Le ramadan met l’Europe sous surveillance islamique

Publié le 17 août 2010 - par - 340 vues

Le 11 août dernier, les journaux télévisés français ont fait du ramadan leur principale information. Ainsi a-t-on appris qu’il a commencé non pas jeudi mais mercredi – du moins si l’on en croit les astronomes musulmans et la «commission théologique» créée ad hoc.

Il faut savoir, en effet, que le calendrier islamique est lunaire, autrement dit que les mois y sont plus courts que ceux du calendrier solaire. D’où le décalage d’environ onze jours d’une année sur l’autre, avec les incertitudes de datation que cela implique. Les musulmans ont donc vécu, une fois de plus, la «nuit du doute», au terme de laquelle le doute fut, une fois de plus, levé !

Il reste que derrière la levée de ce doute subsistent des interrogations capitales : jusques à quand la France va-t-elle consentir à vivre à l’heure musulmane ? Alors que le carême est passé sous silence, pourquoi cette publicité en faveur du ramadan – à laquelle l’ensemble des chaînes télévisuelles ont joint la promotion du halal ?

Le ramadan est un des cinq piliers de l’islam : il est donc religieux. Le halal désigne ce qui est religieusement licite : il est donc, à son tour, religieux. Partant, comment se fait-il qu’une république laïque puisse glisser de la sorte vers le religieux ? Plus brutalement : pourquoi construisons-nous une république islamique au coeur de la République française ? Pour donner des leçons d’ouverture au monde entier ? Parce que la différence culturelle peut être source d’enrichissement ? Parce que nous serions capables de tout absorber ?

La réponse, hélas, est autre, et relève du quantitatif : les musulmans français sont six millions (1) ! C’est dire qu’il faut tenir compte de leurs exigences, alors même qu’elles sont susceptibles de commander l’application de valeurs étrangères aux nôtres !

Mais comment réussir semblable gageure ?

En faisant de l’Europe la terre d’accueil de toutes les religions, et notamment de la religion musulmane – dont la vigueur ne manquera pas d’apporter du sang neuf à notre vieux continent : grâce à l’islam, fini l’effondrement démographique, fini l’absence de bras, fini la peur liée à l’entrée de la Turquie dans l’Europe, fini le racisme et l’islamophobie !

La capitale de l’Europe en est tellement persuadée qu’elle s’est mise aux petits soins de l’islam et de son fameux ramadan, conseillant, en l’occurrence, aux commerçants et aux navetteurs de Molenbeek-Saint-Jean d’organiser leurs livraisons avant 12h, et aux automobilistes d’éviter le centre historique, surtout en fin de journée – moment choisi par la plupart des musulmans pour leurs emplettes religieuses.

Mieux : afin d’assurer la quiétude dans les rues, les policiers de la zone Bruxelles-Ouest, les Gardiens de la paix et les animateurs de la «Cellule de lutte contre l’exclusion sociale» sont d’ores et déjà sur le terrain… tout comme les soixante-deux imams étrangers (2) venus pour «animer le ramadan» en chantant le Coran et en récitant des versets !

Et l’Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB) de souligner que ces imams sont à Bruxelles non «pour prêcher, mais pour remplir le vide, donner une bonne image de l’islam», autrement dit s’inscrire «dans une logique du bien vivre ensemble»… à l’image des dix-huit universitaires marocains dépêchés, en la circonstance, par la Fondation Hassan II, avec pour mission d’«oeuvrer au maintien et au développement des liens fondamentaux que les Marocains résidant à l’étranger entretiennent avec leur pays» !

Et voilà comment l’Europe autorise sa propre islamisation ! Car enfin, qu’est-il besoin d’une ingérence étrangère pour célébrer cette période de ferveur religieuse et familiale qu’est censé être le ramadan ? Que signifie donc cette ingérence étrangère ? Qu’il est rigoureusement interdit aux musulmans vivant en Europe d’adopter les valeurs européennes ? Que tout musulman demeure, où qu’il soit, sous surveillance islamique ? Que l’Europe entière est désormais sous influence ?

Et que penser de cette influence ? N’est-il pas étonnant qu’une religion qui se prétend «d’amour, de tolérance et de paix» éprouve sans cesse le besoin de «donner une bonne image» d’elle-même ? Les trois valeurs précitées seraient-elles à ce point insuffisantes qu’il faille insister sur le «bien vivre ensemble» pour accréditer la venue d’imams en Europe ? Et s’il est vrai que ces imams «ne viennent pas pour prêcher, mais pour remplir le vide», de quel vide s’agit-il ? Plus encore, comment remplir un tel vide en dehors des prêches coraniques ?

En réalité, à l’instar des mosquées, des minarets, du voile et du halal, le ramadan est une des pièces maîtresses du puzzle islamique – auquel collaborent depuis plus de vingt ans les gouvernements européens et leurs principaux médias !

C’est oublier, toutefois, que les peuples européens ont, eux aussi, une culture, et qu’à vouloir les en déposséder on risque de déclencher le plus terrible ramdam de l’Histoire !

Maurice Vidal

1) Chiffre donné le11-08-2010 par Antenne 2 .

2) 42 Marocains et 20 Egyptiens.

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi