Premières conférences de Riposte Laïque à Vichy et à Clermont

Publié le 29 septembre 2009 - par
Share

Les conférences en Auvergne des 25 et 26 septembre courant furent contrastées en termes d’affluence : un joli petit succès à Vichy dont nous pouvons à juste titre nous flatter ; et une amorce que nous ne voudrions pas qualifier de semi-échec, à Clermont-Ferrand − à l’inverse de ce à quoi nous nous attendions.

Pierre Cassen a présenté Riposte laïque à un auditoire qui très souvent en ignorait l’existence mais qui, à la fin, a manifesté sa satisfaction de l’apprendre pour ainsi dire de visu, en nous exprimant chaleureusement les espérances placées dans notre action. L’orateur a su trouver les mots et les arguments pour convaincre pourquoi il faut une riposte laïque en 2009, brillamment exposé les enjeux de la mission parlementaire sur le voile intégral. Les débats qui ont suivi furent très animés et, se prêtant au jeu, l’orateur a répondu de bonne grâce aux questions qui lui étaient posées.

André Leca (à gauche), qui nous a prêté ses locaux, et Pierre Cassen, à Vichy, 25 septembre 2009

Une typologie pourrait être esquissée de ces questions, récurrentes et significatives du mal qui ronge notre pays : le chantage à l’islamophobie, le politiquement correct qui interdit de nommer les choses, les atteintes à la laïcité et la passivité complice de certains élus devant l’islamisation qui s’opère sous nos yeux. Il y eut bien entendu des objections qu’on pourrait résumer comme ceci : argumentaires prémâchés tels que les instances de tel parti ou de telle mouvance en inondent médias, élus et militants pour discréditer la laïcité ou, tout au moins, faire croire qu’il est temps de l’envisager différemment en « toilettant » notre acquis républicain. Ce fut très amusant d’entendre Pierre Cassen démontrer en quoi ces argumentaires sont spécieux et porteurs d’atteinte à la laïcité.

Nous avons malheureusement constaté que presque plus personne ne sait ce qu’est la laïcité, chacun s’en faisant sa propre idée ou s’en bricolant une perception éloignée du dispositif juridique inauguré par la loi de 1905. Confusion généralement exprimée par des phrases comme « Pour moi la laïcité c’est ceci », « Je croyais que la laïcité était cela », la multiplication d’expressions du genre laïcité positive, laïcité ouverte ou encore laïcité moderne ajoutant à la confusion.

Evoquons pour finir cette étudiante qui se prépare à devenir assistante sociale et qui, éberluée, nous a dit que les cours dispensés en la matière ne préparent en rien à la réalité du terrain social alors que dans leur future vie professionnelle, ses camarades et elle-même savent qu’elles seront confrontées à des problèmes auxquels elles n’ont pas de réponse. Citons encore cette dame qui a exprimé le souhait de nous aider et qui nous a aimablement écrit : « La conférence d’hier était intéressante et les débats menés de main de maître… Soyez-en remerciés et transmettez mes compliments à Pierre Cassen. »

Ces deux conférences ont en permis en outre d’écouler quelques exemplaires des Dessous du voile et de négocier un dépôt auprès d’une librairie de Vichy. Enfin, un journaliste de la presse locale a recueilli une interview de Pierre Cassen.

Georges Manesse

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.