O rage, ô désespoir, ô école ennemie…

Publié le 16 février 2009 - par - 221 vues
Share

O rage, ô désespoir, ô école ennemie…
Il faut que je partage avec vous la rage froide qui s’est emparée de moi aujourd’hui, à deux reprises.
Il faut que l’on sache ce qui se passe dans nos classes, il faut que l’on sache ce que la police, la justice et les pédagogues bien placés font de leurs profs et de l’Education dite nationale.

D’abord, ce qui est arrivé à une de mes collègues dans mon département : vendredi, elle exclut un élève de 5° (12,13 ans) qui pose problème et qui n’a pas ses affaires. Or, arrivé à la Vie Scolaire, il fait demi-tour et s’enfuit en courant, il défonce à coups de pieds et de poings la porte de la classe de la collègue, entre et se jette sur elle en l’insultant, retenu in extremis par la surveillante qui l’avait suivi et qui l’entraîne pendant qu’il traite l’enseignante de « salope » et autres joyeusetés, laissant le professeur et les élèves tétanisés et traumatisés.

La collègue va porter plainte… et au commissariat on refuse d’accepter sa plainte, arguant qu’il n’y a pas eu de coup, que c’est banal, que ça arrive à des tas de profs et qu’on ne va pas enregistrer une plainte qui va partir à la poubelle… Elle ne pourra donc que déposer une main courante, dont tout le monde sait qu’elle ne sert à rien !

Acte II, dans un autre domaine, mais il y a, à mes yeux, un rapport et un deuxième motif de se révolter : je tombe sur le compte-rendu de stage suivi par une autre collègue de ma discipline. Au menu, comment faire une « lecture analytique au collège », c’est-à-dire, en gros, comment faire « une explication de texte » et je suis sidérée, dégoûtée. Place aux réactions des élèves, le cours doit partir de leur ressenti et de leur compréhension du texte ; le prof doit « s’adapter aux hypothèses » de lecture trouvées par les élèves et, mieux encore, l’enseignant ne doit pas lire le texte car, avec son intonation… il risquerait d’influencer l’interprétation des élèves…

La coupe est pleine. J’adore (j’adorais ?) mon métier que je pratique avec enthousiasme et bonheur depuis 30 ans mais ce soir je n’ai plus envie, j’ai envie de partir, de demander à prendre une pré-retraite, de chercher autre chose. J’en ai gros sur le coeur.

D’abord, voir la police (et la justice ?) de mon pays piétiner des hommes et des femmes qui sont malmenés dans le cadre de leur fonction en minimisant ce qu’ils supportent, en leur refusant toute possibilité légale de se défendre, c’est dégueulasse, n’ayons pas peur des mots.
Et pourquoi cela ?
Pour ne pas encombrer des tribunaux déjà débordés par les dysfonctionnements d’une société qui part à vau-l’eau ?
Pour ne pas faire exploser les statistiques et permettre au gouvernement de prouver par A+ B que les violences ont baissé en France entre 2007 et 2012 ?
Dans les deux cas, c’est effarant et plus qu’inquiétant. Il y a le feu au lac.

Quant à la découverte, jubilatoire et séductrice, des textes que je pratique(ais) avec mes élèves, qui leur permet d’emblée de commencer à comprendre le sens du texte que je leur lis, qui les rend sensibles à leur beauté, qui leur donne envie d’en savoir plus, d’en lire plus… c’est fini. Ils devront lire en silence, tout seuls (quand ils le feront) et travailler sur leur ressenti, leur compréhension… et tant pis si la lecture et l’explication seront superficielles, puisque s’appuyant sur leur ignorance et leur inculture ! Euh ! Pardon, j’avais oublié que les ados ont la science infuse !

Il paraît qu’il faudra bac + 5 à partir de 2010 pour passer les concours de l’Education Nationale… c’est bien inutile pour servir d’animateur et d’encensoir à des jeunes qu’on va laisser demeurer des sauvageons, c’est-à-dire des plants non greffés, tout juste bons à être des cerveaux libres prêts pour la pub de TF1 et travailler comme des esclaves pour engraisser des actionnaires qui vivront, eux, à l’abri de la violence générée par cette société dans des ghettos pour riches.

C’est l’école qu’on assassine.

C’est notre jeunesse qu’on assassine.

C’est notre société qu’on assassine.

Qui fera le procès des assassins ?

Christine Tasin

http://christinetasin.over-blog.fr/

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.