Messieurs les Présidents, arrêtons les impostures sur le voile islamique !

Publié le 8 juin 2009 - par - 623 vues
Share

Faire croire que le port du voile est un choix libre est une véritable imposture.
De moins en moins nombreux sont les gens crédules et naïfs qui pensent que les musulmanes occidentales décident de leur plein gré de s’habiller comme les femmes des pays islamiques.

Nous l’avons maintes fois expliqué dans nos articles et dans notre livre « Les dessous du voile ». Les jeunes et moins jeunes musulmanes sont victimes du prosélytisme islamiste qui sévit dans les pays occidentaux depuis la révolution des mollahs en Iran. Les waabhites, les salafistes et autres intégristes de tout poil ont envahi nos villes et cités avec leurs barbes et leurs tuniques pour imposer une certaine tenue vestimentaire aux femmes, inciter les élèves des écoles coraniques et les fidèles fréquentant les mosquées à croire en la supériorité de la loi d’Allah sur la loi civile, des valeurs islamiques sur les valeurs occidentales, en la nécessité de conquérir le terrain en revendiquant chaque jour quelque chose de nouveau : port du voile à l’école, création de mosquées et écoles coraniques, viande hallal dans les cantines scolaires, créneaux horaires spécifiques pour les femmes musulmans dans les piscines municipales et ainsi de suite.

Certaines femmes musulmanes subissent un véritable lavage de cerveau. On leur fait croire que le port du voile est la preuve de leur adhésion totale et inconditionnelle à l’islam.

D’autres musulmanes s’approprient les arguments fallacieux des prêcheurs barbus et se transforment elles-mêmes en soldates de l’Islam. Lorsqu’elles circulent dans la rue avec leur voile plus ou moins intégral, elles tiennent à afficher leur identité musulmane, leur appartenance à l’islam, leur mépris pour la laïcité, qui rappelle que la religion relève de l’intime et que le religieux et le politique doivent être séparés.

Une femme qui porte le voile veut dire : « Regardez-moi! Je suis musulmane, je ne suis pas simplement une femme, une citoyenne de la République, un individu comme les autres. Je suis autre. Je ne vais pas passer inaperçue comme les autres passantes. Je veux me faire remarquer. Je veux que l’on sache qu’il y a des musulmans dans ce pays. Je veux que l’on sache que nous occupons le terrain autre fois réservé aux gens qui se fichaient pas mal de savoir s’ils étaient musulmans ou catholiques ou protestants ».

Faire croire que l’interdiction du voile dans tous les lieux publics serait liberticide est aussi une imposture.
Combien de collégiennes et lycéennes musulmanes ont été heureuses d’apprendre que la loi du 15 mars 2004 allait enfin les protéger de la tyrannie de leurs frères, qui les menaçaient de coups ou de mort si jamais elles refusaient de porter le voile à l’école?
Notre sécurité serait aussi préservée. Ne peut-on pas dissimuler sous le voile intégral des armes à feu, des bombes?

La liberté de la grande majorité serait aussi reconnue et respectée. Les gens n’ont pas envie de voir dans les rues et autres espaces publics des tenues qui prouvent que petit à petit leur pays moderne se transforme en pays obscurantiste.

Atatürk et Bourguiba ont interdit le voile dans leurs pays respectifs. Le voile est interdit à l’université en Turquie. Pourquoi ne prendrions-nous pas une initiative aussi judicieuse et courageuse ?

Il faut avoir le courage de dire que les femmes vivant en occident doivent avoir les mêmes droits que les hommes. Les femmes occidentales ne sont pas forcées et obligées de porter le voile par leur religion, leur frère, leur père ou leur mari. Elles ne sont pas obligées d’épouser le mari que la famille leur impose. Elles ne sont pas obligées de partager leur foyer avec le harem de leur époux. Elles ne sont pas obligées de demander à leur frère ou à leur époux l’autorisation de sortir, de travailler, d’ouvrir un compte en banque. Elles ne sont pas privées de la moitié de l’héritage qui leur revient. Leur témoignage ne vaut pas la moitié par rapport au témoignage d’un homme.

L’interdiction du voile dans tous les lieux publics serait un signal très fort envoyé aux femmes des pays islamiques. Elles sauraient que la liberté, l’égalité entre les sexes et la dignité existent dans certains pays et que tout espoir n’est pas perdu.

Des questions s’imposent.
Pourquoi le voile islamique est-il l’objet de tant de discours officiels? Pourquoi s’acharne-t-on tellement à défendre le port du voile islamique et à en interdire le port dans tous les lieux publics? Pourquoi oeuvre-t-on pour le rapprochement avec le monde islamique? Pourquoi tient-on tellement à ne pas heurter la sensibilité des islamistes? Pourquoi feint-on d’ignorer que ce que l’on octroie aux musulmans c’est en fait ce que les islamistes revendiquent?
C’est parce que des intérêts économiques, financiers, commerciaux évidents sont en jeu!

Personne n’ignore le rôle croissant que jouent l’Arabie Saoudite, Dubai et autres pays islamiques dans le monde des affaires.
Comme d’habitude, les droits des femmes, le progrès social, les Lumières sont piétinées pour de basses considérations monétaires.

Rosa Valentini

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.