M. Malandain ne se comporte ni en républicain, ni en laïque, ni en démocrate

Publié le 18 janvier 2010 - par - 253 vues
Share

Á l’attention de l’équipe de Riposte Laïque

Mesdames, Messieurs,

Je livre mon sentiment quant à l’affaire qui oppose Riposte Laïque à monsieur Malandain, ci-devant maire de Trappes, dont je pense fort qu’il entend faire punir toute atteinte à sa majesté républicaine. Je le fais malgré les divergences que j’entretiens avec Riposte Laïque, divergences que j’entends ainsi vous exposer loyalement et sincèrement.

Revenons sur la procédure initiée par le maire de Trappes et portée par son avocat. Dans le courrier dudit avocat, on peut se concentrer sur deux passages. Le premier porte sur l’accusation en puissance du maire de Trappes et le second porte sur les réparations demandées. L’examen des réparations exigées montre, selon moi, que monsieur Malandain ne se comporte pas en démocrate. L’examen de l’accusation en puissance montre, selon moi, que monsieur Malandain ne se comporte pas en républicain.

Á la lecture de l’article de Riposte Laïque intitulé « Le maire de Trappes n’a aucun argument pour attaquer Riposte Laïque », je rappelle ci-dessous la liste des réparations exigées par ledit avocat :

« – […] supprimer dans un délai de 48 heures […] l’article litigieux […],

– […] prendre l’engagement ferme et définitif de rendre cet article inaccessible […],

– […] nous communiquer l’identité et les coordonnées de l’auteur de cet article […] »

Ce qui est exigé est clair : personne ne doit pouvoir lire l’article et son auteur doit faire l’objet d’éventuelles poursuites. On bâillonne voire on embastille. Il sera difficile de faire croire au caractère démocratique du comportement de monsieur Malandain.

Je rappelle maintenant l’accusation en puissance portée.
« Selon [la Ville de Trappes], cet article semble sous-entendre que la communauté musulmane est source de violence et que notamment la ville de Trappes ne réagit pas, trop préoccupée à favoriser cette communauté pour obtenir son vote. »

En admettant que l’avocat relaie correctement les vues de « la Ville de Trappes » et, de facto, celle de son maire, monsieur Malandain, on est évidemment en droit de penser que monsieur Malandain croit à l’existence d’une communauté musulmane. Á titre personnel, cela me suffit pour être convaincu que monsieur Malandain n’est pas républicain car, en République, il n’y a qu’une seule communauté, le Peuple, la Nation.

Je ne peux poursuivre davantage sans avoir au préalable exposé ce que je crois avoir compris de l’indéniable combat de Riposte Laïque pour la défense de la laïcité républicaine. C’est principalement, mais non exclusivement, contre l’Islam que Riposte Laïque entend défendre la laïcité républicaine. Citons, par exemple, quelques extraits de l’article de Riposte Laïque intitulé « Parlons du racisme supposé de ceux qui, comme RL [Riposte Laïque], s’attaquent à l’offensive de l’islam », signé par Daniel Cabuzel.

« Un minimum de connaissances sur l’histoire de cette religion devrait faire vite comprendre la différence avec les deux autres religions monothéistes. L’Islam est verrouillé. Les textes fondateurs sont intangibles. »

« Mais, depuis la Reconquista dans la péninsule ibérique, ce sont les mouvements fondamentalistes et intégristes qui ont repris le dessus. […] Là aussi, cette reprise en main avait été prévue dans les textes fondateurs (commandeur des croyants dans le Coran et Sunna). »

« Qui aujourd’hui menace les fondements de la République en pratiquant la désobéissance civile ? Les catholiques ? Il y a longtemps que les ligues sont dissoutes. Les protestants ? Ils ont été la cheville ouvrière des droits de l’homme. Les Israélites ? Leur discrétion est connue, même si l’on voit réapparaître les kippas et les costumes religieux dans certaines rues de Paris et s’ouvrir de nouvelles écoles confessionnelles. »

« C’est bien l’Islam qui s’attaque aux fondements de la République en sapant ses principes laïques. Pourquoi faudrait-il l’épargner ? »

Le premier extrait tend à établir une expertise de Riposte Laïque dans la connaissance de la religion musulmane. Je n’attendais pas de défenseurs de la laïcité républicaine qu’ils se livrassent à une exégèse religieuse. Le deuxième extrait tend même à établir une expertise dans la connaissance de la mystique même de l’Islam, en évoquant une « reprise en main […] prévue par les textes fondateurs ». Je n’attendais pas de défenseurs de la laïcité républicaine qu’ils donnassent dans l’ésotérisme.

Les troisièmes et quatrième extraits vont de pair : ils établissent deux modes de désignation inverses l’un de l’autre. Le troisième extrait prétend dédouaner quelques religions en en évoquant les conduites sympathiques de leurs fidèles, « catholiques », « protestants », « israélites ». Inversement, le quatrième extrait, entend charger les fidèles d’une religion en accusant directement leur religion, « l’Islam ». On peut malheureusement croire à la négation de la singularité individuelle, par Riposte Laïque, de tous les prétendus adeptes de l’Islam, et que de ceux-là.

L’attaque en négation de la singularité individuelle est sérieuse, j’entends donc l’étayer. Je crois que vous considérez que le concept de laïcité républicaine relève de l’évidence rationnelle. Ainsi, vous pouvez aisément accuser les musulmans de porter atteinte à la laïcité en connaissance de cause et en toute mauvaise foi. Ensuite, vous opérez un constat implicitement statistique, à la manière d’Adolphe Quételet et de son « homme moyen », pour conclure que « le musulman moyen » s’oppose à la laïcité républicaine en tant que telle. De ce saut du quantitatif au qualitatif, puisque le « le musulman moyen » caractérise, par définition, l’Islam, vous pouvez en déduire que l’Islam en tant que tel combat la laïcité républicaine.

Je pense que Riposte Laïque tient en substance le raisonnement que je viens de décrire. Je conteste ce raisonnement. Je conteste la prétendue évidence rationnelle de la laïcité, car je pense que la laïcité ne s’acquiert que par l’instruction civique et la réflexion philosophique. Je conteste le concept de « musulman moyen », car j’y vois une remise en cause de l’aptitude de tout être à l’exercice autonome de la raison (le cogito de Descartes). Et je m’interroge quant à ce que Riposte Laïque désigne précisément sous le vocable d’« Islam », car je crois ce terme terriblement polysémique. Il serait utile d’organiser, en temps voulu, un débat libre et éclairé en raison. J’y suis totalement et inconditionnellement favorable.

Mais ce n’est pas l’objet de mon propos du jour : aujourd’hui, il m’est demandé d’établir que monsieur Malandain n’est pas républicain. Ceux qui me connaissent savent que je prétends en avoir apporté la démonstration avec un autre citoyen et ami, dans un texte qui m’a valu de monsieur Malandain le qualificatif de « voyou » (22 mai 2008, salle Jean Moulin, Trappes). J’en suis profondément honoré, car j’y vois personnellement l’hommage du vice à la vertu. Le texte que j’ai co-rédigé n’est en fait qu’un commentaire d’une intervention de monsieur Malandain, ci-devant maire de Trappes, face au CERAS en juillet 2004.

Dans cette intervention, monsieur Malandain, en tant que maire de Trappes, déclare : « Quand je discute avec la petite communauté israélite de notre ville, ou avec les communautés catholique ou musulmane, c’est toujours la même position : la laïcité, la relation, le dialogue. ». Il reconnaît donc bien, en tant que maire, des communautés religieuses, ce qui s’oppose au principe selon lequel le Peuple, ou la Nation, est l’unique communauté en République. On peut noter qu’il parle à ces prétendues communautés religieuses de laïcité. On croit rêver.

Monsieur Malandain, toujours en tant que maire de Trappes, passe carrément aux aveux : « Nous hébergeons aussi dans des locaux municipaux la communauté israélite, car ceux qui servaient de synagogue ont brûlé à la fin de l’année 2000 […]. Début 2004, j’ai pérennisé cette décision. », « Il n’y a pas de « problèmes », mais l’islam du Maghreb n’est pas le même que celui de l’Afrique sub-saharienne. […]Aujourd’hui, nous hébergeons les deux : à la fois une école coranique (même si elle n’en a pas le nom), et l’association des musulmans d’Afrique sub-saharienne. ». Il avoue que la municipalité de Trappes a sciemment hébergé des prétendues communautés religieuses. Que faut-il de plus ?

Je m’en tiendrai là quant à mon exposé. Ceux qui ont lu le texte que j’ai co-rédigé savent que, avec mon co-rédacteur, notre attaque va encore plus loin. Mais les points que je laisse sous silence étant plutôt de nature à indisposer Riposte Laïque, je les ai courtoisement tus en attendant l’éventuel débat libre et éclairé en raison que je vous ai inconditionnellement suggéré plus haut.

Recevez, mesdames et messieurs les rédacteurs de Riposte Laïque, mes sincères salutations et mes vœux de succès dans votre épreuve judiciaire.

Kamal Benmarouf

http://www.ceras-projet.com/index.php?id=1368

http://trappes-sqy-blog.20minutes-blogs.fr/archive/2008/03/06/allah-la-nation-le-maire-commentaire-integral.html

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.