Quand la quête de la « diversité » conduit la présidente d’Areva au sexisme anti-hommes et au racisme anti-blancs

Publié le 26 octobre 2009 - par - 558 vues
Traduire la page en :

C’est Anne Lauvergeon, présidente d’Areva, qui nous l’explique au « Women’s Forum 2009 ». Extrait du journal télévisé de 20 heures de France 2, le 16 octobre 2009 :

http://www.youtube.com/watch?v=cLZD7xV582Y

Anne Lauvergeon : « A compétences égales, hé bien, désolée, on choisira la femme ou on choisira la personne venant de autre chose que le mâle blanc, pour être clair ».

Qu’en pense la Halde ? Et le Mrap ? Et SOS-Racisme ? Et la LDH ? Et la Licra ? Que diraient-ils d’un patron qui dirait « choisir » de préférence des « mâles blancs », ou « autre chose que la femelle noire » ? Ce serait immédiatement un tollé général !

Hélas, sur ce racisme officiel et patronal anti-blancs voire anti-français, la gauche décidément de moins en moins prolétarienne se tait, opérant ainsi une discrimination dans sa lutte contre le racisme. A ma connaissance, seuls l’Agrif, organisation ultra-catholique et intégriste, et Fabrice Robert, président du Bloc Identitaire, ont porté plainte contre Anne Lauvergeon. Là encore, ne laissons pas l’extrême-droite récupérer nos combats humanistes et antiracistes de gauche.

Djamila GERARD

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi