Oui à l’hallali sur le halal, réhabilitons le cochon !

Publié le 24 février 2010 - par - 1 053 vues

Nom d’une pipe en bois ! Mais tout est bon dans le cochon !
Ah ! quels souvenirs heureux que les moments où, au sortir de la terrible épreuve de l’Occupation, mes grands parents, petits viticulteurs devant l’Eternel et du haut pays de l’Hérault, tuaient le cochon élevé dans l’année ! Quelle joie ! Quelle ripaille en famille en ces temps de « vaches maigres » ! Quels plaisirs de découper, des mois durant, la tranche fine de jambon sec dépouillé de la serviette blanche qui lui servait de berceau ! Quels arômes que celles du boudin noir à l’oignon rissolant dans la poêle! Quelles saveurs que celles du fricandeau, du petit salé, du « jésus », de la saucisse fraîche jetée sur un grill au-dessus d’une braise de sarments de vigne !

En ces temps où d’obscurs doublons d’un soit-disant prophète d’une divinité imaginaire supposée interdire le meilleur pour l’humain et l’obliger à se conformer à des rites d’un autre âge veulent imposer leur loi rétrograde en un pays qui a séparé le religieux du politique, il me vient ces réminiscences d’un temps où chacun, dans nos villes, villages et quartiers, savait goûter le sel de l’existence sans avoir des comptes à rendre à de quelconques censeur se réclamant de divinité ectoplasmique, incultes le plus souvent, castrateurs toujours, et qui sont loin de pratiquer les interdits qu’ils imposent aux autres… interdits dont ils se servent pour dominer les plus faibles.

Il me vient aussi en mémoire, en ce moment d’expansion « halalique » et d’anti-cochonailles, une anecdote à propos d’une remarque que j’avais faite, il y a une dizaine d’années, à l’un de mes élèves de BTS qui m’avait affirmé qu’il ne fallait pas manger du « cochon » car c’est une nourriture impure, voire dangereuse…Je lui avais fait remarquer –et la classe entière s’en était réjouie…- que je mangeais du « cochon » depuis tout petit et que ça n’avait nullement altéré mes capacités intellectuelles (bof…c’est vrai qu’un prof. agrégé de lettre modernes, ça ne vaut pas un éructeur syncopé de « nique x », « nique y », « nique z »… !) ni mon équilibre physiologique, que je descendais de parents, de grands parents, d’aïeux plus ou moins lointains mais parfaitement honorables qui s’étaient quotidiennement nourri de viande porcine sans que leur cerveau n’en ait été rabougri et leur corps avachi…
Mais, lui avais-je aussi fait remarquer, il y avait pire !

Tous nos ascendants, ces citoyens de nos Républiques passées, ces sujets de nos empires et royaumes défunts, ont participé de ces grands mouvements de l’Histoire et de la Pensée qui ont élaboré et développé, ici et ailleurs autour d’eux, dans le monde « européen » porcivore et se nourrissant de bêtes tuées sans regarder quelque point relatif sur la carte (et dérisoire au regard de l’Univers) :

– Le processus scientifique et technologique qui a conduit – au-delà de la connaissance générale du Monde qui nous entoure et des Hommes – à toutes les inventions qui constituent le « progrès » dont nous jouissons dans notre vie quotidienne…

– Les protocoles des sciences médicales qui ont permis de combattre efficacement les maladies destructrices et d’allonger nettement l’espérance de vie en jouissant pleinement de l’existence tout en garantissant la vie de ceux qui naissent et de celles qui font naître…

– Les droits et valeurs à portée universelle qui ont permis la liberté et l’autonomie de conscience et de pensée de chaque individu, de considérer la femme à l’égal de l’homme, de donner la force à la loi générale quand chacun la construit …

Bref, tous ces avaleurs de nourriture « impure et empoisonnée » sont ceux qui ont fait surgir l’humanité des ténèbres pour lui donner l’éclat de la Modernité qui, si elle est porteuse de dangers et de turpitudes, est aussi et surtout celle qui a donné à l’Homme la liberté de conscience, l’exercice de la démocratie, l’égalité en droits des individus quels qu’ils soient, l’accès de chacun à l’infini de la connaissance, la jouissance du bien être matériel et la maîtrise d’un corps sain, l’allongement progressif de l’espérance de vie… en somme, une réalité palpable que les prophètes les plus illuminés n’avaient jamais imaginée, se contentant de parler- pour l’avenir de l’humain- que « du monde du père » ou « de paradis inaccessibles » ou « d’espérances lumineuses » ou, encore, « de lendemains qui chantent ».

Il faut donc « croire » que leur régime alimentaire ne leur a pas vraiment nui…

Et, a contrario, on peut légitimement se demander s’il n’y a pas quelque conséquence négative à faire un tri culinaire ridicule ou à laisser couler le sang d’une bête sacrifiée en regardant dans une seule direction avant de la consommer (à moins que ce ne soit lié à quelque mutation maligne du tube digestif et des sucs intestinaux…)… Car si ceux qui se prêtent à ces rites obsolètes pour tout esprit de raison étaient de quelque manière que ce soit à l’origine de tout ce dont ils jouissent aujourd’hui et qui a été produit par les impurs qu’ils vilipendent, comme de tout ce qu’ils viennent chercher dans notre pays tout en pourrissant la vie ses habitants, ça se saurait !

Et si, dans notre « grande miséricorde », nous qui sommes nourris « à l’impureté » et qui en sommes fiers, nous laissons les adeptes de dogmes obscurantistes pratiquer librement leurs simagrées corporelles qui les poussent à s’aligner, aplatis comme des moutons « moutonnant », le nez sur le derrière de celui qui précède…Et si nous les laissons librement se nourrir à leur guise et se priver, au grand jour (car dans le secret…) des plaisirs d’un bon vin ou d’une côte basse de porc tendrement grillée au feu de bois… Et si nous concevons que leur espace privé, individuel et/ou collectif, peut leur permettre ces exercices d’un autre âge…

Nous ne voulons nullement subir leurs diktats religieux dans l’espace public qui appartient à tous !
Il faudra bien que les tenants de cette religion conquérante par nature (et ses idiots utiles de la « bien pensance » médiatico-politique) s’en persuadent rapidement.

Empédoclatès

« du bon usage de la raison »

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi