Le ramadan, c’est la sieste nationale en Algérie et le mois des fous

Publié le 17 août 2010 - par - 905 vues
Share

Premier jour de ramadan, qu’on nomme la sieste nationale en Algérie, vu que, pendant 1 mois, tout fonctionne au ralenti.

Le seul souci pour les jeuneurs, c’est remplir le couffin au maximum pour s’empiffrer à mort le soir. Comme la course aux victuailles nécessite le plein effort, on économise au maximum ses forces au boulot, puis on investit les mosquées pour se faire remarquer et s’assurer une petite place au paradis.

Ce mois est propice à l’endoctrinement des jeunes surtout, et les discours de haine sont plus virulents. La spéculation monte en flèche puisque les prix des denrées alimentaires explosent. L’économie marche au ralenti mais personne ne s’en soucie puisqu’ il y a la manne du pétrole.

Le ventre vide accentue les tensions et les bagarres sont légion, surtout dans les souks. Le ramadan terminé, ce sont les pharmacies qui sont prises d’assaut pour des problèmes de gastro. Le ramadan : mois des fous.

Maintenant, il faut distinguer 4 types de musulmans :

1) Le pseudo musulman non pratiquant, généralement agnostique ou athée, mais obligé, par risque de rejet social, de faire semblant, semblant de jeûner en bouffant en cachette, et se pliant a certains rites musulmans comme l’enterrement ou le mariage religieux, toujours par crainte de stygmatisation sociale.

2) Le musulman naif qui est musulman parcequ’ on lui a promis le paradis. Le plus souvent analphabete, il récite des versets sans en comprendre le sens, et parfois revient a des rites paiens pour solliciter la bonne santé ou la réussite en amour par exp.

3) Le vrai musulman, intolérant, fanatique, fréquentant assidument les mosquées, anti semite, violent. On le remarque par la marque qu’il a au front à force de cogner le sol pendant la prière.

4) Le musulman suprême qui est manipulateur,sans vergogne, calculateur, jouisseur, souvent polygame, très politique. En font partie les imams, les muphtis, les prédicateurs, les hommes politiques de partis islamiques. Ils critiquent l’Occident tout en envoyant leurs rejetons dans les meilleures écoles de ce même occident où ils se soignent, d’ailleurs. Ce sont les pires hypocrites qui soient, adeptes de la taquia. Ils sont généralement obèses (le seul maigre connu est Tarik Ramadan), et vivent dans le luxe. Dalil Boubaker en est un parfait exemple.

Boubou Fares

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.