Le trouble à l’ordre public des signes religieux d’oppression comme le voile, la burqa…

Publié le 6 juillet 2009 - par - 562 vues
Share

De l’offensive généralisée des sectes et religions sectaires antihumanistes

L’offensive générale des organisations islamiques actuellement en France contre notre société laïque, qu’elles se disent modérées ou se présentent comme radicales, a rencontré un véritable boulevard de complaisance à l’intérieur de nos organisations au passé laïque et républicain. C’est ainsi qu’après avoir imposé la liberté du port du voile islamique dans l’espace public, elles ont réussi maintenant à faire admettre la burqa, cette prison ambulante, dans la rue, au nom d’une tolérance dévoyée, ou mieux, selon les philosophes de l’Union des Familles Laïques, au nom de la liberté de la sphère privée au sein de l’espace public !!! (c’est dit de leur part sans rire).

Le sursaut des laïques républicains dans notre pays a réussit à faire voter la loi de mars 2004 contre le port des signes religieux ostensibles dans l’école publique malgré l’opposition acharnée des organisations musulmanes même dites modérées comme la Mosquée de Paris avec son recteur emblématique Dalil Boubakeur, mais aussi des organisations au passé laïque comme le Mrap avec l’ineffable Mouloud Aounit favorable au communautarisme islamique avec viande hallal dans les écoles, et même la LDH, qui apparaissent ainsi comme d’authentiques officines de réservoirs de collabos pour les organisations islamiques dans leur offensive contre la laïcité.

Mais pour elles ce n’étaient qu’une bataille perdue et non la guerre qu’elles mènent avec détermination contre nos valeurs humanistes issues du siècle des Lumières. Nous avons vu ainsi aussitôt après le vote de la loi du 15 mars 2004, les tentatives du Conseil du Culte Musulman présidé à l’époque par Dalil Boubakeur, d’établir en France une censure d’ordre religieuse (de type délit de blasphème) dans l’affaire des caricatures de Mahomet, reproduites dans la presse française, le soutien sans faille du MRAP et le silence complaisant de la LDH dans cette offensive contre la liberté d’expression.

Leur lobby fut couronné de succès en dévoyant par la suite l’Ufal et Prochoix, qui firent pourtant partie des plus déterminés défenseurs de la loi du 15 mars 2004. Non seulement ces deux organisations ont été actives dans la condamnation de Fanny Truchelut, la courageuse citoyenne qui dans son gîte rural des Vosges avait voulu s’opposer au port provocateur du voile islamique dans les parties communes de son gite. Elles ont continé sur cette voie, dans le refus de condamner la préparation de la conférence de l’ONU dite de Durban II, organisée par l’Iran et la Libye, voulant rétablir explicitement entre autres choses le délit de blasphème!!!!

De la nécessité d’édicter des lois d’émancipation collective et individuelle pour assoire la laïcité dans la société

Nous savons bien que les mesures anticléricales même les plus sévères ne suffisent pas pour assoire la laïcité dans la société. Les exemples historiques des lois anticléricales de la Turquie kémalistes (dont l’interdiction pour les hommes de porter le fez et pour les femmes le voile islamique dans l’espace public) et de celles du Mexique de Juarez en 1865 – dont l’interdiction de porter un habit religieux dans l’espace public : ce fut le premier et peut-être le seul pays à grande majorité catholique où les bonnes-soeurs devaient déambuler dans les rues en habit civil – ont montré qu ‘elles ne suffisaient pas à arracher la population de l’oppression des clercs. En effet, les lois anticléricales n’ont pas suffi à elles seules à empêcher le retour progressif de ceux-ci qui n’ont alors de cesse de promouvoir l’extinction petit à petit de ces dites lois. Nous savons désormais que les lois d’émancipation individuelle et collective comme celles portant sur la libération des moeurs, comme celles permettant la liberté de la contraception et de l’avortement, comme celles assurant l’égalité en droit hommes-femmes, comme celles levant les tabous religieux dans l’éthique de la recherche et de la pratique médicales, doivent accompagner en profondeur et en même temps ces lois anticléricales, qui sont nécessaires pour que l’application en retour de ces lois d’émancipation individuelles et collectives, fondements d’une société laïque, puissent réellement se faire.

En effet, si notre conception de la liberté absolue de conscience nous interdit d’édicter des lois contre le contenu des croyances des organisations qui se prétendent religieuses, philosophiques, voire ésotériques et politiques et contre leurs adeptes en temps que tels, comme la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen le proclame depuis le 26 août 1789, il est de notre devoir d’édicter des lois protégeant l’ensemble de la population contre les agissements de celles dont les objectifs, mais aussi dont les préceptes consistent de fait à opprimer tout ou partie de la population qui se font prendre dans leurs filets, même si cela peut avoir un caractère volontaire.

Ace propos, nous ne pouvons que saluer le travail de « l’Union Nationale des Associations de Défense des Familles et de l’Individu » (UNADFI) contre les sectes, et du courage de sa présidente Catherine Picard, en butte aux attaques judiciaires de la Scientologie et des Témoins de Jéhovah entre autres, comme l’a été Fanny Truchelut en butte aux attaques judiciaires de la part des islamistes.

De la nécessité d’édicter des lois anticléricales pour défendre et promouvoir la laïcité

Dans ces affaires, il apparaît bien la nécessité d’édicter des lois de type anticléricales qui mettent hors d’état de nuire ce genre d’organisations religieuses ou pseudo religieuses à caractère sectaire et obscurantiste.
Si le Conseil d’Etat a pu considérer jusqu’à maintenant dans sa jurisprudence que le fait de refuser la transfusion sanguine notamment pour les enfants peut constituer un trouble à l’Ordre Public, que l’obligation de l’utilisation d’un pseudo instrument de mesure donnant lieu à prétexte pour soutirer de l’argent aux adeptes en est un autre, il faut qu’une loi les incluant dans les caractéristiques du Trouble à l’Ordre Public soit publiée, avant qu’un Sarkozy au nom d’une soit-disante laïcité positive nous édicte un additif au rapport Machelon permettant comme aux USA une libre action d’oppression des sectes.

Si le Conseil d’Etat a considéré jusqu’à maintenant que ces préceptes et actions peuvent relever du trouble à l’Ordre Public, il va alors de soi que le port dans l’espace public de la burqa, du nidjab et du haïk, de par leur signification d’oppression de la femme, doit aussi entrer dans cette loi caractérisant le Trouble à l’Ordre Public pour une société se voulant génératrice de l’émancipation individuelle et collective au nom de la plus haute valeur humaniste conceptualisée à ce jour, la laïcité.

Oui, le port du voile islamique, du nidjab et de la burqa dans l’espace public doit relever du Trouble à l’Ordre Public et être sanctionné en tant que tel.

Oui, les associations de défense des familles et des individus contre les agissements sectaires et les associations de défense de la laïcité doivent, par l’attribution d’un label « d’utilité public» relever d’une immunité judiciaire face aux attaques indécentes de ces sectes et religions sectaires, et celles-ci doivent être lourdement condamnées quand elles se permettent par elles-même ou par individus interposés de s’attaquer à ceux qui défendent les principes laïques comme l’ont fait Catherine Picard et Fanny Truchelut.

Oui, les associations qui comme le MRAP défendent les revendications antihumanistes des islamistes et trahissent ainsi leurs objets statutaires doivent perdre, eux, leur label « d’utilité publique » et les avantages financiers publics qui deviennent alors indécents.
La demande d’une enquête parlementaire par le député communiste André Gérin doit aboutir à la recommandation de ces propositions.

De la nécessité de constituer un Front de Résistance Laïque
Pour les faire aboutir, il est indispensable donc de constituer dans le même temps un FRONT DE RESISTANCE LAIQUE avec les associations et organisations dont les critères de laïcité ne sont pas entachés de trahison, de complicité ou de complaisance (le critère de la condamnation de la préparation de la conférence dite de Durban II étant rédhibitoire)

L’ADLPF (Association des Libres Penseurs de France), dont les résolutions de son dernier congrès sont exemplaires, la Ligue du Droit des Femmes, les obédiences maçonniques que sont le Grand Orient de France (GODF), le Droit Humain (DH), la Grande Loge Féminine de France (GLFF), qui, cette année se sont, par leurs déclarations communes successives, nettement situées dans le camp progressiste (à l’inverse de la Grande Loge de France dont le Grand Maître vient de déclarer que le combat pour la laïcité était dépassé!!!), doivent être à l’origine de la constitution de ce FRONT DE RESISTANCE LAIQUE.

Mais tous les lecteurs de RIPOSTE LAIQUE qui soutiennent le combat laïque qu’il mène doivent se mobiliser pour multiplier par deux les lecteurs et donc les abonnements à notre publication , en les faisant passer d’ici 2010 de 25 000 à 50 000. La meilleure façon de se regrouper autour de RIPOSTE LAIQUE et d’en faire ainsi le fer de lance de notre combat laïque serait encore de créer partout ou de rejoindre les groupes ADLPF jusqu’au Congrès de la Résistance Laïque qui aura lieu dans le haut lieu symbolique du Vercors en Mai 2010.

Hubert SAGE

Président du cercle Laïcité et République Sociale;

Président de l’Association des Libres Penseurs de l’Isère

PS:Il paraît utile de lire ou de relire la résolution générale et la motion sur Islam et Laicitédu Congres 2009 de l’ALDPF sur le site: 9 sur la nécessité de mesures anticléricales pour défendre et promouvoir la laïcité sur le site : http://www.libre-penseur-adlpf.com

de lire les articles de Boudras-Chapon sur la laïcité dont l’article 9 sur la nécessité de mesures anticléricales pour défendre et promouvoir la laïcité sur le site:

http://laicite.republique.free.fr

Pour rejoindre ou créer des groupes ADLPF, écrire à

jo.semet@laposte.net

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.