Marianne, il est impensable que nous ne réagissions pas à la catastrophe islamique qui se prépare…

Publié le 1 mars 2010 - par - 263 vues

“Marianne”, Au fil du temps, après bien des affres, des vicissitudes et des bouleversements, tu as perdu les attributs de ta splendeur, et aujourd’hui, on a du mal à te reconnaître, tant tu as changé….

Comment te retrouver sous tes multiples et grotesques masques, sous tes oripeaux et tes guenilles crasseuses, avec ta mine défaite, ton langage tenant plus du sabir ou du petit nègre (excuse cette touche politiquement incorrecte), tes moeurs dissolues, ton laisser-aller physique et moral….. Affublée d’un foulard qui cache tes cheveux, ton front, parfois même tout ton visage, te voilà maintenant déguisée et travestie en fantôme ou en ectoplasme endeuillé.

Mais qu’es-tu donc devenue ?
Et, depuis 68, on a assisté à des déchaînements imbéciles : faire table rase du passé, avilir nos aïeux, tel était le credo d’une gauche omnisciente, sûre d’elle-même, donneuse de leçons.
Mais battre sa coulpe ne suffisait pas. Il fallait, de surcroît, avilir et dénigrer le présent, le passé, cultiver à outrance un masochisme permanent qui donnait bonne conscience à nos “intellectuels”, nos politiques et démagogues de tout poil, incapables qu’ils sont d’accepter leur condition , et imbus de leur petite personne bien-pensante.
Aujourd’hui, nous sommes partagés et déchirés dans nos excès : tantôt investis d’un stupide et prétentieux universalisme, tantôt ancrés sur une culpabilité permanente envers nos anciens colonisés et tous les déshérités de la terre.

Mais nous sommes les seuls au monde à cultiver avec délectation, presque avec masochisme, ce sentiment de contrition, de regrets éternels, de remords sans fin, de pêchés perpétuels (encore une exception française…)

– Avons-nous vu les Allemands se repentir indéfiniment à l’évocation de la shoah …?

– Avons-nous vu les Américains s’apitoyer sur les massacres des indiens…?

– Avons-nous vu les Russes se lamenter sur l’existence passée des goulags ?……
– Avons-nous vu les Barbaresques et leurs descendants revenir sur leurs forfaits, du temps où ils régnaient en maîtres sur la méditerranée ?….

Mais quand aurons-nous le courage et la sagesse d’assumer notre passé, tout notre passé, et de cesser de bafouer et d’humilier l’oeuvre de nos ancêtres…qui ne sont plus là pour se justifier ou s’excuser…

Nous en avons assez de ces accusations, de ces condamnations incessantes, de ces injures et calomnies, de ces invectives outrancières, d’où qu’elles viennent, et quels qu’en soient leurs auteurs.

Connaissez-vous beaucoup de pays où l’on siffle l’hymne national lors de rencontres sportives, où l’on injurie les institutions, où l’on invective les dirigeants, où l’on ne respecte ni les lois, ni les coutumes et les moeurs..? Essayez-donc de faire de même en Arabie saoudite, en Algérie, en Russie, en Chine… et même aux USA.

Comment a-t-on pu tolérer, accepter sans broncher le flot d’abjections qui fleurit dans les stades, sur les plateaux de télé, et même dans certains hémicycles… Insultes émanant d’une espèce humanoïde en voie de disparition dans son pays d’origine, mais qui se reproduit rapidement en milieu urbain gaulois, les Niktameres…».

Comment a-t-on pu autoriser, admettre ces titres provocateurs, ces » chansons» aux paroles nauséabondes…..Par lâcheté, car nul ne veut aujourd’hui apparaître comme un censeur, un réactionnaire, et suprême anathème… comme un Fasciste.

De peur d’être épinglé, catalogué comme le suppôt de la société, le fasciste, le citoyen français se terre, se tait, se cache, n’osant même plus exprimer ses sentiments, finissant par croire qu’il est atteint d’une maladie incurable et congénitale…

Il faut l’admettre, même si le jugement peut paraître lourd ou sévère. Nous sommes tous des lâches… A commencer par nos élus, nos politiciens, nos représentants, nos journalistes, nos interprètes des médias, nos artistes, nos vedettes., nos intellectuels….qui, pour lesquels » cracher dans la soupe» ou se fustiger dénote un grand esprit humaniste et atteste d’une grande liberté de pensée.

La veulerie de certains politiques donne à réfléchir sur le peu de crédit qu’on peut leur octroyer. La vilénie et la bassesse sont trop souvent les réponses offertes aux atteintes faites à notre nation.

Oui, nous sommes lâches, par manque de courage, de volonté, et surtout par la dissolution de la foi… Marianne, longtemps, trop longtemps, tu as fréquenté bien des opportunistes et des démagogues de tout poil qui t’ont abusée, avilie, diminuée.

