Lettre à un ami qui m’a proposé de signer la pétition de Sos Racisme

Publié le 20 septembre 2010 - par
Share

Désolé, Max, mais je ne signerai pas ce poulet.

Les idiots utiles qui y figurent ne me gênent pas.
En revanche, la frénésie pétitionnaire des bobos manipulés par les fouteurs de merde pro-Islam me fout la nausée.

Si toi, qui as voyagé dans des conditions extrêmes, n’aperçois pas derrière tout ça les manoeuvres de gens qui nous haïssent profondément et nous promettent une subversion déjà bien engagée, alors, il y a de quoi douter des bienfaits de l’expérience et de la lucidité.

Les Roms, c’est que dalle comme problème, tu le sais bien. Ils se foutent des lois, de tes opinions, de tes problèmes quotidiens et toi, tu payes, cher, pour qu’ils soient pris en charge à 100% « tous azimuts » (nous, c’est 70% question santé, par exemple, tu sais cela aussi). Mais eux ne désirent pas le pouvoir et en vertu de cela, on pourrait, en effet, leur foutre la paix.

Le vrai problème est ailleurs, Max. Si tu es intellectuellement honnête, tu ne peux pas botter en touche, comme le font les pétitionneurs professionnels mêlés à la foule des braves couillons. Nous allons, dispersés, vers un vrai bordel civil comme tu en as connus ici ou là. En France cette fois. Moi, ça m’empêche souvent de dormir. Tu vas sans doute me considérer comme un vieux réac, ça m’est égal. J’ai voyagé. J’ai vu les autres. Je ne veux pas que mes enfants et petits-enfants subissent, ici, ce dont toi et moi avons été les témoins ailleurs.
C’est simple.

Ta liste est pleine de faux-nez de l’Islam militant, d’agents de cette soi-disant religion qui avance masquée derrière des foutaises : paix, tolérance, amour…Mon cul! On a connu ça avec l’URSS. Ca pétitionnait de tous les côtés, jusqu’à ce que le vrai visage de ces enfoirés de cocos se montre. Ca a pris du temps mais on a gagné en fin de compte. Parce qu’on voulait rester libres de penser et qu’on avait vachement raison.

Des grands mots, tout ça? Peut-être. Mais l’instinct, le pif, je ne sais quoi, me dit « sous les Roms, les pavés de Mahomet ». Alors, je ne tiens pas à être de ceux qui auront asphalté la route des lapideurs, des hystériques d’Allah et autres peine-à-jouir ramadanesques.

Je t’embrasse.

Alain Dubos

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.