Les Français en ont marre des bondieuseries de Sarko, il est temps de descendre dans la rue

Publié le 21 février 2008 - par

Depuis le dîner du Crif du 13 février dernier, on n’entend parler que de la proposition très controversée du président de la République, concernant le parrainage de jeunes victimes juives de la dernière guerre mondiale. Sans vouloir rentrer dans une hiérarchie malsaine, pourtant, un autre propos du président de la République, gravissime, serait passé inaperçu, sans la vigilance du site http://www.bakchich.info/.

Le président de la République a en effet prononcé cette phrase : « Nos enfants ont aussi le droit de rencontrer, à un moment de leur formation intellectuelle et humaine, des religieux engagés qui les ouvrent. »

http://www.dailymotion.com/video/x4f8iv_v1-sarkozy-veut-des-religieux-a-lec_news

Comment peut-on traduire ces propos, venus d’un président de la République qui viole encore une fois l’esprit de séparation de la loi de 1905 ? Par le fait qu’il envisage, ni plus ni moins, de faire rentrer à nouveau les curés, accompagnés des rabbins, des imams et des pasteurs, dans l’école publique. Car sinon, de quel autre moyen pourrait disposer l’Etat pour donner à nos enfants l’ouverture religieuse qu’appelle de ses vœux Nicolas Sarkozy ?

Ce que souhaite Nicolas Sarkozy n’est ni plus ni moins l’extension du concordat d’Alsace-Moselle dans toute la France. On sait que, au lieu de demander sa suppression, certains hommes politiques, de droite comme de gauche, ont demandé à ce que la religion musulmane soit ajoutée aux catholiques, aux protestants et aux juifs, qui bénéficient, dans cette région, d’un enseignement religieux dispensé à l’école publique (sans oublier qu’ils sont payés avec les sous de nos impôts).

Pour le président de la République, la « piqûre religieuse » est obligatoire, pour nos enfants, et il le confirme plus loin : « Je pense que si nos jeunes peuvent, à un moment de leur vie, être initiés à ces questions-là, c’est mieux que s’ils ne le peuvent pas. Ils en feront ce qu’ils en voudront, mais nul n’est en droit de présumer à leur place. »

Moralité, le chef de l’Etat estime que les parents n’ont pas à décider de la place du religieux dans l’éducation de leurs enfants, et n’ont plus le droit de les en épargner. Certains estiment que ce choix appartient à des adultes, et se refusent à ce que leurs enfants le subissent sans avoir le recul nécessaire.

Si on écoute bien les propos du président, et qu’on sait ce que parler veut dire, il sera impossible qu’un élève français échappe à un endoctrinement religieux, dispensé par un ministre du culte, au sein d’une école publique ! D’autres justifient le baptême de nourrissons en disant que c’est dans la nature des choses, et que, quand l’enfant sera plus grand, il choisira. Nicolas Sarkozy estime que la croyance en un Dieu, au même titre que la science et la littérature, doit forcément faire partie du patrimoine culturel de nos jeunes.

On imagine ce qui se dirait, à droite, si un président de la République de gauche choisissait de faire enseigner à l’école l’athéisme par des militants de la non-croyance, en disant que cela fait partie de leur formation intellectuelle, et que, bien sûr, ils pourront toujours faire leur choix plus tard. C’est ni plus ni moins ce que propose Nicolas Sarkozy, avec la religion.

Bien évidemment, à une époque où de plus en plus d’élèves rentrent en sixième sans savoir lire, écrire ou compter, l’urgence ne peut consister, dans l’esprit de Sarkozy, à mettre des heures de français ou de mathématiques en plus, mais des heures de bible, de coran ou de tora !

Là encore, tout comme la « laïcité ouverte » de certains a préparé la « laïcité positive » de Nicolas Sarkozy, les discours de philosophes sur l’enseignement du fait religieux à l’école ont déroulé le tapis rouge à Nicolas Sarkozy, pour tenir des propos que personne n’auraient cru possibles de la part d’un président de la République digne de ce nom, en France. Dans ce contexte, sa collaboratrice, Emmanuelle Mignon, qui lui écrit ses discours religieux, tient des propos invraisemblables sur l’Eglise de scientologie (1).

Il est à craindre que la pétition, qu’il faut signer, http://www.appel-laique.org ne suffise vraiment pas. Seule une grande manifestation, que tout le monde sent de plus en plus nécessaire, permettra de mettre en échec, sur la défense des principes laïques, un président qui veut nous faire revenir cent cinquante ans en arrière.

Le porte-parole du PS lui même, Julien Dray, peut-être fidèle lecteur de “Riposte Laïque”, appelle les Français à descendre dans la rue (2).
Il le fait intelligemment, se refusant à tout sectarisme, et disant que la défense de laïcité est ouverte à tout le monde, droite et gauche.
En tout cas l’idée de manifester pour défendre la laïcité fait son chemin. Philippe Val avait raison d’être optimiste dans son discours au meeting pour Ayaan : les Français ne se laisseront certainement pas faire sur ce point.

Après avoir divisé le P.S., Sarkozy a divisé l’UMP. Et maintenant, il va – enfin – rassembler tous les Français… mais contre lui et ses discours antilaïques !

Que les initiateurs n’hésitent pas, ne soient pas timides, les Français sont aujourd’hui prêts à descendre dans la rue, d’autant qu’ils commencent à en avoir plus que marre des bondieuseries de Sarkozy. Alors, avanti popolo !

Lucette Jeanpierre

(1) http://carignano.blog.20minutes.fr/archive/2008/02/20/scientologie-les-propos-d-emmanuelle-mignon-sont-tres-inquie.html

(2) http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20080220.OBS1521/julien_dray_appelle_le_camp_laique_a_descendre_dans_la_.html

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi