui frapperait ceux qui ne veulent pas respecter les lois de la République…bref, en justifiant lâchement tout ce qui nuit à l’intégration pleine et entière des populations accueillies…

Elle persiste à nier les fondements laïques de notre espace sociétal en dilapidant l’argent public dans des dépenses de constructions de mosquées (notamment), en favorisant les revendications confessionnelles et en pratiquant les pires accommodements illégitimes avec les pratiques cultuelles musulmanes (N’est ce pas, M. Pupponi ?)…

Pire, peut-être… Cette « gôôôche » de la bien pensance et du capitalisme mondial qu’elle justifie et représente, n’a jamais entrepris la moindre lutte contre les multiples facettes de l’économie souterraine qui gangrène ces « banlieues », se contentant d’en prendre acte (pour la paix sociale, peut-être ?) et de la conforter par l’attribution d’aides de toutes sortes qui grèvent les budgets territoriaux sans permettre le moindre début de solution réelle…Mais, quand l’assistanat social et la complaisance « culturelle » servent aux appétits électoralistes, qui s’intéresse à l’intérêt général ?

Alors, Messieurs les maires, séchez vos larmes de crocodile, étouffez vos rengaines usées, abandonnez vos mines faussement contrites et cessez de jouer les « vierges effarouchées »…

Vous êtes au premier rang des responsables de ce que vous prétendez dénoncer.

Vos partis ont géré la France durant des décennies : ils ont créé, par leurs choix économiques, politiques, sociétaux, culturels, la situation que vous faites mine de regretter … Et si, par malheur, ils revenaient « aux affaires », ils se mettraient encore plus au service de la Mondialisation conquérante pour ouvrir encore plus nos frontières, accueillir encore plus de populations immigrées, accroître encore plus la dangerosité des problèmes que nous subissons…Tout simplement, parce qu’en plus de la main d’œuvre taillable et corvéable à merci qu’il offriraient ainsi aux entreprises de toutes sortes, ils insèreraient dans la population autochtone suffisamment de population de culture(s) différente(s) et rétrogrades pour la changer et lui faire perdre ses acquis laïques et démocratiques, par, notamment, la reconnaissance de toutes les formes du communautarisme.

Mais ça, Messieurs les maires, vous ne pouvez pas l’avouer, car vous en êtes les vecteurs.

Empédoclatès
« du bon usage de la raison »

1 – http://fr.news.yahoo.com/4/20100422/tts-france-banlieues-maires-ca02f96.html

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.