Merci M. Wilders d’avoir lancé le bon débat

Publié le 23 février 2009 - par
Share

Nous ne pouvons que remercier Geert Wilders pour son courage d’avoir lancé un débat crucial. Le remercier aussi pour sa détermination à le mener à son terme, malgré les menaces qui pèsent sur lui et malgré les calomnies qu’il doit affronter. Il s’agit d’un débat essentiel ; aussi bien pour la démocratie européenne que pour nous autres citoyens musulmans qui n’avons d’autre choix que d’y adhérer pleinement. Or cela suppose un renoncement conscient aux prétentions fascistes, séparatistes et ségrégationnistes inscrites, noir sur blanc, dans le coran. La bible et le droit canonique n’ont jamais fondé une démocratie et les musulmans doivent se résigner à admettre que là où le coran fait sa loi, la liberté, la justice et la paix n’ont plus droit de cité.

En critiquant ouvertement le coran, le parlementaire néerlandais Geert Wilders ne dit rien d’autre que ce que nous autres, « riposteurs laïques », tentons d’expliquer depuis un certain temps : il est intellectuellement malhonnête de faire la différence entre islam et islamisme.

L’islam = coran + Mahomet = prescription du djihad + sa mise en application = lois injustes + leur mise à exécution

Ce système d’équations islamiques, très basiques, ne veut pas dire que tous les musulmans sont de fervents pratiquants, qu’ils naissent avec un sabre entre les dents ou avec un sens de la justice totalement défaillant. Il y en a tout de même qui se battent pour la vérité, prennent au sérieux leur liberté et tentent de changer la misérable condition des musulmanes et de leurs enfants (1).

Affirmer clairement, comme le fait Geert Wilders, que le coran n’a aucun respect pour ses opposants, qu’il est -par conséquent- vecteur de fascisme est un acte salutaire. Non seulement pour les Européens, mais tout autant pour tous les musulmans. N’oublions jamais que ces derniers sont les premières et principales victimes de la vision totalitaire du monde et des êtres véhiculée par le coran !

Maintenant que mes coreligionnaires Arabes, Berbères, Turcs, Mongols, Pachtounes etc. ont conquis, puis en partie perdu, quelques uns des plus grands empires de l’histoire, il m’est loisible de vous raconter des histoires. En voilà celle du petit et du grand djihad. Elle est aussi connue sous le nom du petit et du grand sabre :

Le grand djihad est la guerre qu’il nous est prescrit de mener contre nos mauvais penchants, alors que le petit djihad est celui que nous devons mener contre les ennemis de l’islam. Autrement dit : le petit sabre est celui qui nous a permis de conquérir de grands empires, alors que le grand sabre est celui que nous fourrons dans nos cœurs lorsque nous ne pouvons plus gagner de batailles. En vérité, nous autres musulmans, nous sommes très fair play : nous laissons volontiers la chance à d’autres « civilisations » jeunes et belliqueuses de mener « la guerre du Bien contre le Mal » !

Dans son film vidéo, Geert Wilders a démontré par des citations et des récitations du coran que le djihad y est bel et bien prescrit. Cela ne veut pas dire que les Mongols, les Vandales, les Hutus et les Allemands avaient besoin d’une telle prescription céleste pour laisser libre cours à leur férocité, également partagée par notre « humanité ». Napoléon, rejeton de la révolution, a bien été chercher la bagarre et la « gloire » jusqu’au cœur de la Russie. Mais le problème est que le coran reste le dernier livre à être considéré comme parole intangible d’Allah ; alors que bon nombre de ses feuillets sont caducs.

Par l’image, l’écrit et le son, Geert Wilders montre et démontre qu’il est fallacieux de nous faire croire que les terroristes lisent mal le coran. Mais les régimes musulmans, dits modérés, et les intellectuels, soi-disant progressistes, tiennent toujours à nous administrer des opiacés d’une terrible efficacité. Leur combine est d’une simplicité coranique : ils usent du mot « islam » en place et lieu de « musulmans ». Et c’est ainsi qu’au lieu de « musulmans modérés », les distributeurs de somnifères nous délivrent un « islam modéré ». Enfantin mon cher Watson !

Nous devons nous résoudre à admettre que l’islam n’a jamais été modéré, alors que l’écrasante majorité des musulmans d’Europe l’est.

La mauvaise lecture du coran est justement celle qui tente de nous faire oublier l’institution du djihad et la distribution du butin ; au nom d’Allah !

C’est cette hypocrisie-là que M. Wilders met à nu et c’est cette banale vérité historique que bien des Européens ne veulent pas entendre.

Pascal Hilout

nouvel islam

———-

(1) – Exemple : http://djavann.wordpress.com/

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.