Le modèle laïque et républicain fonctionne parfaitement…pour qui le veut !

Ainsi le conseil des ministres vient-il de nommer dans le 93 un préfet (1) dont certains soulignent l’origine immigrée et Kabyle pour s’en servir comme exemple du bien fondé de la « diversité »…Regardons-y de plus près.
Nacer Meddah était préfet de l’Aube depuis 2006 : avait-on eu droit aux mêmes « gorges chaudes » à cette époque ? Avant cela, il avait mené toute sa carrière au service de l’Etat, au Trésor, puis à l’agence financière de l’ambassade de France en Espagne et enfin à la Cour des comptes.
Au début des années 1990, il avait été choisi pour exercer la fonction de conseiller technique aux Affaires européennes ….Qui avait souligné en ces temps pas si anciens ce parcours exemplaire d’un serviteur de l’Etat à l’égal des autres serviteurs de l’Etat sans que son origine « ethnique » n’ait intéressé qui que ce soit et sans que sa qualité de fils d’immigré ancien ayant combattu pour la France n’ait attiré l’attention. ?
Mais si son parcours est exemplaire, c’est pour d’autres raisons qui sont tues soigneusement. Pupille de la nation après le décès de son père au service de la France, il a vu ses études être prises en charge par l’Etat Républicain … Elevé par sa mère, femme de ménage, il a grandi dans le Pas-de-Calais dans un baraquement près d’une usine à côté d’Arras (Nord) : il est donc représentatif de cette « classe ouvrière » pour laquelle l’Ecole de la République – reconnue et encensée- était un moyen « de réussir » quand on en avait envie et qu’on s’attelait sans répit à la tâche .D’essence musulmane mais non pratiquant, c’est dans le processus scolaire laïque qu’il s’est réalisé en s’impliquant totalement dans les études et les livres que l’enseignement lui procurait. Ayant obtenu une licence d’histoire, il fut promu en 1995 administrateur civil au concours externe de l’ENA (Ecole nationale d’administration), pour sans doute vouloir servir un Etat-Nation qu’il ne haïssait pas !

Quel bel exemple de réussite du modèle d’intégration laïque et républicain qui permet, à qui le veut, de sortir de sa condition modeste pour accéder, grâce à l’effort individuel et aux structures collectives mises à sa disposition, à un rang social enviable … Il n’est nul besoin de discrimination positive ou de quotas « de diversités » pour donner à chacun, où qu’il se trouve, la possibilité de s’intégrer s’il vient d’ailleurs, de réussir s’il s’en donne la peine.
Quelle leçon vraie pour tous ceux qui se cachent derrière leur origine ethnique, leur situation sociale, leur croyance religieuse pour refuser tout effort, toute implication individuelle, tout accès à ce que le pays qui les a accueillis leur offre pour peu qu’ils « se retroussent les manches » pour l’appréhender.
Il est vrai qu’il est plus facile de siffler « La Marseillaise », de rôder dans les rues en quête d’argent facile, de rechercher l’assistanat social payé par les autres, d’ânonner les slogans absurdes de croyances rétrogrades, de refuser toute forme de contrainte légale et sociale, de cracher à la face d’un pays dont on profite largement des bienfaits démocratiques, culturels, matériels, que de reconnaître à la vertu cardinale du travail et à celle essentielle du respect des autres et de la Nation leurs fonctions émancipatrices.
Jeanne Bourdillon
1 – le Parisien – Un préfet nommé Nacer Meddah – Infos, actualités Seine Saint-Denis 93 – 11/12/2008

image_pdf
0
0