Le procès Zemmour serait digne d’une pièce de Molière : souchiens contre souratés !

Publié le 17 janvier 2011 - par

Les discriminés imaginaires

Le procès de notre confrère Zemmour serait digne d’une pièce de Molière

Je constate avec effroi que nous savons très mal nous défendre et justifier nos attitudes pourtant parfaitement normales et légales.

« Souchiens » contre « Souratés »

Tout d’abord il convient de revenir sur la façon dont nous sommes définis depuis quelque temps, nous Français de longue origine et blancs, par d’autres Français d’origine plus récente et musulmane : des « souchiens » !
Le néologisme Souchien (Français de souche) peut aussi être entendu phonétiquement comme “sous chien” ce qui est alors horriblement insultant et raciste, et je doute fort que les inventeurs de cette définition aient omis cette possible interprétation, bien au contraire je suis persuadé que ce jeu de mot malveillant les aura beaucoup amusés et résolus à l’utiliser.

Ces personnes étant de confession musulmane ou à moitié, ou descendants de musulmans, au même titre que nous sommes judéo-chrétiens, qu’est-ce qui nous empêcherait par exemple de les définir comme imbibés du Coran et de ses sourates, puis en suivant le même processus intellectuel de les baptiser « souratés ». En effet, de même que sulfaté veut dire entouré, baigné dans le sulfate, poivré – dans le poivre etc. souraté signifie baigné dans les sourates, évidemment, phonétiquement ce serait insultant aussi.

Je suis prêt à parier que nous aurions immédiatement un procès pour injure. Mais alors comment pourraient-ils gagner sans être condamnés les premier pour les mêmes faits et comment ne pas imaginer que nous serions à coup sûr relaxés pour légitime défense verbale.
A méditer.

Pour revenir au procès de notre confrère, j’aimerais soulever quelques arguments.

Comment sauver Zéric

Voici quelques Zarguments pour vous défendre en Appel, M. Eric Zemmour, si par impossible vous étiez condamné.
Tout d’abord Zéric n’a pas dit que tous les Noirs ou Arabes étaient des trafiquants, ce qui serait du racisme, il a dit que les trafiquants étaient, dans la plupart des cas, des personnes ayant cette caractéristique concrète, c’est un constat, idem pour la population carcérale, 70% je crois.
Un peu de logique :
Si la plupart des animaux qui ont la myxomatose sont des lapins, ce n’est pas pour autant que tous les lapins et seuls les lapins ont la myxomatose.
Il faudrait réviser les mathématiques et les notions d’ensemble, messieurs du MRAP et autres défenseurs des principes que nous, souchiens, avons conçus.
Allez un peu d’humour…
Les véritables victimes d’Eric sont les délinquants, pas les noirs ou les Arabes !!!
Donc Eric a visé la “catégorie sociale” des délinquants et leur a attribué une tendance ethnique.
Normalement c’est aux délinquants et à leurs associations que devrait revenir le rôle de porter plainte pour avoir été qualifiés de Noirs ou d’Arabes, malheureusement pour eux, noir, arabe ou blanc n’est pas une insulte, et au surplus les associations de malfaiteurs sont interdites….
Par ailleurs dans le droit français normalement ce n’est pas à l’accusé de faire la preuve de son innocence, mais c’est au plaignant et à la justice de rapporter la preuve de la culpabilité. Donc normalement c’est à eux de rapporter les statistiques qui confondraient Eric.
Certes il est vrai que c’est Eric qui publiquement a stigmatisé en premier les délinquants trafiquants d’être principalement Noirs ou Arabes, mais j’insiste Noirs ou Arabes ne sont pas des insultes.
Vu sous cet angle, il ne devrait même pas y avoir de procès, à moins que les associations qui se sont constituées partie civile ne représentent les intérêts des trafiquants…
C’est absurde.

L’exception de vérité censurée

Bon, un peu de sérieux maintenant, au cas où les magistrats retiendraient qu’Eric a accusé les Noirs et les Arabes de constituer la majorité des trafiquants, donc suggéré qu’il y a une plus forte proportion de délinquance chez les émigrés et leurs descendants que dans le reste de la population, son procès reste cependant facile.
Tout d’abord, il suffirait qu’il se place sur le terrain juridique de la diffamation (dire du mal, vrai ou faux, de quelqu’un ou d’un groupe) qui relève des délits de presse, et qu’il invoque l’ “exeptio veritatis” (l’exception de vérité) prévu par la loi de 1881 (liberté de la presse) qui disculpe l’auteur d’une diffamation au cas où les faits rapportés se révèlent exacts.
Ainsi il n’aurait qu’à demander au ministère public de sortir les statistiques sur la question, or, comme ces statistiques sont interdites, il ne pourrait donc ramener la preuve de la vérité qu’il proclame car une loi l’en empêche. Donc on ne pourrait prouver, ni que c’est vrai, ni que c’est faux, par la faute de la justice elle-même, de ce fait on ne pourrait le condamner puisque la loi l’empêcherait de faire la preuve de son innocence.

Les arroseurs arrosés

De plus, étant donné que sa “sortie” a eu lieu dans le cadre d’une réplique à une accusation taxant les policiers de racisme lors de leurs contrôles (au faciès), il conviendrait de soulever que les plaignants ont, eux aussi, diffamé les forces de l’ordre et qu’ils devraient eux aussi être au banc des accusés.

En effet, qui sont les initiateurs de ce débat prétendument raciste ? Ne sont-ce pas les plaignants eux-mêmes ou leurs protégés qui ont commencé à accuser la police de sélectionner les personnes qu’elle contrôle sur des critères raciaux.

C’est notamment le collectif Police+citoyens en décembre 2009.
Allez voir le lien suivant

http://policepluscitoyens.org/

“Depuis trop longtemps, les enquêtes se succèdent, dont une étude récente du CNRS, pour dénoncer les contrôles au faciès, sans qu’aucune mesure ne soit prise”

Pétition pour les attestations de contrôle d’identité à l’initiative de: 
CRAN / Ligue des Droits de l’Homme / Banlieues Actives / HUI Ji / AC le feu

Premiers signataires:
CFDT / FSU / Syndicat des avocats de France / Syndicat de la Magistrature / GISTI / MRAP / SOS Racisme/ ANGVC / ASAV / FNASAT Gens du voyage / ENAR France-réseau européen contre le racisme / Fédération des Associations Franco-Africaines de Développement-FAFRAD / Femmes et Contributions au Développement-FECODEV / Fédération Nationale des Associations Franco-Africaines-FNAFA / Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives-FTCR / Afrique Conseil / Amitié judeo noire / An Nou Allé / Association Oxygène Social / Association Football Club des Ecrivains / Association Club des Afro-Européennes et entreprenariat / AZEC / CAPDIV / Enfants d’Ici et d’ailleurs / Haut Conseil des Béninois de l’extérieur / Rafale / Zodo / Association des Jeunes Chinois de France / comité IDAHO

Le simple fait pour ce collectif et ses signataires d’affirmer que les contrôles concernent plus les Noirs ou les Arabes que les Blancs constitue déjà en soi une distinction raciale. Tiens ! les Français seraient donc finalement de différents types ethniques??? Normalement selon nos lois, les personnes contrôlées sont des Français comme les autres.

Ensuite y a-t-il des études, des statistiques décrivant ces prétendues discriminations en fonction de l’origine ethnique, évidemment non, c’est interdit par la loi.

S’il y en avait, autres que la prétendue étude, non officielle et illégale, menée par le CNRS en 2007 et 2008 à la demande de l’Open Society Institute, soit elles sont illégales aussi, et l’on ne peut s’appuyer dessus, soit elles sont reconnues et il faut dans ce cas en lancer une autre sur l’ethnicité de la délinquance, et suspendre le procès d’Eric en l’attente des résultats.

Pourquoi alors ne pas introduire une demande reconventionnelle pour diffamation de la police à l’encontre de ces plaignants qui accusent sans preuve légale les policiers d’être racistes.
On verra bien alors si finalement il existe ou non des statistiques admissibles pour défendre, tant les “flicophobes” calomniateurs que les anti-flicophobes.

Dans la négative, pourra-t-on alors condamner celui qui réplique à une diffamation par une autre diffamation, sans condamner l’initiateur, ce qui serait inique. La justice n’impliquerait-elle pas que l’on condamne le premier à avoir “agressé” et que l’on relaxe le second pour légitime défense de notre police nationale.

Par ailleurs Personne n’a réagi à la vidéo publiée par le site Médiapart en 2009.
http://www.dailymotion.com/video/x9s6mp_controle-au-facies-la-reponse-de-la_news

À partir de2mn 33…
“… logique probabiliste.. avant même d’autres paramètres… couleur de peau… on contrôle principalement des hommes… de fait les délinquants sont dans leur immense majorité des hommes et dans leur très grande majorité des jeunes… ”

Source : Vidéo de la Commissaire Marie Lajus, porte-parole de la Préfecture de Police.

Il faudrait porter plainte contre elle pour propos insultants, sexistes et anti-jeunes incitant à la haine des hommes et des garçons.

Elle précise que les critères de contrôles sont liés à une logique de probabilité !!!
Qui dit probabilité dit statistique !!!

Souchiens Identifiables ou Souratés Soucapuchés…

Dans les faits, les policiers contrôlent les personnes qui sont dans les rues et je ne serai pas raciste en constatant qu’il y a moins de souchiens que de souratés à stationner, à guetter ou à traîner en groupes bruyants dans nos rues et quartiers (aux Halles ou Gare du Nord), donc automatiquement les disproportions ressenties, mais non prouvées légalement, trouvent certainement leur origine dans cet état de fait.

Cette autre forme d'”occupation” tient vraisemblablement au fait que les intéressés manquent de lieux de rencontre, et je propose d’ailleurs à cette occasion aux municipalités clientélistes de construire autant de lieux de détente (avec notre argent) que de mosquées pour ces pauvres laissés pour comptes qui n’ont d’autre choix que de se “divertir” à leur manière dans les rues, ou alors de rendre leurs logements sociaux beaucoup plus spacieux.

Par ailleurs, pour avoir discuté avec des forces de l’ordre lors de gardes à vue “liées au code de la route et à mes apéros saucisson privés”, j’ai recueilli l’information selon laquelle ce ne sont pas des critères raciaux qui provoquent les contrôles. Selon cette source c’est l’attitude, le regard venimeux, le rassemblement et surtout la tenue vestimentaire et entre toutes celles-ci, le port de la capuche qu’affectionnent particulièrement les délinquants pour ne pas être reconnus, qui encouragent les forces de l’ordre à opérer leurs vérifications.

Donc un groupe de garçons aux regards biaiseux, qui traîne dans la rue les fesses à moitié à l’air et qui porte des capuches, attirera automatiquement le contrôle, ce n’est pas de la faute des policiers si la couleur de peau sous les capuches est ce qu’elle est.

Bien évidemment ils ne vont pas s’amuser à contrôler les papis et mamies qui vont faire leurs courses ou les mamans qui vont à la crèche….

Serait-il interdit de contrôler des gens en se fondant sur des critères vestimentaires et comportementaux.

Phobie n’est pas haine…

Phobie signifie peur, effroi et non haine. Ce n’est pas un crime ou un délit d’avoir peur, et il faut donc dépénaliser la peur : d’un groupement, d’une religion, d’une idée politique, d’une communauté sexuelle.
Ne pas aimer n’est pas haïr.
De même, rien n’oblige à aimer tout le monde, et l’on a le droit de ne pas aimer (ce qui ne veut pas dire haïr)… un groupement, une religion, une idée politique, un penchant sexuel, un individu… qui l’on veut.

Religion n’est pas race

Le racisme c’est le mépris, la haine et la lutte ou l’agression envers des individus uniquement pour leur couleur, leur origine raciale, ça c’est un délit.

Une religion n’est pas une race c’est une idée spirituelle (parfois pas tant que cela) qui, au même titre que toute autre idée, peut être combattue verbalement, détestée etc…

Préférer n’est pas discriminer

Enfin la discrimination c’est le fait de refuser un droit, de défavoriser un individu en fonction de tous ces critères, mais tout de même on a le droit de choisir qui l’on préfère pour s’associer, pour travailler avec, pour s’unir, pour s’accoupler etc.. (choix personnel)

Si ça continue, on obligera bientôt…

Il faut arrêter tous ces délires, sinon l’on obligera bientôt les homosexuels noirs d’extrême droite à s’accoupler avec des féministes musulmanes blanches de gauche! (smile)
Bon courage

Alain Guillaume

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi