Prières musulmanes : après le Paris de Delanoë, le Marseille de Gaudin !

Publié le 13 novembre 2009 - par - 389 vues
Share

Il n’y a pas qu’à Paris que des musulmans occupent en toute illégalité la voie publique chaque vendredi pour faire leur prière rituelle et écouter les sermons d’imams.

Selon une source policière, rien que dans le centre-ville de Marseille (et bien loin des quartiers Nord…) il y a au moins trois lieux de ce type.

L’un d’entre eux gravite autour de la mosquée « Salam », un ancien hôtel transformé en lieu de culte au 22 rue des Récollettes, dans le quartier Belsunce, à une centaine de mètres de la Canebière et tout près du fameux Alcazar devenu bibliothèque.

La mosquée Salam

Tous les vendredi après-midi, pendant deux à trois heures, la rue des Récollettes (chaussée et troittoirs) est inaccessible à toute circulation, même piétonne, sur 100 mètres. Il en est de même pour la rue Thubaneau qui lui est perpendiculaire.

En rouge, les rues interdites aux non-priants

Ici, contrairement à Paris, pas de barrières, pas de milice musulmane (à part quelques guetteurs en kamis), et pas de présence policière.

Rue des Récollettes, vendredi 13 novembre 2009

C’est au demeurant inutile, puisque le quartier est à 90% islamique, et que la foule des personnes en prière est si dense qu’aucun piéton ne pourrait la traverser.

Rue Thubaneau, vendredi 13 novembre 2009

Et voilà ! Après le Paris de Delanoë-Vaillant, remarquablement illustré par les reportages de Maxime Lépante, le Marseille de Gaudin ! Comment mieux résumer 30 ans de politique de l’UMPS ? On s’étonne du silence des laïques marseillais, comme nous sommes consternés de la discrétion des laïques parisiens. Et pendant ce temps-là, des intellectuels viennent pérorer devant la mission parlementaire sur le voile intégral, en oubliant juste d’évoquer Paris, Marseille, et combien d’autres lieux où des musulmans s’accaparent l’espace public pour imposer leurs prières à l’ensemble de la population !

Si vous avez d’autres témoignages, contactez-nous, proposez-nous des reportages, vous savez que nous les publierons.

Roger Heurtebise

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.