Quand Dalil Boubakeur confirme les propos d'Eric Zemmour…

Enfin des vérités…derrière les mots

Lors de l’inauguration de la mosquée d’Argenteuil (qui constitue –notons le au passage- un pied de nez à la loi de 1905), le premier ministre a déploré que « les personnes de confession musulmane et leur lieu de culte [soient] encore trop souvent l’objet de discrimination et la cible d’agressions. » Et d’ajouter : « Il y a en France des actes antimusulmans. L’année dernière, 30% des faits de violences racistes, des menaces dans la très grande majorité des cas, ont visé des personnes de confession musulmane… Face à ces actes, où la haine le dispute à la bêtise, les pouvoirs publics affirment leur solidarité avec la communauté musulmane et leur fermeté à l’encontre des auteurs. »
Ces actes antimusulmans, dictés par la « haine » et reflets de la « bêtise », sont inacceptables dans notre France, personne ne le contestera, et le premier ministre a raison, mille fois raison de les condamner…
Mais analysons le constat du ministre :
30% des faits racistes recensés en 2009 ont été commis au préjudice de personnes ou lieux de culte musulmans.
La logique veut évidemment que ces faits aient été commis par des non-musulmans, c’est-à-dire très majoritairement par des franco-français, ceux que les musulmans appellent « souchiens »…
Première remarque : Monsieur Fillon fait rentrer dans ce décompte les « menaces », dont il reconnaît qu’elles constituent la « grande majorité des cas ». Loin de moi la pensée de minimiser les « menaces », mais il y a quand même loin entre le « dire » et le « faire », entre la parole menaçant, violente, injurieuse, et le tabassage, les coups de couteau, le meurtre !
Donc, il y aurait peut-être, à mettre à l’actif des franco-français, 20% de « menaces » et 10% de passage aux actes…
Eh bien, moi, à force d’entendre sans cesse accuser les franco-français de « racisme, de « xénophobie », d’« islamophobie » (au sens qu’on veut lui donner aujourd’hui !), ça me rassure plutôt !
Deuxième remarque : on est en droit de s’interroger sur les 70% des faits racistes qui restent et qui concernent bien sûr, par voie de conséquence, les non-musulmans !!
Ces 70% incluent des actes de malveillance ou de violence envers les juifs. L’antisémitisme franco-français est encore à l’œuvre en France, mais il ne faut pas négliger la haine du juif générée chez les musulmans par le conflit israëlo-palestinien, haine que nos élus s’ingénient à alimenter, en autorisant les manifestations en faveur de la Palestine (voire en s’y associant, malgré la présence des drapeaux du Hamas et du Hezbollah, organisations pourtant classées terroristes !).
Ces 70% incluent aussi les actes de racisme envers d’autres communautés issues de l’immigration. La récente manifestation, à Belleville, des chinois immigrés ou descendants d’immigrés (près de 8500 personnes, selon la police) a révélé ainsi la violence dont la communauté chinoise fait l’objet, de la part de «groupes de jeunes vivant à Belleville ou dans d’autres quartiers de l’est parisien. » Les médias ont très peu parlé de l’événement, et sont restés dans le « politiquement correct », sans vraiment désigner précisément les fauteurs des troubles, qui ont installé l’insécurité dans ce quartier parisien. Nul n’ira imaginer que ce sont les franco-français qui terrorisent les chinois ! D’ailleurs, le mot « jeunes », utilisé pudiquement par les médias, désigne -on le sait- de « jeunes » français, « issus de l’immigration » maghrébine ou africaine, le plus souvent de confession musulmane…
Enfin, dans ces 70%, figurent tous les actes de racisme anti-blanc, dont les médias nationaux parlent peu, quand ils ne les occultent pas totalement, comme cela a été le cas, entre autres, pour le jeune couple de Perpignan dont l’appartement a été pris d’assaut par de la « racaille »…
Et maintenant on sait, depuis le meurtre sauvage qui s’est déroulé sur l’autoroute A13 voilà quelques jours, que le racisme « anti-blanc » menace même ceux qui, « issus de l’immigration », entendent se conduire comme des « Français », et respecter les lois et usages en vigueur en France.
Si on fait le bilan des 1026 faits de violences racistes recensés en 2009, et si on accepte de raisonner en termes de « racisme religieux », comme nous y invite François Fillon (bien que cela soit une absurdité), on obtient les chiffres suivants :
– 314 faits qui visent des français « issus de l’immigration », musulmans ; donc commis par des français « souchiens » non-musulmans ;
– 712 faits qui visent les autres français, non-musulmans ; donc commis en majorité par des musulmans…..
Sans commentaires (il est évident que la majorité des faits incriminés émane d’une minorité)…
Mais on aimerait que les pouvoirs publics « affirment » davantage « leur solidarité » (pour reprendre l’expression de Francois Fillon) avec les victimes ciblées par les 70% de violences racistes !
Dans le même temps que le ministre de la République laïque inaugurait la mosquée d’Argenteuil, le recteur de celle de Paris tenait des propos intéressants dans une interview accordée à France-Soir : « Il faut permettre la construction de mosquées jusqu’à atteindre un chiffre raisonnable qui permettent d’éviter les rues Myrha » Et on se souvient que Dalil Boubakeur a d’ailleurs lancé l’idée d’un « moratoire de dix ou vingt ans » sur la loi de 1905, qui interdit tout financement public des lieux de culte. Aujourd’hui, il demande qu’on double le nombre de mosquées, estimant qu’il en faut 4000. Et d’ajouter : « Ouvrez une mosquée et vous fermez une prison ».
La mise en lien des termes « mosquée » et « prison » ne laisse aucun doute sur la manière dont il faut interpréter la phrase ! Ce qu’affirme, indirectement, Dalil Boubakeur, c’est que les prisons françaises sont remplies de musulmans. Les musulmans étant majoritairement des français d’origine arabe ou africaine, on est content de le voir confirmer les propos d’Eric Zemmour, qui ont déclenché le scandale que l’on sait !
Chantal MACAIRE

image_pdf
0
0