Lettre ouverte aux militants progressistes abusés par les islamistes

Publié le 27 avril 2009 - par
Share

Il y a un profond malentendu chez les militants de gauche qui soutiennent par ex. les jeunes filles voilées, et croient que leur combat est compatible avec les valeurs progressistes. En réalité, comme l’ont montré F. Venner et C. Fourest dans « Tirs croisés », les valeurs de l’islamisme des provoiles s’apparentent, sauf exceptions, à l’idéologie d’extrême-droite :

– cet islam radical est théocratique, il vise explicitement à la domination du politique par la loi religieuse, alors que la gauche est laïque et veut que les lois soient faîtes par les citoyens ; en Europe, seuls les intégristes les plus enragés disent que « la loi de Dieu est supérieure à la loi des hommes », alors que cette affirmation est quasiment commune en climat islamiste, voire chez des modérés ;

– cet islam met en question notre vision de l’égalité hommes/femmes, la gauche est féministe ;

– cet islam véhicule une idéologie discriminatoire, puisque les juifs et chrétiens n’y ont pas le même statut (y compris juridiquement) que les musulmans (c’est la « dhimmitude », statut traditionnel reconnu aux non-musulmans en terre d’islam, qui doivent payer un impôt spécial, n’ont pas les mêmes droits que les musulmans ; il s’agit donc d’une forme de racisme, au sens large du terme. Encore aujourd’hui, en Europe, des parents musulmans admettent difficilement que leurs filles puissent épouser un non musulman (d’où certaines affaires tragiques). En matière de discrimination, cela pose un grave problème ! Notons qu’un homme musulman a le droit d’épouser une femme juive ou chrétienne, dyssémtrie elle-même problématique ;

– cet islam rejette certaines libertés fondamentales pour les laïcs, notamment la liberté de conscience :
une personne née musulmane n’a pas le droit de changer de religion  (la liberté de conscience est au fondement de tout esprit démocratique) ;

– enfin, certaines dérives importantes au sein de cet islam contestent le savoir scientifique (voir les récents débats autour du darwinisme), la démocratie, permettent de tolérer la polygamie, l’excision, le port du voile au nom de la différence culturelle etc. ;

– sans oublier bien sûr la condamnation ferme par l’islam majoritaire de l’homosexualité et de la liberté « décadente » des moeurs.
A ce sujet le très récent documentaire d’ARTE sur Durban I et ses suites (soirée Théma du 21 Avril 2009) montre les grandes réticences des autorités de pays musulmans à envisager la protection des homosexuel(le)s dans leurs pays. Envisager cette protection semble carrément hors-sujet, et est qualifié de « vision occidentale » qui n’a rien à voir avec les droits de l’homme !

Il existe heureusement des courants tout à faits éclairés au sein de l’islam, mais peu visibles (et souvent considérés comme « hérétiques », comme certains courants du Soufisme) et ce ne sont pas ceux qui, me semble-t-il, inspirent le plus souvent les « provoiles ».

Ceux-ci se mettent au service d’une interprétation réactionnaire de l’islam, qui le rend très proche de l’intégrisme catholique, adversaire des militants de progrès. Pour vérifier par eux-mêmes cette affirmation, je conseille vivement aux militants de gauche de questionner précisément les jeunes filles voilées – ou leurs gentils « encadrants » – sur quelques questions non-négociables pour un démocrate de gauche : la lapidation des femmes adultères, l’homosexualité, la liberté de changer de religion quand on est né(e) musulman… La liberté d’expression est un autre sujet à aborder. Les islamistes et même un certain nombre de musulmans paisibles auront du mal à accepter le manque de respect envers les religions. Si cette position théocratique est acceptable pour l’extrême droite religieuse, elle est insupportable pour une gauche laïque ou athée.

Sur tous ces points, vous risquez d’entendre de la part des musulmans intégristes ou traditionnels des affirmations particulièrement opposées à TOUS LES COMBATS de gauche de ces dernières décennies, pour ne pas dire de ce siècle dernier ! Mais bon, c’est vrai que ces militants de la gauche radicale, s’ils manifestent volontiers avec des forces « antisionistes », ne semblent pas très curieux de connaître les opinions de leurs ‘ »alliés » sur ces questions sociétales. Pourquoi si peu de curiosité et si peu d’intérêt de la part de ces militants de gauche pour savoir ce que les musulmans et musulmanes pensent véritablement de toutes ces questions ? Ces militants de la gauche radicale préfèrent-ils se voiler la face, et éviter surtout les questions qui fachent avec les musulmans – homosexualité, laïcité, primauté du spirituel, voire existence de Dieu et Darwinisme ? Marxistes et autres Trotskistes en restent alors à une vision purement tactique et méprisante de leurs alliés de circonstances, croyant les utiliser comme des « forces d’appoint ».

On pourrait même les accuser d’une forme subtile de racisme : car enfin, est-il normal de manifester par ex. avec des sympathisants de l’islam radical, sans jamais discuter profondément avec eux et avec elles ? Ne serait-ce pas un manque de considération philosophique et humaine qui conduit à une telle attitude ? Si on s’engage avec des êtres humains et des forces politiques, c’est la moindre des politesses de discuter sérieusement avec eux, non seulement des sujets tactiques, mais du fond des choses, de la philosophie politique (voire religieuse) qui anime les uns et les autres. Ne pas faire ce type de discussion, c’est manquer à son devoir d’intellectuel et de militant.  

L’alliance de circonstances entre une gauche égarée et la mouvance islamique intégriste bute ces temps-ci sur une contradiction : la condition féminine. Autre pierre d’achoppement : l’humour, le droit de faire des caricatures. Ces deux valeurs de la gauche radicale sont incompatibles avec l’islamisme, et il faut voir les contorsions intellectuelles que doivent faire certains dessinateurs, se prêtant à justifier l’attitude de foules obscurantistes face aux caricatures « blasphématoires ». Les mêmes qui étaient prêts à lutter contre l’Eglise catholique quand elle voulait interdire des affiches de films, se montrent souvent silencieux face aux mêmes menées, par des intégristes musulmans.

A quand le réveil des progressistes et de la gauche sur ces questions brûlantes ?
Il est quand même paradoxal que les intellectuels qui restent fidèles aux valeurs républicaines (liberté d’expression, laïcité, lutte contre l’antisémitisme, etc.) se soient faits qualifiés de « nouveaux réactionnaires » par une gauche qui s’oublie dans un aveuglément étonnant face à une idéologie effectivement typiquement réactionnaire.

Espérons qu’un jour les militans égarés, compagnons de route de l’islamisme, se réveilleront gràce à la gauche républicaine et aux féministes !

Loick

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.