Lettre au maire d’Argenteuil, qui justifie l’expérience Quick halal dans sa commune

Publié le 15 mars 2010 - par - 421 vues
Share

Affaire des Quicks halâl

Avec un peu d’honnêteté, monsieur Philippe Doucet (maire d’Argenteuil) ne pourra plus affirmer comme il le fait dans l’interview de Libération (http://www.liberation.fr/societe/0101620467-le-quick-halal-va-dans-le-sens-du-vivre-ensemble) qu’il n’a reçu aucun message de protestation en provenance des argenteuillais et que l’expérimentation du Quick d’Argenteuil est un non évènement dans sa ville.

Voici la lettre que je lui ai envoyé.

Bien à vous

Objet : Réaction à votre soutien manifesté en faveur de l’expérimentation Quick dans notre ville

Monsieur le maire,

Depuis fin novembre, la société Quick a débuté une expérimentation consistant à ne servir que de la nourriture halâl à sa clientèle dans son restaurant d’Argenteuil.

Cela se traduit, pour chaque client qui veut déguster un hamburger Quick, d’accepter de financer le culte musulman et d’entretenir une filière alimentaire communautaire et communautariste.

En effet, vous n’êtes pas sans savoir (même si vous veillez à n’aborder jamais la situation sous cet angle) :

 d’une part, qu’une viande halâl provient d’un animal ayant subi un mode d’abattage inutilement cruel réalisé par un « bon » musulman, reconnu comme tel par une des trois mosquées censées gérer ce « label » ; mosquée qui, à ce titre, délivre, moyennant finance, des cartes autorisant à égorger de façon islamique ;

 d’autre part, que des associations religieuses musulmanes se donnent pour mission de contrôler la légalité islamique de toute la filière de production et sont rétribuées par le consommateur final des produits certifiés par elles.

Ainsi, le client de Quick, pendant le temps que cette enseigne le jugera bon, devra soit renoncer à manger des hamburgers chez Quick, soit accepter de financer le culte musulman et d’entretenir une filière alimentaire communautariste n’employant que de « bons » musulmans.

Votre collègue de Roubaix, socialiste comme vous, considérant que l’action de Quick était discriminatoire et contraire au vivre ensemble a porté plainte auprès du parquet de Lille.

Votre réaction dans l’interview que vous avez donnée à M. Thomas Hofnung de Libération est fort différente.

Vous n’avez pas demandé l’avis de la justice. Vous n’avez pas regretté une nouvelle avancée du religieux et du communautarisme dans notre ville. Vous n’avez même pas jugé bon de vous abstenir d’intervenir dans une affaire que certains considèrent seulement comme une simple stratégie marketing de la part d’une entreprise privée (possédée tout de même à 94% par la Caisse des Dépôts et Consignations).

Votre décision a été, tout au contraire, d’intervenir au nom de notre ville pour soutenir la société Quick dans cette expérimentation aussi peu laïque que républicaine.

Peu laïque car obligeant tous les clients de Quick à subventionner un culte pour pouvoir manger.

Peu républicaine puisque la filière de production alimentaire dont sont issues ces nourritures discrimine les salariés selon la religion dont ils se réclament.

Mais quelle sera donc votre attitude lorsque, très légitimement, la seule boisson alcoolisée dans ces Quick ne sera plus proposée, que le règlement intérieur de ces établissements appliquant la charia obligera les serveuses à cacher leurs cheveux « pour ne pas offenser la clientèle », ou quand, pendant le ramadan, ces Quick n’ouvriront qu’après la tombée de la nuit et demanderont des autorisations pour reculer leurs horaires de fermeture ?

Ce sera alors sans doute le moment pour vous de vous souvenir qu’il s’agit d’entreprises privées qui gèrent leurs affaires comme elles l’entendent et de détourner la tête.

En effet, il sera un peu tard alors pour s’afficher laïque et républicain… Cependant, il me semble qu’il existe encore quelques membres du parti socialiste attachés à l’émancipation de l’Homme, des femmes et du salariat, mais c’est sans compter avec votre capacité de conviction…

Votre défense de l’initiative de Quick, à ce que j’ai lu, tourne autour de deux idées :

1) cette initiative permettrait l’ouverture de lieux de « vivre ensemble ». Nonobstant l’intolérance religieuse de certains, les Quicks actuels n’en sont-ils pas ?

2) les mangeurs de hamburgers qui ne voudraient pas consommer chez Quick trouveraient à proximité la même nourriture chez un concurrent.

Argument 1 :

Je suis stupéfait à l’idée que vous avez totalement intégré la notion de dhimmitude qui veut que pour pouvoir être toléré par des musulmans, les non musulmans doivent payer.

Pour vos administrés, dont je fais partie, le paiement se fait donc en euros (avec votre soutien affiché) depuis fin novembre. En effet, pour pouvoir partager ces lieux de « vivre ensemble » dont vous vous félicitez, je dois consommer halâl et donc contribuer au culte mahométan comme à aider le communautarisme islamique en entretenant les associations désireuses d’islamiser toujours plus leur environnement (cf. le site internet d’AVS – une de ces associations de certification islamique – qui sévit à Argenteuil et ne cache pas son combat pour l’islamisation de la société française à commencer par nos compatriotes de confession ou de culture musulmane).

Pour vous, en tant qu’homme de pouvoir de cette ville, ce paiement se fera (se fait déjà ?) en marges de liberté que vous n’aurez plus, ou que vous ne vous donnerez plus, de peur d’irriter la communauté musulmane argenteuillaise (que vous assimilez naturellement à sa plus religieuse et rétrograde partie).

Pourquoi n’envisagez-vous pas que ce soit les tenants de la religion musulmane qui fassent évoluer leur religion, comme cela s’est fait pour la religion chrétienne, plutôt que de demander à tout le reste de la population de supporter des pratiques moyenâgeuses et magiques et même de les subventionner en venant partager ces nouveaux lieux du « vivre ensemble » à l’argenteuillaise ? Penseriez-vous que les musulmans soient incapables, à l’inverse des chrétiens, de prendre du recul sur leurs croyances, de sortir du rite magique pour atteindre la signification spirituelle ? Que faites-vous des français de confession musulmane qui tentent dans notre pays de desserrer les carcans islamiques sur les corps et les esprits ? Le rôle d’un élu de la République (d’autant plus s’il se réclame de gauche) n’est-il pas de défendre ces actions d’émancipation plutôt que d’essentialiser tout français de confession musulmane aux comportements les plus rétrogrades d’une communauté ?

Argument 2 :

Votre argument sur une offre équivalente de hamburgers dans la ville s’appuie sur une méconnaissance des produits Quick et Mac Donald sur le plan gustatif. Un hamburger chez l’un n’est pas assimilable à un hamburger chez l’autre. Faut-il vous rappeler le slogan publicitaire de la société Quick dont vous soutenez le test commercial : « Nous, c’est le goût !».

D’autre part, votre argument ne s’appuie que sur l’existence conjoncturelle d’un restaurant concurrent à proximité du Quick islamisé (c’est-à-dire appliquant une partie des lois coraniques). Ainsi, votre opposition à l’islamisation de votre commune ne s’appuie que sur le constat d’une concurrence économique qui n’a pas d’autre objectif que la rentabilité financière. Beau socialisme républicain que celui-ci, qui s’appuie sur la logique aveugle du libéralisme économique pour finir par nous vanter les bienfaits de lois religieuses, se féliciter de leur diffusion dans notre ville et nous adjoindre de venir les subventionner !!!
Quelle serait alors votre position dans le cas où le concurrent plierait boutique ou se mettrait lui aussi (tout aussi légitimement du point de vue économique qui est le votre) au commerce de nourritures islamiquement pures comme c’est le cas de beaucoup de lieux de restauration sur Argenteuil ?

Par ailleurs, votre argumentaire me révolte car il laisserait supposer que les personnes qui quitteraient Quick pour Mac Donald seraient mues par une sorte de communautarisme, de repli sur soi voire de racisme envers les musulmans (accusations souvent portées dans les médias sans aucun fondement puisque l’islam est une opinion religieuse et pas une « race » si tant est qu’il en existe). Vous semblez ne pas pouvoir imaginer qu’un français laïc (se réclamant ou pas d’une tradition spirituelle) ne veuille pas contribuer financièrement, par l’achat d’un repas, au soutien d’un culte particulier et d’associations communautaristes travaillant à défaire le vivre ensemble … que vous prônez par ailleurs.

Pour enfoncer des portes ouvertes, je vous rappelle tout de même que les règles alimentaires confessionnelles (quel que soit leur dogme d’origine) sont ségrégationnistes par essence puisqu’elles intiment l’ordre à ceux qui leur accordent crédit, de ne pas fréquenter les mêmes lieux pour se nourrir que les infidèles, de ne pas utiliser les mêmes ustensiles pour cuisiner, de ne pas associer dans les mêmes plats les nourritures purifiées des croyants et les nourritures impures du reste de l’humanité, etc …

La ségrégation et le refus du vivre ensemble n’est pas à chercher du coté des laïques et des républicains. Laissez entendre cela est regrettable aussi bien parce qu’il s’agit d’une contre vérité que parce que cela donne une image déplorable des laïques et républicains de notre ville (quel que soit leur confession ou leur absence de confession).
Ils seraient ainsi soient tolérants et se soumettraient spontanément à la charia, paieraient leur dîme religieuse au culte musulman sans rechigner, soient seraient des individus intolérants, refermés sur eux même, rejetant les argenteuillais amateurs de nourritures halâl.

De là à justifier les « accusations » d’islamophobie (ce qui reste encore un droit dans notre pays (celui de critiquer tous les dogmes) depuis que la république a abrogé le délit de blasphème en 1791), d’opposant à la « diversité » voire encore de racisme, le pas est vite franchit … et l’est fréquemment dans le monde politico médiatique qui est le votre.

Au-delà de démontrer une fois de plus qu’il y a dans tous les partis des élus qui renient les principes laïques et républicains et d’autres qui s’y tiennent encore, je m’interroge sur les motivations d’une telle prise de position officielle en faveur de l’application de la charia de la part de celui qui occupe la fonction de secrétaire national aux droits des consommateurs au sein du PS.

L’enjeu de cette position n’est-il qu’électoraliste (simple clientélisme communautaire en vue des élections régionales assignant tout musulman à un mangeur de viande halâl sans autre libre arbitre que la tradition de sa communauté) ou traduit-il une évolution de fond du droit des consommateurs tel que vous l’appelez de vos voeux ? Préparez-vous le terrain pour rapprocher le droit des consommateurs du droit à la liberté de pratique religieuse qui nous mène vers ces affres dans lesquels se perd le vivre ensemble de nos sociétés au nom de la liberté individuelle de faire n’importe quoi si c’est au nom d’une religion (problème du voile, de l’apprentissage des programmes scolaires, de la circulation dans les rues bloquées de façon illégale pour des prières entre hommes tous les vendredis à Paris, Clichy, Marseille et ailleurs, problèmes des relations patients intégristes/médecins, usagers intégristes/agents de l’état, etc …) ?

Pensez-vous vraiment que soutenir l’imposition de la charia à tous les argenteuillais désireux de manger un simple hamburger chez Quick vous attirera la sympathie de la plus grande partie de nos compatriotes de confession musulmane et des autres ?

L’avenir nous le dira.

Vous atteindrez peut être vos objectifs en jouant sur la division des argenteuillais en communautés confessionnelles et en renforçant le pouvoir des religieux musulmans.

Néanmoins, n’oubliez pas les leçons du passé proche où l’imam Ali Yashar de la mosquée As Salam (prés des anciens établissements Dassault) a été mis en résidence surveillée à Mende en Lozère (et à ma connaissance y est toujours) pour propos antisémites et incitation à la haine de l’occident. Depuis lors, nous pouvons nous enorgueillir d’être l’une des 5 communes de France à présenter régulièrement aux élections une liste du Parti des Musulmans de France. Je vous rappelle que ce mouvement politique préconise, pour ce qui est de la politique extérieure, l’absence de critiques envers tous pays musulmans mais la condamnation sans appel des Etats-Unis et d’Israël et, pour le « vivre ensemble », la tradition islamique et le respect littéral des lois du Coran (dont les interdits alimentaires font partie intégrante).

Les milieux religieux que vous semblez vouloir renforcer dans notre ville en soutenant la dîme Quick qui les subventionne vous garantiront (vous garantissent peut être déjà ?) la paix sociale dans nos quartiers si vous les laissez endoctrinez nos enfants et installer le respect des lois de l’islam au détriment de celles de la République. Récemment, dans le dossier très consensuel réalisé par Libération le 26/01/10 sur l’Islam en France, Bernard Godard (chargé de mission au bureau des cultes au ministère de l’Intérieur) s’interrogeait dans un long entretien sur le contenu de l’apprentissage des 700 enfants qui fréquentent (d’après lui) les écoles coraniques d’Argenteuil. Je me pose la même question que lui, sans peur mais sans angélisme non plus.

Votre attitude volontariste de soutien à l’initiative de Quick ne m’incline pas à penser que vous avez bien soupesé les enjeux de l’accord que vous avez voulu communiqué en tant qu’élu du peuple en faveur de l’application de la charia dans un des restaurants de notre ville.
C’est pour moi une erreur politique majeure.

Vous comprendrez aisément, Monsieur Doucet, qu’en raison de mon attachement à la laïcité et à la république, je souhaite que votre calcul électoraliste et communautariste (s’il ne s’agit bien que de cela) échoue.

J’espère seulement que l’erreur politique que j’évoquais plus haut soit la moins coûteuse possible à terme pour tous mes compatriotes afin de vivre dans un pays apaisé mais toujours laïque et républicain.

Franck BERNARD

PS : Je viens de prendre connaissance du dernier numéro de l’Argenteuillais où un petit article présente vos arguments en faveur de l’expérimentation de Quick. Outre la dissimulation de la partie non laïque et non républicaine de la situation créée par cette entreprise, vous vous félicitez que Quick promette de réfléchir à la possibilité de faire coexister, un jour, au sein du même restaurant, des nourritures que les plus intolérants des musulmans (sur lesquels vous vous êtes spontanément alignés) considèrent licites et illicites.
Je me félicite, comme vous, de cette annonce de Quick qui n’avait pas jugé utile de tester jusqu’à présent une offre commerciale qui permette de respecter tous ceux qui ne désirent pas financer un culte ou subventionner des associations communautaristes en commandant un simple hamburger.

Vous conviendrez avec moi que ce n’est pas votre acceptation totale de cette expérimentation qui a amené Quick à changer d’attitude (jusqu’alors caractérisée par le silence sur ce test engagé sans publicité).

Je pense au contraire que l’ouverture de la position de Quick est due à l’indignation des français laïques (musulmans ou non) qui ont souligné l’inacceptable de la situation imposée par cette enseigne dans 8 villes françaises.

Je ne peux que regretter de ne pas compter le maire de ma ville parmi les laïques et républicains qui surent prendre la mesure de la situation créée. Entre d’une part, la volonté pavée de bons sentiments de permettre à tous les argenteuillais de côtoyer les plus sectaires des musulmans qui n’acceptent de partager un espace commun avec des non musulmans que s’ils se soumettent à leur loi et financent leur culte et, d’autre part, la réalité d’une expérimentation collectant sans publicité des fonds au profit d’un culte et d’associations communautaristes, vous avez choisi sans ambiguïté de renier l’héritage laïque et républicain du courant de pensée auquel vous dites appartenir.

Néanmoins, soyez sûr que, bien conscient que les promesses n’engagent que ceux qui y croient, je serai vigilant aux éventuelles applications de l’expérimentation Quick et continuerai, si nécessaire, à attirer votre attention sur les pratiques communautaristes qui s’installeraient dans notre ville.

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.