Le sel des Andalouses, de Maurice Calmein

Publié le 4 janvier 2010 - par - 213 vues
Share

L’auteur frise le politiquement incorrect.

Il ose aborder la question de l’Algérie, de son histoire avec les lunettes humanistes, sans masquer les erreurs et crimes des gouvernements français qui ont jusqu’au bout refusé l’indépendance mais sans non plus occulter les responsabilités de chaque camp.

Comme de nombreux militants de gauche de sa génération, Marc estime que les pieds noirs ont été des colonisateurs voire des colonialistes, ce qui lui fait refuser de prendre en compte ses propres racines.

Ayant passé sa première enfance à Oran, il a tout oublié, tout nié, jusqu’au jour où le décès de son père le conduit à un retour initiatique critique et révélateur.

Il va peu à peu découvrir les liens réels qui unissaient les algériens, qu’ils soient d’origine européenne ou arabes, attachés à une terre, celle de leurs ancêtres.

Cette guerre fut un gâchis humain, social et politique.
Son père et sa mère ont été les victimes d’une haine implacable, incompréhensible puis de l’indifférence et du rejet d’une population métropolitaine lorsqu’ils sont arrivés avec leurs petites valises au moment de l’indépendance….
Les bouches commencent à s’ouvrir et la souffrance du peuple commencent à être reconnue.

Marc va être plongé dans l’actualité de cette Algérie subissant le joug d’un gouvernement qui opprime les kabyles et l’action terroriste des fous de dieu….

Les représentations que Marc a de ce pays vont peu à peu se briser pour permettre au quadragénaire de se reconstruire.
L’amitié et une rencontre amoureuse dense sur la plage des Andalouses vont donner du sens à la vie de Marc…

L’Algérie indépendante va souffler ses 50 bougies.
Même si certaines plaies sont encore vives, il est possible de revisiter l’histoire et de bien prendre en compte l’amour porté par tout un peuple, au-delà de ses différences pour une terre fascinante.

Les révolutionnaires qui ont mené le combat pour l’indépendance de l’Algérie sont inquiets pour l’avenir de ce pays qui semble n’avoir que deux alternatives sombres : la dictature ou la barbarie.
Mais rien n’est inscrit dans le marbre, l’histoire s’inscrit au présent avec de nouveaux acteurs qui sauront-espérons-le- tracer de nouvelles perspectives.

Alain Bleuzet

« Le sel des Andalouses »
de Maurice Calmein
Editions Atlantis
20 €
214 pages

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.