Lettre ouverte à Caroline Fourest sur son dangereux parallèle entre le racisme et l’islamophobie

Publié le 27 mars 2009 - par - 407 vues
Share

Bonjour Cyrano,

Si vous êtes d’accord, je propose de publier ma réaction à ce que Caroline Fourest a écrit et que je trouve contraire à la vérité et à la liberté d’expression.

Salutations cordiales,

Guillaume

LETTRE OU VERTE A CAROLINE FOUREST

Chère Caroline,

Je vous ai envoyé un message électronique (auquel vous n’avez pas répondu) en lisant sur votre site «PRO-CHOIX» http://www.prochoix.org/freretariq/mensonges.html:

Réaction de Fourest aux propos diffamatoires de Ramadan dans l’Hebdo.

« Ramadan n’ose pas me traiter d’islamophobe », ce qui serait un peu grossier étant donné que je suis rédactrice en chef d’une revue antiraciste et que mon avant dernier livre, Tirs Croisés, s’élevait contre la stigmatisation de l’islam. »

Dans votre réplique je trouve des réactions pour le moins bizarre :

1° Ramadan n’ose pas me traiter d’islamophobe, ce qui serait grossier étant donné que je suis rédactrice en chef d’une revue antiraciste.

2° Mon livre «Tirs Croisés» s’élevait contre la stigmatisation de l’islam.

1° Islamophobie

Comment pouvez-vous écrire: Ramadan n’ose pas me traiter d’islamophobe, ce qui serait grossier étant donné que je suis rédactrice en chef d’une revue antiraciste.

En lisant votre réaction, je dois en déduire que vous considérez l’islamophobie comme synonyme de racisme.

Vous vous rangez ainsi dans le camp de l’interprétation donnée à ce vocable par les musulmans, qui veulent à tout prix assimiler l’islamophobie, ou le fait d’être contre l’islam, comme un acte raciste. Une telle interprétation du mot islamophobie fait de l’islam une race, et conduit tout droit au délit de blasphème.

Ainsi les islamistes gagneraient une double bataille, d’une part en ayant obtenu que l’islam soit assimilé à une race afin de pouvoir imposer le délit de blasphème et d’autre part, cela garantirait aux imams seuls le droit de menacer ou d’insulter les «impies, les infidèles» librement et sans critique possible, à l’aide des sourates criminogènes du Coran.

Faut-il rappeler à une spécialiste comme vous, Chère Caroline, que le mot «islamophobie» comporte deux éléments: islam et phobie (du grec phobos, crainte, peur, etc.) et que «l’islam «n’est pas une «race» mais une idéologie pernicieuse et totalitaire, et que le fait d’avoir des sentiments d’angoisse ou de peur, à cause d’une religion aussi intolérante, est un droit, aussi longtemps que les islamistes ne parviennent pas à nous interdire d’avoir des «sentiments» et de «penser» librement.

2° Mon livre « Tirs Croisés » s’élevait contre la stigmatisation de l’islam.

Je suis très étonné de lire que vous vous opposez à voir l’islam stigmatisé. Le Petit Larousse que j’ai consulté, parce que je suis néerlandophone, m’apprend que stigmatiser est synonyme de flétrir, blâmer avec dureté et publiquement, et Le Petit Larousse donne comme exemple: stigmatiser les violations des droits de l’homme.

Mais ailleurs je trouve encore d’autres synonymes, comme condamner, critiquer, fustiger, réprimander, reprocher, maudire, réprouver. Ceci pour en conclure, Chère Caroline, que si l’on peut stigmatiser les violations des droits de l’homme, on peut aussi stigmatiser l’islam qui est une idéologie tout à fait contraire aux droits de l’homme, et qui est basée sur un monument d’intolérance, c’est-à-dire le Coran.

