M. Accoyer, à quand le drapeau de l'islam sur le toit de l'Assemblée nationale ?

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
Vous avez jugé bon d’annuler le débat « Immigration, islamisation : un danger pour la France ? » qui devait avoir lieu dans les locaux de l’Assemblée Nationale.
Or cette annulation est survenue après le communiqué émanant de l’oulema Mohamed Moussaoui. Autant dire que vous avez cédé aux pressions du CFCM et que vous avez laissé un pouvoir religieux prononcer un interdit, dans un pays laïc comme le nôtre, qui non seulement reconnaît la liberté d’opinion et de conscience depuis 1789, mais entend donner les moyens de les exprimer :
« La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi.  »
Sommes-nous encore dans un pays démocratique, quand c’est le Président de l’Assemblée Nationale lui-même qui se conforme à la charia islamique ?
Sommes-nous encore dans une France républicaine, quand c’est le Président de l’Assemblée Nationale lui-même qui interdit l’échange et le débat d’opinions, au mépris de la loi française ? Nous sommes en droit d’en douter !
Vous participez, vous aussi, à l’ « assassinat » de la France et de ses valeurs, en brimant la liberté d’expression qui est le fondement même de notre Nation.

Liberté d’expression, il faut le préciser, qui n’est brimée que quand elle touche certaines personnes et certains sujets. Ainsi, quand un fou d’Allah, ivre de haine, harangue ses coreligionnaires en plein centre de Limoges, avec un porte-voix, sans autorisation de la préfecture, qu’il appelle au djihad contre la France et invite à brûler le Code civil (NOTRE Code civil !), il n’est pas interrompu par les forces de l’ordre… et l’histoire ne dit pas qu’il ait été ensuite inquiété !
L’imam anglais, qui figure sur la video dont je vous joins le lien n’a pas tort d’affirmer que bientôt flottera, à Paris, sur l’Assemblée Nationale, le drapeau de l’islam : on y vient tout doucement !
http://www.youtube.com/watch?v=xdRfT76s7UQ
Votre geste marque, pour moi comme pour d’autres, l’avènement officiel du délit de blasphème, contre lequel s’était battu Voltaire : bravo pour ce recul de 3 siècles, Monsieur le Président ! Il marque aussi la mort de l’Etat laïc, pour lequel avait oeuvré Emile Combes en 1905 : bravo encore pour ce recul d’un siècle !
Vous devriez d’ailleurs lire (ou relire) l’ouvrage que Gabriel Merle a consacré à ce dernier. Ce qu’il dit du catholicisme s’applique à l’islam, et montre qu’il est légitime de vouloir imposer des limites à une idéologie politico-religieuse qui entend régler tous les aspects de la vie : « Emile Combes ne démolit certes pas l’Eglise, mais il la montre un carcan qui vous enserre, et empêche l’expansion maximale de l’individu. »
« O tempora, o mores » : autrefois, on cherchait, pour le bien du peuple, à le délivrer d’un « carcan » religieux oppressant ; aujourd’hui, on s’ingénie à le mettre en place et, pour ce faire, on interdit même tout débat qui risquerait de soulever les questions qu’il ne faut surtout pas soulever !
Ecoeurant et indigne !
Salutations républicaines
Chantal MACAIRE

image_pdfimage_print