Pour tordre définitivement le cou au concept de racisme anti-islamique

Publié le 8 mars 2010 - par - 1 806 vues
Share

Depuis quelques années tous peuvent constater l’apparition d’un nouveau concept : « critiquer l’islam est raciste ».

Les organisations musulmanes le martèlent à l’unisson lors de chacune de leurs interventions publiques et les médias peu à peu se sont mis à relayer cette affirmation sans jamais en examiner la validité ni demander à ceux qui l’employaient de s’expliquer sur la signification précise de la formule.

On aurait attendu de nos journalistes un peu plus d’esprit critique et d’analyse et un peu moins de perméabilité (de complaisance ?) vis à vis de quelque chose qui ressemble de prime abord beaucoup à une grossière opération de propagande.

Faisons donc un travail de décryptage sur la formule « critiquer l’islam est raciste ».

La critique de l’islam

L’islam est une idéologie prônant l’instauration d’un système sociétal dans lequel politique, social et croyances sont mélangés.

L’islam de la même manière que le Fascisme, la Démocratie ou le communisme n’est pas un individu ni même un groupe d’individus mais une constructions intellectuelle de l’ordre des idées, des opinions et des croyances.

De tout ce qui précède, il ressort que critiquer l’islam, c’est débattre d’idées et d’opinions, c’est discuter sur des sujets politiques, sociaux et donner son avis sur des croyances. Depuis la nuit des temps les hommes libres font cela, et dans des sociétés démocratiques comme les nôtres c’est un droit fondamental garanti par la Constitution, cela s’appelle la liberté d’expression.

L’action d’émettre un avis critique sur la nature de l’islam serait donc un acte de nature raciste.

Lourde accusation de nos jours, car depuis la Shoah le mot raciste projette ceux qui en sont qualifiés dans le cloaque nauséabond du nazisme et de ceux qui considèrent les noirs, entre autres, comme appartenant à une race inférieure.

Définition du racisme

Le racisme est un système de théories et de croyances individuelles ou collectives selon lesquelles il existe des « races » dans l’espèce humaine et une hiérarchie entre elles. Les individus sont réduits à un ensemble de critères identitaires considérés comme spécifiques et sur lesquels il est porté des jugements de valeur

Les conceptions racistes sont aujourd’hui internationalement discréditées et méprisées au point que même le terme « raciste » est devenu une violente invective diffamatoire (« sale raciste ») et que les comportements racistes sont des crimes dans les législations de nombreux pays.

C’est pourquoi l’OCI, Organisation de la Conférence Islamique(1), depuis quelques années utilise systématiquement le qualificatif « raciste » à l’encontre de toute critique de l’islam et de la charia, afin de tenter de criminaliser internationalement, et donc de faire taire, toute opposition à l’idéologie islamique.

Cette même OCI qui le 5 août 1990 au Caire adoptait la Déclaration des droits de l’Homme en islam dont article 22 déclare: « Tout homme a le droit d’exprimer librement son opinion pourvu qu’elle ne soit pas en contradiction avec les principes de la Charia. »

Quel rapport y a-t-il donc entre la critique de l’islam et le racisme ? Aucun, absolument aucun… Sauf peut-être dans l’esprit de ceux, eux-même racistes, qui emploient cette accusation diffamatoire.

Suivez leur raisonnement :

Si vous critiquez l’islam, alors vous critiquez des groupes humains spécifiques.

Or ces groupes humains sont principalement maghrébins et africains.

Vous critiquez donc des maghrébins et des africains en tant qu’êtres humains.

Donc vous êtes un raciste !

Raisonnement faux, grotesque et raciste.

Faux : Les musulmans ne sont pas tous maghrébins ni africains.

Grotesque : Comment peut-on soutenir l’idée saugrenue qu’il y a identité de nature entre une personne de chair et de sang et les idées qu’elle peut avoir à propos d’un sujet ou d’un autre ?

Raciste : L’idée que les Maghrébins et les Africains ne peuvent qu’être musulmans et qu’en parlant des musulmans on parle donc de ceux-ci (comme si le fait d’être musulman leur était obligatoirement attaché) est un préjugé raciste. (cf. La déclaration de Noël Mamère qui parce que son assistante est d’origine maghrébine l’avait déclarée musulmane alors que ce n’était aucunement le cas).

Que doit-on donc conclure quand on entend la formule « critiquer l’islam est raciste » ou une de ses déclinaisons ?

Nous sommes en présence d’une personne qui émet un propos raciste.

Nous sommes en présence d’une personne qui cherche par l’invective insultante à faire taire ceux qui exercent leur droit de s’exprimer librement sur des idées. Cette personne agit alors, consciemment ou non, comme un agent de l’OCI, un propagateur de charia et donc un ennemi de la Démocratie.

Alors, mesdames et messieurs les journalistes, réfléchissez un peu avant de laisser dire sur vos médias que « critiquer l’islam c’est raciste » et de reprendre à votre compte cette honteuse formule.

Alain Wagner

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.