En vous opposant à la stigmatisation de l’islam, vous vous rangez une deuxième fois dans le camp musulman, qui veut interdire la critique de l’islam et vous voulez une deuxième fois appuyez le délit de blasphème. Contrairement à ce que vous pensez, et aussi longtemps que la charia n’est pas en vigueur et que l’islam n’est pas reconnu comme une race, mais est bien bel et bien, une idéologie contraire aux droits de l’homme. j’ai le droit en vertu de la C.E.D.H, de stigmatiser condamner, critiquer, fustiger, réprimander, maudire, réprouver l’islam et le Coran qui en est la base idéologique. En vous opposant à ce droit vous vous opposez à la C.E.D.H.

Le Coran, ce monument d’intolérance de la première page à la dernière, est un livre criminogène, raciste, ségrégationniste, polygame, misogyne, incitant à l’extermination des infidèles, prônant l’esclavage, l’infériorité de la femme, le droit de la battre et de la répudier, etc. On ne pourrait donc pas, selon vous, stigmatiser, critiquer, fustiger, réprouver, rejeter, un tel Coran, un tel isla:m?

Vous faites aussi toujours une distinction entre islam et islamisme, mais, Chère Caroline, l’islamisme, autrement dit le fanatisme religieux, est dans les textes inhumains du Coran et vous ne sauriez, séparer l’islam du Coran parce qu’il est toute la base de l’islam.

C’est dans le Coran que les islamistes puisent leur « islamisme », c’est-à-dire leur fanatisme. Le musulman fanatique ne fait qu’appliquer, les versets du Coran. Pakistan il y a des dizaines de milliers de madrasas où l’on prépare des fanatiques ou de «futur terroristes» en leur faisant apprendre par cœur ce Coran criminogène. Même en Angleterre il y a déjà 1.600 madrasas qui appliquent la même méthode pakistanaise, c’est-à-dire à faire des fanatiques, des enfants dans d’innombrables madrasas.

J’ai l’habitude de compléter ce que j’affirme par des preuves, c’est pourquoi je me réfère au Coran comme exemples de preuves irréfutables.

Le Coran dit qu’il est un avertissement pour l’univers (Sourate LXXXI, 27). Nous ne t’avons envoyé (Mahomet) que pour annoncer et pour menacer (Sourate XXV, 56). Les infidèles sont vos ennemis déclarés (Sourate IV, 102). Faites-leur la guerre jusqu’à ce qu’ils payent le tribu de leurs propres mains et qu’ils se soient soumis (Sourate IX, 29). Voilà, Chère Caroline, l’introduction à l’islam de paix selon le Coran.

Les insultes et les menaces, multiples et variées, contre les mécréants, les impies, les incrédules, apparaissent partout dans le Coran et vous ne pouvez pas l’ignorer :

Les infidèles sont des méchants (Sourate II, 25, 26, 255, sourate VIII,38, sourate LII,47, Sourate LXXI,29)des perfides (II,26), des imposteurs (Sourate III,54), des impies (Sourate III,144) des pervers (Sourate V,75) les plus pervers de tous les êtres créés (Sourate XCVIII,5) des menteurs (Sourate VI, 28, Sourate LI,10) des réprouvés (Sourate VII, 44) pas animaux plus vils, sourds et muets (Sourate VIII, 22, 57),des idolâtres (Sourate IX, 5) des criminels (Sourate X,14, Sourate LV,43, Sourate LXXVII, 46) des injustes (Sourate IX, et Sourate X, 53) des hypocrites (IX, 69) des maudits (Sourate IX, 69) des prévaricateurs (sourate XLVI, 19) des fourbes (Sourate LII, 46), des suppôts de Satan (Sourate IV, 78).

Les imams, chère Caroline, ont-ils le monopole de s’exprimer sans pouvoir être contredits au nom de l’islam, et n’aurions-nous pas le droit de nous défendre en stigmatisant cet islam et en dénonçant sa perversité et sa dangerosité?

N’oubliez pas, Chère Caroline, que n’étant pas musulmane, vous êtes une infidèle dont le Coran règle le sort. En Voici quelques spécimens :

Les infidèles: Quand vous rencontrerez ceux qui sont infidèles, frappez-les au col jusqu’à ce que vous réduisiez à merci. Alors serrez les liens (Sourate XLVII, 4).Incroyants: Ce sont vos ennemis. Evite-les. Que Dieu les extermine. Qu’ils sont faux! (Sourate LXIII, 4). Tuez-les partout où vous les trouverez et chassez-les d’où ils vous auront chassés. La tentation de l’idolâtrie est pire que le carnage à la guerre (Sourate II, verset 189).Extermine les méchants (Sourate LXXI, 29). Croyants! Ne formez de liaisons intimes qu’entre vous: les infidèles ne manqueraient pas de vous corrompre, ils désirent votre perte. Leur haine perce dans leurs paroles ; mais ce que leurs cœurs recèlent est pire encore (Sourate III, 11). Afin d’éprouver les croyants et de détruire les infidèles (Sourate III, 135). S’ils retournent à l’infidélité, saisissez-les et mettez-les à mort partout où vous les trouverez. Ne cherchez parmi eux ni protecteur ni ami (Sourate IV, 91). Moi je jetterai la terreur dans le cœur des infidèles. Abattez leurs têtes et frappez les extrémités de leurs doigts (Sourate VIII, 12). Moi je jetterai la terreur dans le cœur des infidèles. Ce n’est pas vous qui les tuez (les infidèles), c’est Dieu. (Sourate VIII,17) O croyants! Combattez les infidèles qui vous avoisinent, qu’ils vous trouvent toujours sévères à leur égard (Sourate IX, 124). Ceux qui combattent Dieu et son apôtre: vous leur ferez subir le supplice de la croix, vous leur couperez les mains et les pieds alternés, ils seront chassés de leur pays. (Sourate V, 37) Quel spectacle, lorsque les anges ôtent la vie aux infidèles! Ils frappent leurs visages et leurs reins, et leur crient: Allez goûter la peine du feu.(Sourate VIII, 52). O croyants! Ne prenez pas pour amis les juifs et les chrétiens, ils sont amis les uns des autres. Celui qui les prendra pour amis finira par leur ressembler, et Dieu ne sera point le guide des pervers (Sourate V, 56.)

Wafa Sultan, semble avoir mieux compris que vous ce qu’est l’islam, chère Caroline, ou elle ne veut pas comme vous, ménager la chèvre et le choux, lorsqu’elle parle de son combat contre l’islam: Attention, je dis combattre l’islam. Pas l’islam politique, pas l’islam militant, pas l’islam radical, mais l’islam tout court.

Autrement dit, elle ne fait à juste titre, pas de distinction entre islam et islamisme. Il y a bien de nombreuses tendances dans l’islam, les unes plus dangereuses que les autres, mais elles sont toutes basées sur ce Coran criminogène. Si le musulman devient trop endoctriné, trop radical, trop fanatique, il arrive à appliquer littéralement les versets du Coran, et à se livrer à des actes terroristes monstrueux, comme à Madrid, Londres, Bombay, Bali, etc., et le Coran d’Allah prévoit qu’il n’est même pas coupable, au contraire il devient un martyre, récompensé au ciel, par d’innombrables vierges. Voilà le Coran qu’on ne pourrait pas stigmatiser selon vous.

Heureusement que la grande majorité des musulmans est modérée, sinon le monde entier ne serait plus qu’un carnage. Il ne faut pas confondre le Coran immodéré avec le musulman modéré. Il ne faut pas non plus parler d’un islam français, belge, ou européen, parce qu’il n’y a qu’un seul Coran, et personne ne peut le changer, ni l’adapter, sinon il faut tout simplement supprimer les 9/10ième de son contenu, pour le rendre conforme à la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Voilà la mise au point que je voulais faire, chère Caroline. Peut-être que vous répondrez à ma lettre sur Riposte laïque, ce que j’espère. Je n’aime pas qu’il y ait confusion entre une religion et une race, et encore moins qu’on veut me priver du droit de critiquer, de stigmatiser l’islam ou toute autre religion en raison de leur dangerosité. C’est un droit inaliénable.

Guillaume Plas

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.