Les éducateurs face à l’intégrisme religieux et à l’oppression des femmes

Publié le 30 novembre 2009 - par - 356 vues

C’est la première fois qu’un livre est consacré exclusivement à cette problématique pourtant essentielle pour le présent et l’avenir de l’animation socioculturelle et de l’éducation populaire.

Ces trois regards de femmes et cette réflexion menés dans le cadre de trois mémoires de DUT en Animation et les tables rondes qui sont rapportées ici forment un ensemble cohérent et utile pour comprendre les enjeux du maintien et du renforcement de laïcité et des principes républicains dans ce domaine éducatif.

L’animation est un véritable métier et la fonction d’animation exige une formation professionnelle. C’était et c’est le message de tous les acteurs éducatifs engagés et conscients des enjeux…

Malheureusement cet appel fut peu entendu par les politiques qui ont fait appel dans les années 90 aux grands frères devenus par enchantement des animateurs. Des villes payent encore le prix de cette erreur manifeste, les grands frères ont reproduit dans le cadre de leur mission le cadre “ culturel ” qui instaure au nom d’un dogme religieux et des habitudes véhiculées l’inégalité entre les hommes et les femmes.

C’est ainsi que des animatrices diplômées ont fini par déserter certains centres sociaux ou services jeunesse pour fuir un sexisme et une ségrégation à peine déguisés.

Faut-il respecter les différences culturelles au nom de la liberté?

Les auteurs de ce livre répondent sans aucune ambiguïté que le relativisme culturel conduit à enfermer des femmes dans un carcan, voire une prison communautaire qui les privent de la possibilité de s’émanciper et de se construire. Ce culturalisme, véritable “ enfer ” pour les femmes va à l’encontre des valeurs véhiculées par l’éducation populaire, mouvement de transformation sociale.

Comme l’explique Pierre Baracca: “ la première rupture à opérer, pour les animateurs, consiste à différencier le niveau artistique et culinaire avec celui des valeurs et des conduites sociétales. ”

Danielle Demaire, historienne et professeur émérite de l’Université, revient sur un aspect historiquement souvent oublié :

Le combat pour la séparation des églises et de l’État a été une réponse forte à une offensive de la hiérarchie catholique .

Cette offensive contre la république consistait à imposer ou à continuer à imposer la messe à l’ouverture des sessions parlementaires et le crucifix dans les chambres des hôpitaux même si le patient était athée ou agnostique.

Aujourd’hui l’islamisme politique est sur tous les fronts pour contraindre les populations d’origine musulmane à des codes de vie rétrogrades.

Ce communautarisme qui fait d’ailleurs de la femme la première victime doit être combattu.

Ce livre se termine par un appel à une formation des animateurs, notamment autour de la question de “ l’oppression des femmes ”.

C’est un appel légitime et l’animation ne pourra exercer sa double fonction de construction du lien social et d’émancipation de toutes et de tous, que si les animateurs examinent, entre autres “ les enjeux idéologiques autour des activités proposées dans les structures d’animation, notamment aux enfants et aux jeunes. ”

Ce livre est une contribution originale et intéressante au débat sur les missions de l’animation et montre avec force qu’aujourd’hui il y a deux alternatives : l’éducation populaire ou l’intégrisme, c’est à dire le progrès et les lumières ou l’obscurantisme!

Les débats contenus dans ce livre concernent d’autres professions et, d’une façon générale, élus politiques ou syndicaux et tous les citoyens, notamment autour de notions comme identités, racines, culture, diversité culturelle, culture plurielle, multiculturalisme, démocratie culturelle, théories postcoloniales, études subalternistes, communauté / individu, relativisme normatif, religieux et politique, laïcité, sexe, genre, violences faites aux femmes…

Jean-François Chalot

« Les animateurs
face à l’intégrisme religieux
et à l’oppression des femmes »
témoignages, discussion, enjeux de formation
livre de Pierre Baracca, Amandine Briffaut, Anne Gaëlle Cogez,
Danielle Delmaire, Faïza, Malika Messad

Éditions l’Harmattan
Logiques sociales
249 pages
octobre 2009
24,50 €

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi