Pendant que les profs sont poignardés, l’Union européenne veut interdire la fessée !

Publié le 3 mai 2010 - par
Share

Bonjour,

J’approuve la ligne générale de Riposte Laïque et les articles publiés, du moins ceux que je lis, car je dois bien avouer que je n’ai pas le temps de tout lire.

L’actualité m’a incité à écrire les observations suivantes,que vous pouvez publier,et qui mériteraient bien sûr de longs développements.

Cordialement à tous les contributeurs.

Bruno Courcelle

Pendant que des enseignants sont, toutes les semaines, agressés, et même souvent poignardés, le Conseil de l’Europe débat gravement de l’interdiction de la fessée.

C’est grotesque.

Ce « débat » complètement à côté des problèmes importants, est promu par ces associations droits-de-l’hommistes qui contribuent activement au désastre sociétal que nous vivons.

Les associations qui prétendent défendre les droits des enfants, se désintéressent complètement de la circoncision.

J’ai plusieurs fois écrit, notamment à Amnesty International (à l’occasion d’une campagne contre l’excision) , à la Ligue des Droits de l’Homme et à d’autres, que, quelques soient les prétextes religieux invoqués, cette coutume barbare et archaïque devrait être interdite.

Si à 18 ans les hommes veulent toujours se faire circoncire, ou tatouer, ou percés de multiples façons, ils le pourront toujours (mais pas aux frais de la Sécurité Sociale !).

A huit jours ou à 13 ans, c’est une insupportable atteinte à l’intégrité corporelle. C’est un « marquage » communautariste, comparable à celui des bestiaux.

Mes différentes lettres n’ont jamais reçu la moindre réponse, même de courtoisie, du genre: « Nous étudierons votre question », ou bien « Nous l’avons étudiée et nous avons décidé ainsi, pour telle raison », ce qui aurait au moins le mérite de la clarté.

Bruno Courcelle

Professeur à l Université de Bordeaux et membre de l’ Institut Universitaire de France

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.