Mouloud Aounit, quelles sanctions allez-vous prendre contre l’islamophobe Christian Delarue du Mrap ?

Publié le 3 janvier 2011 - par

Mon cher Mouloud Aounit,

Permettez-vous de prendre ma plume pour vous demander de condamner et de sanctionner les propos totalement islamophobes et scandaleux d’un membre du Bureau exécutif et du Conseil d’administration du Mrap (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples).

Je sais que je peux compter sur vous, car depuis que vous présidez aux destinées du Mrap, vous avez maintes fois montré votre zèle à défendre la communauté musulmane et sa très belle religion. On ne compte plus les preuves de votre dévouement personnel à cette juste cause. Permettez-moi de rappeler quelques-uns de vos faits d’armes.

Dès votre élection comme Secrétaire général du Mrap en 1989, vous vous fîtes le défenseur opiniâtre de nos jeunes sœurs qui voulaient porter le voile dans des écoles. Affaire de Creil, plainte contre un proviseur de Marseille, vous êtes depuis le début et jusqu’à nos jours de tous les combats contre un corps enseignant hostile au foulard islamique. Vous avez en particulier défendu les filles converties de votre ami Laurent Lévy avocat du Mrap, dont l’exclusion d’un lycée était pour vous « une terrible défaite pour la laïcité, une victoire vénéneuse de l’intolérance ». Vous vous êtes farouchement opposé à la loi de 2004 sur la laïcité à l’école que vous considérez comme « une loi d’exclusion », qui a selon vous « des incidences non négligeables et particulièrement inquiétantes dans le développement du racisme anti-musulman ». Vous avez toujours pris la défense de nos sœurs voilées et militantes, par exemple dans l’affaire du gîte des Vosges, contre une auto-école, contre des employeurs, etc.

Qu’il me soit également permis de saluer à titre tout à fait personnel vos prises de position courageuses contre la loi scélérate et discriminatoire qui interdit le port du voile facial dans l’espace public et qui va bientôt être appliquée. En effet, moi-même j’ai été victime à de nombreuses reprises d’insultes islamophobes ou sexistes dans la rue et dans les commerces quand je sortais avec mon niqab. Depuis le vote de la loi, je n’ose plus quitter mon domicile, même pour faire les courses chez mon épicier halal. Il en est de même pour mes deux coépouses, et je ne sais pas encore comment nous allons faire pour aller chercher notre RSA et les allocations familiales à la CAF – nous sommes interdits bancaires donc plus de virements automatiques – ou visiter notre mari à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis. Je ne sais même pas si j’ai encore le droit de conduire son Porche Cayenne ou sa BMW avec mon voile intégral ! J’ai bien signalé notre cas auprès de SOS-Racisme et de la Licra, mais ils ne m’ont pas répondu, ces lâches ! Alors j’espère que le Mrap pourra nous aider dans notre détresse.

Mouloud Aounit, vous avez défendu le droit des musulmans et des musulmanes à pratiquer leur religion partout et toujours. Vous avez demandé à la télévision que des repas halal soient servis dans les écoles de la République afin de ne pas discriminer les élèves musulmans, et que « la liberté de blasphémer » soit « condamnée avec la plus grande fermeté ». Toujours à la télévision, vous avez soutenu la demande de parents musulmans pour la fin de la mixité à l’école, pour les cours se déroulant dans des gymnases ou des piscines.

Car pour vous, l’islamophobie est une forme de racisme, et vous avez su imposer cette ligne au Mrap à son congrès de décembre 2004 malgré de nombreuses contestations laïcardes internes. Vous n’avez pas hésité à défendre cette thèse en faisant tribune commune avec notre frère Tariq Ramadan, que ce soit au Forum Social Européen ou lors d’une tournée de conférences en France, et en particulier à Saint-Etienne. (Les vidéos de votre intervention commune sont disponibles à la librairie Tawhid et sur son site internet.)

Vous expliquez longuement votre combat contre l’islamophobie dans vos interventions vidéo sur le site islamique oumma.com. Vous joignez souvent vos protestations à celles de mes amis du CCIF (Comité contre l’islamophobie en France). Vous avez envoyé une délégation officielle du Mrap à la première marche des Indigènes de la République. Vous n’avez pas hésité à défiler en plein Paris sous les bannières de nos frères moudjahidin du Hezbollah et sous celles des combattants islamiques du Hamas. Et vous avez appelé nos concitoyens à rejoindre la manifestation unitaire du CCIF, du NPA, des Indigènes de la République, de SOS-Racisme, d’Europalestine et du Front de Gauche (et j’en passe) contre les infâmes « Assises contre l’islamisation de nos pays ».

Et joignant le geste à la parole, vous avez porté plainte contre le professeur Louis Chagnon pour « provocation à la haine raciale » envers les musulmans quand il avait osé enseigner à des élèves que notre Prophète Muhammad (que la paix et la bénédiction soit sur lui) aurait eu des activités guerrières : « Mahomet va se transformer en voleur et en assassin. Il va piller les caravanes de la Mecque pour se faire de l’argent, ce qui va provoquer une guerre entre les deux villes… Mahomet va imposer sa religion par la terreur. Il fait exécuter 600 à 900 juifs en un jour. »

Vous avez qualifié de « blessants » et « inacceptables » les propos de Claude Imbert dans Le Point, où il se déclarait « un peu islamophobe » : « J’ai le droit, je pense (et je ne suis pas le seul dans ce pays), à penser que l’islam, (je dis bien “l’islam”, je ne parle même pas des islamistes) en tant que religion, apporte une certaine débilité ». Pour vous, l’auteur « affiche, revendique, et justifie son racisme viscéral à l’endroit des musulmans ».

Vous avez porté plainte contre l’écrivain Michel Houellebecq pour avoir déclaré : « La religion la plus con c’est quand même l’islam ». Vous avez également condamné le film islamophobe « Fitna » de Geert Wilders et menacé de procès tous les sites français qui le diffusent. (Au fait, où en êtes-vous sur cette affaire ? Je n’ai pas vu de dépôt de plainte du Mrap contre ces sites pour la diffusion de ce brûlot.)

Vous avez été « consterné » par la publication en France de caricatures odieuses de notre Prophète Muhammad (que la paix et la bénédiction soit sur lui) et vous avez porté plainte contre France-Soir pour « provocation et incitation à la haine raciale » suite à la publication d’un de ces dessins, ce qui constitue pour vous un « détournement raciste de la liberté d’expression ». Et cela malgré l’opposition à cette plainte de 12 élus du Bureau national du Mrap, de nombreux comités locaux, et même du défunt Jean Ferrat.

Vous avez vigoureusement condamné une tribune de Robert Redeker critiquant le Saint Coran et notre Prophète Muhammad (que la paix et la bénédiction soit sur lui) parue dans le Figaro, et vous avez comparé l’auteur à Oussama Ben Laden sur un plateau de télévision. Vous reprochez à Robert Redeker d’avoir dit des choses effarantes comme : « L’islam essaie d’imposer à l’Europe ses règles : ouverture des piscines à certaines heures exclusivement aux femmes, interdiction de caricaturer cette religion, exigence d’un traitement diététique particulier des enfants musulmans dans les cantines, combat pour le port du voile à l’école, accusation d’islamophobie contre les esprits libres. (…) Haine et violence habitent le livre dans lequel tout musulman est éduqué, le Coran. (…) Exaltation de la violence : chef de guerre impitoyable, pillard, massacreur de juifs et polygame, tel se révèle Mahomet à travers le Coran. (…) Quand le judaïsme et le christianisme sont des religions dont les rites conjurent la violence, la délégitiment, l’islam est une religion qui, dans son texte sacré même, autant que dans certains de ses rites banals, exalte violence et haine. »

Dans votre dernier rapport de janvier 2010 sur le racisme sur internet, vous n’hésitez pas à condamner de nombreux sites islamophobes, qui critiquent notre belle religion ou qui recensent à des fins conflictuelles des versets coraniques et des « hadiths », même si ces sites ne sont pas « racistes » au sens strict des lois françaises comme vous l’expliquez fort bien dans ce rapport. Ce qui justifie totalement votre combat pour le rétablissement du délit de profanation verbale de l’islam, de ses recommandations divines et de ses pratiques.

Tout cela vous a valu de bien basses critiques dans la presse, y compris à gauche : Marianne, Charlie-Hebdo, Libération, Le Monde, etc. Permettez-moi de ne pas citer ici les mots offensants voire sacrilèges que certains auteurs ont utilisés contre votre personne, ou les détournements scandaleux du sigle du Mrap. Même le PCF (Parti communiste français) s’est désolidarisé de vous, et a refusé de vous donner l’investiture pour les élections législatives de 2007 en Seine-Saint-Denis. Qu’à cela ne tienne, vous vous êtes présenté en votre nom propre, et vous avez réalisé le score fantastique de 3,2%.

Oui, Mouloud Aounit, vous avez été, vous êtes et vous serez toujours un allié précieux dans le combat de notre communauté contre l’islamophobie, ainsi que le Mrap que vous dirigez et qui est la seule association antiraciste non officiellement musulmane à aller aussi loin dans la condamnation des atteintes à notre belle religion, à son Saint Coran et à notre Prophète Muhammad (que la paix et la bénédiction soit sur lui).

Alors, quelle n’est pas ma surprise de lire sur Mediapart (encore un site de gauche !) une tribune de Christian Delarue, membre du Bureau exécutif et du Conseil d’administration du Mrap, à propos du jeune Alsacien qui a osé brûler le Saint Coran et uriner dessus, et qui a diffusé la vidéo de son blasphème sur internet (1).

Christian Delarue dit : « La montée du racisme en Alsace mérite d’être combattue fermement mais sans y mêler un pseudo délit de blasphème qui n’existe pas – Dieu soit loué – en France ! Un homme a incendié le Coran, et a uriné dessus. C’est un fait divers. Ce n’est qu’un blasphème qui désacralise ce livre. Rien de plus mais c’est quand même un acte qui a du sens. »

Voilà donc que votre collègue au Mrap exprime le fait que le sacrilège commis contre notre Saint Coran n’aurait aucun rapport avec le racisme et l’appel à la haine et à la violence. Il contredit ainsi totalement le communiqué du Mrap où vous aviez évoqué cette triste affaire, et où vous demandiez une sanction contre l’auteur de ce méfait (2) : « Les alertes solennelles n’ont pas empêché octobre de s’entacher de nouvelles manifestations de haine, telle une vidéo, publiée sur internet, mettant en scène la destruction volontaire par le feu d’un Coran, devant une caméra. Les coupables de la plupart de ces actes odieux n’ayant pu être identifiés à ce jour, il est du devoir de la police et de la justice de les débusquer et de les faire sanctionner. »

Christian Delarue ajoute sans aucune gêne : « Si les femmes pouvaient pisser aussi aisément que les hommes je dirais pissons allègrement sur tous les livres sacrés : Coran, Bible, Thora, etc… Il faut ajouter que certains passages du Coran appellent ouvertement à la haine et à la violence contre les athées, les homosexuels, les juifs et les femmes. »

Vous conviendrez aisément, cher Mouloud Aounit, que ces propos de l’islamophobe Christian Delarue du Mrap n’ont rien à envier à ceux que vous avez reprochés à Louis Chagnon et à Rober Redeker. Et qu’ils font clairement écho au film « Fitna » de l’hollandais Geert Wilders que vous avez également condamné.

