Miss Voile 2008, ou l’Union européenne sous les assauts de l’islam

Publié le 15 juillet 2008 - par - 221 vues
Share

En juin dernier, la chaîne de télévision danoise DR1 a organisé le concours « Miss Voile 2008 », qui mettait en lice, par photos et vidéos interposées, 46 jeunes femmes. L’heureuse élue, âgée de 18 ans, s’appelle Huda Falah. Arrivée avec sa famille au Danemark en 1997, Huda Falah se dit fière d’avoir été choisie, et souhaite mettre à profit sa soudaine notoriété pour « briser le mur entre les jeunes musulmans et les jeunes Danois », les organisateurs de « Miss Voile 2008 » ayant expliqué qu’après les récents événements dont l’islam fut le centre en terre danoise, ledit concours se voulait être « une voie alternative destinée à encourager la jeunesse à débattre ».

Noble intention – n’est-ce pas ? – puisqu’il s’agit, apparemment, de respecter les libertés individuelles en cherchant des idées nouvelles pour en finir avec les tabous et instaurer, chez les jeunes, des rapports amicaux. C’est ce qu’écrit, d’ailleurs, un commentateur : « Les Danois ont tout compris. Il faut rapprocher tout le monde. Il y aura sûrement des mécontents, comme toujours, mais bon, une miss voilée, je ne vois pas ce qu’il y a de mal à ça ».

Aucun mal, en effet, excepté que la lauréate elle-même reconnaît l’existence d’un « mur » entre les musulmans et les Danois.

Mais d’où vient ce « mur » sinon d’elle et de tous les musulmans qui adhèrent à ses propos ? Comment cette jeune fille – qui avait 7 ans lorsqu’elle a quitté son Irak natal pour venir vivre au Danemark – peut-elle, onze ans plus tard, dire qu’on ne peut pas être musulman « et » danois ? Est-elle danoise ou musulmane ? Faudra-t-il que le peuple danois soit intégralement musulman pour que règne enfin l’esprit d’ouverture et de fraternité auquel Huda Falah fait appel ?

Car enfin, pourquoi demander « à débattre » s’il y a respect des lois du pays d’accueil ? Pourquoi insister sur la nécessité d’une « voie alternative » ? Si l’alternative est ce qui présente une alternance, que sera cette alternance ? Sera-ce celle des saisons : automne-hiver, voile ; printemps-été, pas de voile ? Alternera-t-on entre les valeurs de l’islam et celle de la République – comme peuvent alterner les Travaillistes et les Conservateurs en Angleterre, ou encore les Démocrates et les Républicains aux Etats-Unis ? Cette voie « alternative » serait-elle « la solution unique de remplacement » aux problèmes que rencontre l’islam sur le sol danois comme sur l’ensemble du sol européen ? Mais pourquoi les immigrés musulmans rencontrent-ils des problèmes de cette nature avec les autochtones, alors que les autres immigrés n’en rencontrent point ? N’est-ce pas parce que la « voie » qu’ils veulent suivre est précisément la « charia » (arabe الـشَّـرِيعَـة, šarī’a, « la voie »), dont l’Europe ne veut point ?

Si, sur la question de l’islam, le contexte danois est particulièrement chargé, à qui la faute ? Si, comme le déclare « Miss voile 2008 », les musulmans danois « ne parlent pas facilement de leur religion » avec leurs compatriotes « en raison de l’image des musulmans créée par les médias », par quels événements les médias ont-ils créé cette image ? Qui, au début du mois de juin 2008, a tué six personnes, dont un Danois, dans un attentat suicide visant l’ambassade du Danemark au Pakistan ? Qui, depuis la publication des caricatures, ne cesse de qualifier le Danemark d’Etat « infidèle » ? Et comment se fait-il que le souhait d’Huda Falah en faveur de « la compréhension mutuelle entre les jeunes de son pays », soit le souhait non avoué de tous les pays européens dans lesquels s’implante l’islam ?

Ainsi, ma question revient toujours : en quoi les pays européens auraient-il à débattre de leurs propres principes dès lors que l’islam les observerait ? Pourquoi le dialogue Europe/Islam devrait-il conduire l’Europe seule à repenser sa politique ? Et que pourrait être cette nouvelle politique sinon celle voulue par les musulmans ?

Qui ne voit que l’élection de « Miss Voile 2008 », jugée « bienvenue » par quelques écervelés, fait suite à la sélection d’une footballeuse voilée – à peine âgée de 15 ans – dans l’équipe nationale danoise ?

– Savons-nous qu’en février 2008, a ressurgi au Danemark le débat sur la possibilité de porter le voile au parlement danois ?

– Savons-nous que le Danemark compte parmi ses présentatrices de télévision une femme voilée ?

– Savons-nous que le 17 juin dernier, la télévision régionale belge Télé Bruxelles a diffusé la vidéo d’une femme entièrement voilée présentant la météo ?

– Savons-nous qu’en février 2008, à Göteborg, en Suède, une piscine municipale s’est rendue coupable de discrimination envers deux musulmanes, les maîtres-nageurs leur ayant demandé d’ôter leur voile et de changer de vêtements pour qu’elles puissent nager en toute sécurité ? Savons-nous que les deux plaignantes – qui, outre le voile, portaient pantalon et tee-shirts à manches longues – ont reçu 20.000 couronnes (2.114 euros) de dommages-intérêts ? Qui ne voit ici le rapport entre cette affaire et l’inique condamnation de Fanny Truchelut par la justice française, en octobre 2007 ?

– Savons-nous qu’en janvier 2008, au Parlement européen, un article de l’eurodéputée Roberta Angelilli recommandant l’interdiction du voile islamique à l’école primaire dans l’ensemble de l’Union, a été rejeté par les socialistes et les libéraux ?

– Savons-nous qu’en octobre 2007, le ministre italien de l’Intérieur, Giuliano Amato, s’est prononcé contre l’interdiction du voile dans les lieux publics d’Italie ?

– Savons-nous que selon un sondage réalisé par l’institut Konda, en septembre 2007, auprès de 5.289 personnes, les femmes turques sont de plus en plus nombreuses à se voiler depuis ces quatre dernières années ?

– Savons-nous qu’en novembre 2007, la Direction de l’instruction publique du canton de Berne, en Suisse, a autorisé les filles à porter le voile en classe ?

– Savons-nous qu’en octobre 2007, « Plus belle la vie », le feuilleton phare de France 3, comprenant 800 épisodes de 26 minutes chacun, a introduit le personnage de Djamila, jeune femme voilée d’origine algérienne, parce que le voile s’inscrit désormais dans une dynamique sociale dont on ne peut nier la réalité ?

– Savons-nous qu’en septembre 2007, au Québec, les femmes intégralement voilées peuvent voter aux élections partielles ?

– Savons-nous surtout qu’à ce rythme, nous sommes en train d’effacer notre passé comme notre avenir ?

Nous n’ignorons pas ce que signifie le voile pour les musulmanes : loin d’être une mode, il est la matérialisation d’une exigence religieuse visant à ne pas exciter, sur la voie publique, la faiblesse des hommes ! Les musulmanes n’ont en vue que l’agrément d’Allah, en attendant sa récompense pour avoir évité la débauche – qui est, à leurs yeux, la cause de tous les maux.

Voilà pourquoi la communauté musulmane en appelle, sous couvert du respect de l’autre, au respect de ce qu’elle est, à commencer par le respect du port du voile.

Le problème est que le principe islamique du respect de l’autre respecte l’islam avant de respecter l’autre, car s’il est vrai qu’il fait obligation à tout musulman de respecter les lois d’un pays non-musulman, c’est à la seule condition que ces mêmes lois ne s’opposent point à un principe islamique ! « Nous sommes d’accord pour l’intégration – nous disent, en substance, les musulmans – mais c’est vous qui devez vous intégrer à l’islam » !

Vous m’invitez à dîner, mais c’est moi qui vais vous dire ce que nous allons manger ! Et qu’allons-nous manger ? Les nourritures confessionnelles qu’il me plaira de vous servir, et sans lesquelles je ne saurais m’asseoir à la table de l’Europe. En conséquence, je vous demande d’avoir l’extrême obligeance de « vivre et de pratiquer ma spiritualité intégralement », autrement dit d’« apprendre ma religion », d’« éduquer vos enfants dans le Message » et d’« agir au nom de ma foi » !

Faute d’avoir compris cela, nous continuons à dérouler le tapis vert sur le sol européen, donnant ainsi raison à l’islam militant, dont je rappelle quand même qu’il ne veut que l’islam ! La preuve : la gagnante du concours s’est vu offrir un iPod et un abonnement d’un an à « Muslim Girl Magazine », où les jeunes filles sont voilées, évidemment !

Maurice Vidal

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.