Plus belle la vie ne s’inspirera jamais du suicide de Marie à Marseille

Publié le 26 juillet 2010 - par - 537 vues
Share

Marie, une habitante du quartier des Grands Carmes, est poussée au suicide par le harcèlement et l’incivilité des « jeunes » :

http://www.laprovence.com/video/Vu+sur+LCM+%3A+un+climat+d%27ins%C3%A9curit%C3%A9+aux+Grands+Carmes+%3F/iLyROoaf8mLx

Les Grands Carmes, c’est une zone fortement « métissée » et « multiculturelle » du Panier. Le Panier, vous savez, c’est ce charmant quartier où sont censés se dérouler les épisodes du feuilleton idéologique Plus belle la vie de France 3.

Evidemment, dans ce feuilleton, il n’y a jamais de « jeunes » incivils, et les seuls racistes sont blancs, et les seules victimes de racisme sont issues de l’immigration ou gitanes, et il n’y a pas de musulmans radicaux non plus.

Par exemple, on n’y voit ni voilées ni barbus, même comme figurants. Ca ne doit pas exister à Marseille. Ah si, il y a eu une, et une seule voilée qui a agrémenté quelques épisodes. C’était une étudiante souriante et assidue venue d’Algérie. Un chrétien de souche tombe amoureux d’elle et ô miracle, il se met à étudier l’islam et découvre tous les bienfaits de cette religion. Hélas, notre voilée modèle est victime d’un viol collectif par des méchants souchiens, commandés par un vilain affairiste immobilier qui voulait foutre la pagaille dans le charmant quartier du Mistral et monter les gentilles communautés les unes contre les autres.

Il y a eu aussi, juste avant les élections régionales, l’apparition d’un groupe d’extrême-droite, « La Flèche blanche » (sic !) dirigé par d’anciens partisans de l’OAS et de l’Algérie française (hé oui, on ne recule devant rien dans la propagande électorale !) Le CSA s’est d’ailleurs ému d’une séquence hyper-violente où on voyait « La Flèche blanche » torturant à la gégène un gentil policier qui tentait de l’infiltrer. Très réaliste, parce que chacun sait que dans les faits divers marseillais, les scènes de tortures sont commises à la gégène par d’anciens OAS sur des jeunes issus de l’immigration et jamais par des « jeunes » voulant dépouiller des vieux sans défense…

Lors de cette période préélectorale, il y avait bien un « terroriste » musulman qui planifiait un attentat à la bombe au Vieux Port. Et en cheville avec « La Flèche blanche » (bin voyons…) Mais on finit par apprendre que mais non, ce n’était pas un terroriste, mais un gentil journaliste algérien luttant contre les méchants terroristes qui déforment le message de paix et d’amour de l’islam, et c’est pourquoi il jouait lui aussi la taupe. Et il subira lui-même la violence non pas d’islamistes qui pourraient se venger de cette trahison, mais, là encore, de fachos blancs. Logique.

Ainsi, chaque jour du lundi au vendredi, Plus belle la vie s’inspire de l’actualité marseillaise ou nationale, mais en en livrant une vision tenant du déni de réalité à 180°. De la désinformation et de l’intoxication matraquée quotidiennement en prime time. Plus belle la vie a traité du viol collectif, mais la victime était une fille voilée et les violeurs des souchiens. Plus belle la vie a traité du terrorisme, mais les terroristes étaient d’anciens OAS et le pseudo-terroriste musulman était en fait un contre-terroriste à la Mohamed Sifaoui. Et tout est à l’avenant : on présente exactement le contraire de ce que les Français et les Marseillais constatent comme faits majoritaires, et évidemment on passe sous silence l’hyper-violence actuelle de « jeunes » issus de la « diversité ». Pas un mot sur les émeutes suite aux matchs où jouaient l’Algérie, par exemple ! Tout cela n’existe pas dans le Marseille de Plus belle la vie, même si le journal La Provence relate quasiment chaque jour une nouvelle horreur dans ses « faits divers ».

Dans les épisodes de la semaine dernière de Plus belle la vie, il y a tout de même l’évocation d’un sujet « sensible ». Samia, la gentille fliquette d’origine algérienne, doit refaire son passeport pour partir en vacances à l’Ile Maurice avec son collègue le gentil Boher (un ancien facho mais heureusement converti au métissage sarkozyste et aubryste). On demande donc à Samia, comme à tout citoyen, son certificat de naissance. Mais elle ne veut pas le demander à son gentil père (un ancien combattant du FLN, mais là c’est louable), parce qu’elle trouve que c’est discriminatoire à raison de son origine. Boher lui explique que cette procédure est parfaitement légale. Alors Samia renonce à son voyage et accuse Boher de se comporter en « vrai français » (sic !) Boher doit aussi refaire son passeport, et il a demandé un extrait d’acte de naissance. Il apprendra dans l’épisode de ce lundi que sa grand-mère est polonaise. Voilà. Plus belle la vie a traité du délicat sujet de l’identité nationale. Une bonne chose de faite !

Plus belle la vie a été créé en 2004, sur une commande directe du gouvernement Raffarin et du président Chirac. Le maître d’œuvre de cette propagande d’Etat était le directeur général de France 3, un certain Rémy Pflimlin. Le 5 juillet dernier, le président Nicolas Sarkozy nomme Rémy Pflimlin à la présidence de France Télévisions. On prend les mêmes et on recommence !

Plus belle la vie ne s’inspirera donc jamais de la tentative de suicide de Marie. Ca n’existe pas selon ses scénaristes, l’insécurité et la délinquance à Marseille. Si, parfois, rarement, mais alors ce sont des manipulations organisées par des blancs. Heureusement que le racisme anti-blanc n’existe pas, sinon on pourrait accuser Plus belle la vie de « stigmatiser » les Marseillais non issus de la diversité.

Et tant pis pour Marie ! D’ailleurs il n’y pas d’insécurité au Panier, juste un « climat d’insécurité » (version moderne du « sentiment d’insécurité » de l’époque Jospin), et encore, avec un gros point d’interrogation pour La Provence et LCM. Et même s’il y avait insécurité, la culpabilité en revient, selon l’élue PS du coin, non pas aux délinquants, mais au manque de policiers. C’est quand même curieux : dans Plus belle la vie, il y a un commissariat au Panier, et ses fonctionnaires ne semblent guère débordés par le « climat d’insécurité » du quartier !

Djamila GERARD

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.