Les déclarations de Christian Delarue rappellent les heures les plus sombres de notre histoire dans le climat délétère et nauséabond porteur de dangerosité et dont les débats récents sur l’identité nationale et le voile intégral ne sont que les symptômes d’un vent mauvais qui souffle sur l’inquiétante et insupportable banalisation de l’islamophobie au travers des propos de Marine Le Pen ou de ceux des ultra-laïcs intégristes Pierre Cassen et Christine Tasin et autres mangeurs de cochons identitaires et buveurs de pinard helvètiques ou sionistes, renforçant ainsi la stigmatisation des musulmans et de l’islam par une libération de la parole qui devrait être condamnée par les tribunaux au nom de la citoyenneté et de la dignité mises à mal par une radicalité orale de plus en plus affirmée en France et en Europe à l’encontre de notre belle religion de paix, d’amour et de tolérance et de ses deux fondamentaux, à savoir le Saint Coran et la vie exemplaire de notre Prophète Muhammad (que la paix et la bénédiction soit sur lui).

Alors, Mouloud Aounit, vous conviendrez avec moi qu’il ne faut pas faire deux poids deux mesures : vous devez condamner sans ambiguïté les propos islamophobes de Christian Delarue comme vous avez condamné ceux de Claude Imbert, de Robert Redeker et de Louis Chagnon, et envisager à minima son exclusion du Mrap, voire si possible une action judiciaire à son encontre.

Ne décevez pas les musulmans de France, cher Mouloud ! Ils comptent sur vous. Le site Islam en France dénonce déjà la prose stigmatisante de Christian Delarue (3), et nos amis communs du CCIF, d’Europalestine et des Indigènes de la République vont relayer leur appel : « Faîtes part de votre indignation en contactant le Mrap, en leur demandant de prendre position vis-à-vis de ces propos tenus par un des membres de l’association. »

Il serait dommage pour le Mrap et pour vous-même fassent les frais de la position hérétique de Christian Delarue, et que tout votre travail contre l’islamophobie soit dénigré et mis à mal par cette trahison digne de la tartufferie ambiguë de SOS-Racisme et de la Licra ; ou même de celle du Parti Socialiste dont le porte-parole Benoît Hamon joint sa voie à celle du Front National en demandant qu’on « libère » quelques rues de Paris où une dizaine de musulmans prient sur les trottoirs pendant deux ou trois minutes faute de place dans les mosquées.

Cher Mouloud, dénoncez sans relâche cette gangrénation de la gauche et de pseudo-associations « antiracistes » – et même de membres éminents du Mrap – par le discours islamophobe grandissant, ou alors vous courrez le risque de voir fondre vos dernier soutiens musulmans sincères dans votre combat contre les ennemis de l’islam, ce qui serait fort préjudiciable à vos intérêts personnels, sans compter les souffrances éternelles de l’enfer qui attendent tous les égarés dans l’au-delà.

Avec mes coépouses et toutes mes sœurs en islam, avec notre mari et ses codétenus musulmans et tous nos frères, je forme des douas pour que ce sort funeste vous soit épargné, mais de grâce, aidez-nous dans cette tâche en répudiant sans délai Christian Delarue et ses propos dans Mediapart qui insultent l’islam et ses fidèles et qui sont déjà récupérés par plusieurs islamophobes de l’internet comme le site fdesouche.com. Et je prévois que les intégristes laïcards de Riposte Laïque ne vont pas tarder à s’engouffrer dans la brèche ouverte par l’islamophobe Christian Delarue. Il faut effacer au plus vite cet affront public et je compte sincèrement sur votre dévouement sans faille de plus de vingt ans aux côtés des musulmans de France et de l’islam.

Que la Paix et la Bénédiction d’Allah le Très-Haut soient sur vous, mon cher Mouloud Aounit, sur votre famille et sur ceux qui suivent la voie juste jusqu’au Jour du Jugement Dernier.

Leïla ADJAOUD

——————–

(1) http://www.mediapart.fr/club/blog/christian-delarue/010111/m-choukri-le-racisme-nest-pas-le-blaspheme-coran-brule

(2) http://www.mrap.fr/contre-le-racisme-sous-toutes-ses-formes/discriminations/inquietante-augmentation-des-actes-racistes-ou-antisemites-en-alsace-des-actes-forts-sont-necessaires/

(3) http://www.islamenfrance.fr/2011/01/02/christian-delarue-membre-du-mrap-et-islamophobe/

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi