Pollution publicitaire papale à Paris

Publié le 21 septembre 2007 - par
Share

Dans sa folie des grandeurs, après Napoléon, Ben Hur, et le légendaire Jésus, Robert Hossein place un pion supplémentaire sur un échiquier mégalomane. A partir du 21 septembre, un spectacle ayant bénéficié des conseils du curé Jean-Michel Di Falco sera joué au Palais des Sports de Paris et se consacrera tout entier à la glorification de la dernière dictature d’Europe. Ecrit par Alain Decaux et mis en scène par Robert Hossein, l’hommage posthume s’annonce comme un grand moment de manipulation de l’histoire en faisant de Jean Paul II un héros planétaire. Avec le titre « N’ayez pas peur » (peur de quoi ? d’un catholicisme à la dangerosité permanente ?), Robert Hossein reprend l’exhortation de l’ancien pape lancée au Vatican et au Bourget.

L’affiche qui pollue les quais du métro parisien exhibe pêle-mêle, comme faire valoir du despote, Mère Teresa (dont on a appris récemment qu’elle avait douté de sa foi), l’abbé Pierre (qui a douté des vertus de la chasteté), Jaruzelski (qui n’a jamais douté que le communisme fut bon pour la santé), Gorbatchev (qui a vraiment beaucoup douté), Hassan II (que le doute sur l’exercice de la tyrannie n’a pas effleuré) et d’autres. On y trouve aussi un enfant soldat, une faucille et son marteau, une croix gammée. Tous entourent l’ensoutané qui est placé au centre, en grand format et en pleine lumière : l’ennemi acharné de l’avortement apparaît comme le pivot de l’Histoire du XXe siècle et il incarne l’ « espoir » (le mot est écrit étrangement en titre sur la dernière page d’un livre, probablement une utilisation hative de Photoshop…). Le rouge profond dans lequel est immergé l’ensemble ajoute au solennel (ou au tragique).

L’ordonnateur de cette grand messe ne cache pas que sa rencontre avec JP2 a été « l’un des moments les plus essentiels de [s]on existence ». Quant aux zones moins recommandables des convictions, injonctions et actions du gourou (au hasard : sexualité, procréation, complaisance vis-à-vis de quelques fascistes, haine de la laïcité, stigmatisation des athées), Robert Hossein en détourne le regard par une piètre pirouette : « Confronté à des interprétations mal comprises, il est arrivé que le public ne retienne que celles-là. »

Alors que la lutte contre la pollution rassemble pourtant l’assentiment de tous, les caméras de surveillance de la RATP oeuvrent à ce qu’aucune mesure sanitaire d’hygiène visuelle (graffiti, autocollants) n’entache ces grands placards collés à l’eau bénite. Pourtant, sur la ligne 4 du métro, dix affiches ont été arrachées par des bras vigoureux. Oui, l’espoir…

Jocelyn Bézecourt

[www.atheisme.org->www.atheisme.org]

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.