Oseront-ils interdire la commémoration de la IIIe République pour cause de Ramadan ?

Publié le 17 août 2010 - par
Share

L’ex-futur organisateur de l’apéritif républicain du 4 septembre à Lyon, qui s’était porté volontaire, et avec enthousiasme, via Facebook, vient de déclarer forfait au motif que certains de ses contacts de l’hôtel de police le lui auraient déconseillé, considérant que ce serait vu comme une provocation en période de ramadan dans une ville fortement islamisée… Il ajoute aussi que ces mêmes contacts lui recommandent de ne pas s’engager dans cette « logique quasi identitaire en période de ramadan. »

On ne jettera pas la première pierre à l’ex-futur organisateur qui n’a eu que le tort de s’engager sans vouloir prendre le temps de la réflexion pour revenir en arrière ensuite, il a le droit d’avoir peur ; d’ailleurs les islamos, comme les bandes de délinquants, comptent là-dessus pour imposer leur loi, partout, on l’a suffisamment constaté ces dernières années et tout particulièrement ces derniers mois pour que je n’y revienne pas.

« Ils » comptent là-dessus. Certes. Mais les politiques ? Mais la Préfecture de police ? Oseront-ils reconnaître qu’ils filent bas devant les islamos et que ceux-ci sont plus importants que notre histoire, que nos valeurs, que la République, que la laïcité ? Ce serait un aveu terrible que je ne veux même pas envisager.

Ce serait du jamais vu. Un rassemblement républicain serait interdit parce qu’il serait susceptible de choquer des gens qui ne seraient pas d’accord ? Sous prétexte que la date officielle de fondation de la IIIe République tomberait pendant une fête religieuse musulmane ? Et alors ? Où est le problème ? Nous allons nous réunir, échanger, autour de notre amour de la France, de la République et de ses lois, nous ne les empêchons pas de pratiquer leur culte en famille ou entre amis.

Nous sommes nombreux à être choqués par la manifestation annoncée pour, également, le 4 septembre, par la gauche et les associations droidelhommistes contre les mesures anti-délinquance et anti-immigration annoncées par Nicolas Sarkozy, soutenues par 80% des Français. Pourtant, cette manifestation ne sera pas interdite !

Nous sommes nombreux à être choqués par les manifestations de soutien aux Sans-papiers, entrés en France dans l’illégalité, y étant demeurés au mépris des lois, créant une main d’œuvre corvéable à merci qui fait baisser les salaires et participe à la montée du chômage. Aucune de ces manifestations n’a pourtant été interdite.

Nous avons été nombreux à être choqués, en janvier 2009, par les manifestations pro-Hamas, qui se déroulaient aux cris de « Mort aux juifs ». Aucune de ces manifestations n’a pourtant été interdite.

Nous avons été nombreux à être choqués par les manifestations de gauchistes s’opposant, en 2007, à l’élection de Nicolas Sarkozy, pourtant démocratiquement élu. Nous n’avons pas mis Paris à feu et à sang en représailles.

Ce n’est pas parce que, partout, les islamo-gauchistes tentent d’imposer leur vision des choses par la force et la violence que l’Etat (c’est nous, et nos représentants ont pour tâche de permettre la libre expression de la démocratie) devrait dire béni-oui-oui et refuser tout ce que risquerait de choquer ces braves gens. Ce sont eux qui ont mené des opérations commando pour empêcher qu’aient lieu les débats sur l’Identité nationale ou la Burka (on se souvient du débat initié par Ni Putes Ni Soumises, terminé en pugilat), ce sont eux qui sèment la panique, quand ce n’est pas la terreur, en renversant des comptoirs ou des gondoles dans les pharmacies ou les supermarchés pour convaincre les patrons de ceux-ci de ne plus vendre de produits israéliens, ce sont eux qui, sur youtube, écrivent des insultes et des menaces à ceux qui ne sont pas d’accord avec eux au nom de l’islam, tout un programme.

Les gauchistes, qui agitent désespérément le chiffon de l’extrême droite pour refuser tout constat lucide sur la réalité et toute action comme celle que nous proposons le 4 septembre seraient bien en peine de nous citer, dans ces derniers mois, des actes racistes ou fascistes dont cette fameuse extrême droite serait responsable. Au contraire, les quartiers mis à feu et à sang et les tabassages au facies quand il ne s’agit pas de meurtres, concernent de plus en plus les « Blancs », les Cé-fran » et sont le fait de délinquants trop souvent islamisés, comme on le voit au nombre ahurissant d’imams nécessaires dans les prisons. Cela ne fait pas de l’extrême droite, que nous combattons par ailleurs, un Gollnish ou les adhérents de la Nouvelle Droite Populaire des saints, évidemment, mais force est de constater qu’ils ne sont pas pour le moment en mesure de faire régner le fascisme en France, ce qu in’est pas le cas de nos islamo-gauchistes.

Alors s’il prenait fantaisie à certains préfets d’interdire notre manifestation du 4 septembre, il est clair que le message envoyé aux Français serait plus que scandaleux, monstureux. Il dirait que les représentants de l’Etat ont bradé leur histoire, notre histoire, et la liberté d’expression, et que notre nation est en voie d’islamisation officielle.

Impensable.

Christine Tasin

http://christinetasin.over-blog.fr

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.