Au nom de liberté et de fraternité, au nom de tolérance et d’humanité, tu as ouvert toutes les portes, supprimé les interdits , encensé les crapules et les voyous, profané les valeurs qui avaient fait ta réputation au point que ton environnement ressemble plus à un champ d’épandage, à une vaste poubelle qu’à un horizon radieux

Qui sait, demain, peut-être, seras-tu condamnée à te défaire de ton bonnet phrygien au profit du tchador. Tu pourras aussi abandonner tes couleurs, le bleu, blanc, rouge au profit du black et du beur, voire du gay… Ta langue, délaisseras au profit du sabir, du verlan, et ta musique ne sera plus que le rap et ses éructations psychédéliques.
Mais à ceux qui prônaient le port du foulard islamique, pourquoi ne pas avoir répondu (si tu avais eu quelques hardiesses) : “soit, mettez les voiles et promptement”.

Marianne, pourquoi avoir été si aveugle, si ignorante du mal de tes banlieues ?…

Tu aurais du savoir et mesurer la désespérance, l’angoisse, et par-dessus tout l’ignorance de tes habitants.

Il est vrai qu’il est navrant et désespérant de constater qu’une frange de ta population vit en totale marginalité. Bien des communautés, aux origines diverses, conservent leur langue en ignorant la tienne, leurs moeurs, tout en refusant systématiquement tes principes et tes obligations républicaines….. Mais, bénéficiant toutefois de cotisations, de prestations, d’allocations, d’aides de la sécurité sociale, des collectivités locales, de l’état. Et c’est ainsi, Marianne, que tu as fait naître des assistés permanents profitant au maximum de tes largesses, puis des parasites.

En fait, tes enfants les plus en vue,( ce que l’on nomme la classe politique) n’ont rien vu venir, et sont totalement ou partiellement déphasés, pire encore, ils sont complices de ces dérives, de ce lent pourrissement.

Dis moi pourquoi ce qui avait parfaitement réussi avec les Italiens, les Polonais, les Portugais … fut un échec total pour les Maghrébins et les Africains, à quelques exceptions près ?

Marianne, tes politiques, tes stratégies d’acculturation ont abouti à un désastre, tant pour tes nationaux que pour les immigrés.

Tes politiques de décolonisation, tout aussi douloureuses que conflictuelles, n’ont pas fait l’objet d’un plan, d’un programme bien établi, et à long terme.

Tes décolonisations ne furent que des enchaînements incontrôlés, des tentatives de colmatage, des successions de gadgets( dont les politiques ont le secret)..

Hélas, il en fut de même avec les problèmes posés par l’immigration.
Et nous voilà aujourd’hui, chère Marianne, devant une impasse, car des problèmes nés il y 30 ans n’ont toujours pas été résolus.

Pourquoi ? Parce que les questions sur l’immigration, qu’elle soit légale, ou clandestine sont tabous…

Te voilà, Marianne, prisonnière de tes excès : tantôt victime de ton stupide et prétentieux universalisme, tantôt ancrée sur ta culpabilité éternelle envers tes anciennes colonies, ta repentance incommensurable à l’égard de tous les déshérités, ton profond angélisme qui t’amène à penser que tout le monde t’aime et te vénère…

Demain, la France sera musulmane sans qu’aujourd’hui quelqu’un puisse s’en offusquer. Demain il sera toujours temps… demain, il sera trop tard.

Car demain, nos femmes seront voilées, la loi musulmane, la charia, aura primauté sur les lois de la république, le ramadan sera obligatoire, les viandes de porc bannies, … on pourra battre sa femme et la répudier en toute impunité, on pourra être polygame sans être poursuivi… seul Allah dirigera nos actes et nos consciences. En somme, le paradis….Comment n’y a-t-on pas pensé plus tôt ?

Demain, les églises seront transformées en mosquées, les catholiques en dhimmis, sujets soumis à la loi coranique…

Nous serons tous enturbanés, en babouches, prêts à céder St Jacques de Compostelle pour la Mecque… Nous serons en marche pour une parfaite assimilation, la Gaule sera l’Arabia, le français deviendra un sabir déja usité dans nos banlieues.

Encore un petit effort, Messieurs «les princes qui nous gouvernent» et nous serons au rendez-vous de l’Histoire, celle ou Charles Martel aurait mieux fait d’aller à la pêche… Les nouveaux croisés, adeptes du croissant, auront aucun mal à nous phagocyter, nous sommes mûrs pour l’immolation avec la bénédiction de nos intellectuels progressistes et nos fous d’Allah.

Il est impensable, inconcevable que nous ne réagissions point.
Il est à peine admissible que nos gouvernants, les partis politiques, les syndicats, les dirigeants de notre haute administration n’enrayent pas, n’endiguent pas ce lent mais inexorable déclin.

Nous en avons assez de ces optimistes béats, de ces pessimistes suicidaires, ne pourrait-on pas retrouver un peu de bon sens, de sagesse et de courage;

Marianne, aujourd’hui, tes enfants se retrouvent déboussolés, désespérés, sans repère ni dessein , peut-être même sans âme, ni guide .

Marianne, serais-tu condamnée à t’étioler et à finir sous les traits d’une catin décatie, ou vas-tu enfin te ressaisir et réagir?

Ne penses-tu pas qu’il existe parmi tes fils un quelconque démiurge capable de te donner un nouveau lifting, de te redonner vie et espoir, doté d’une solide expérience en psychanalyse, en psychiatrie et en psychologie car hélas… nous sommes tous devenus fous!!!!!

Yves Rectenwald

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi