Que devient la libraire du Bourget ?

Publié le 30 mars 2009 - par - 252 vues
Share

Nous avions publié, en novembre 2008, un texte qui avait bouleversé beaucoup de lecteurs. Marie-Neige Sardin, libraire au Bourget, décrivait un quotidien cauchemardesque, dans un de ces territoires perdus de la République où les voyous et les islamistes font la loi, de concert. Nous lui avons demandé ce qu’elle devenait, et elle nous a fait suivre ce texte.

http://www.ripostelaique.com/Je-suis-libraire-au-Bourget-93-et.html

De longues semaines se sont écoulées; vous avez eu des jours de neige, de grêle, de pluie, de brouillard, de soleil, de ciel bleu; des heures de stress, de rire, de pleurs, de tendresse; des minutes de colère, d’amertume, de grandes joies ou de profondes tristesses; mais qu’en est-il de la seconde, de celle qui a précédé l’instant où vous avez cliqué sur mon témoignage. Quels sentiments vous habitent, là, en ce face à face muet où seuls mes mots jouent sur cet échiquier de la vie qu’est votre écran. Je n’en saurais jamais rien, à moins que vous ne vous décidiez à échanger, à partager, à me confier, à évoquer avec moi, un peu de cette souffrance enfouie en vous et dont mes textes ont fait bien malgré moi remonter des larmes en vos yeux. Jamais, je n’eusse imaginé pénétrer ainsi en vos coeurs .

Devant tant de demandes, j’ai donc très vite pris la décision de créer sur Facebook, un groupe ouvert à tous « victime et non coupable », afin de permettre aux victimes d’agressions de se regrouper et de s’exprimer .

Dans un même temps, la journaliste Louise Demory a fait mon interview pour Novopress, suite aux articles édités par Riposte Laïque.
La conjugaison des deux événements a eu un impact,durant quelques jours, pouvant être défini comme au delà du fantastique.

Des soutiens pleuvaient de toute part , autant de particuliers, que de groupes politiques, ou de l’étranger.

Pèle mêle, je peux citer: « le bleu et le rouge » , »le groupe dupont aignant », « l’ump », « le mpf », de l’élite sociale, de simples citoyens, des fils et filles de harkis …….

Les promesses allaient bon train, mon enthousiasme beaucoup moins.
Au fil des échanges, je sentais venir, ceux qui allaient se renier. Tous les responsables des groupes cités, ont commencé par prendre de la distance, à adopter une position de repli, non avouée….

Pour les obliger à se dévoiler (ne voyez là aucun jeu de mots!), j’ai donc fait du forcing, en leur faisant remarquer, que changer d’avis comme de chemise, en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, ne les valorisait guère.

Je leur tendais là, une perche magnifique, pour mettre un terme à toute relation avec moi, tout en gardant la tête haute et les coudées franches.
Trop absorbés par leur paraître, ils n’avaient pas intégré, à quel point, je voyais clair en eux depuis le départ. Je savais qu’ils allaient prendre attache, contact auprès de mes élus locaux …. et que là bien sûr, ma folie notoire allait entrer sur la piste de danse.

Seule contre tous, cela va finir par devenir un véritable honneur pour moi et la cause….. Et oui, vous l’aviez peut être perdue de vue, le but du jeu est tout de même, d’abattre ce mur du silence qui plombe, tout ce qui se passe vraiment en 93.

Refuser la soumission, la pensée unique; être un esprit libre et parfois pensant, a un prix en ce département; vitrines canardées à coup de bouteilles en verre; humiliations subies par ma fille et moi-même, devant plus de vingt personnes, en plein bureau de poste du Bourget.

Le receveur en a d’ailleurs gardé les images et les témoins le silence. Il ne fait pas bon, à dénoncer, à refuser, à déranger ainsi les biens pensants et leurs cours.

Des unions se créent, pour mieux se débarrasser de l’indigente :
création d’un nouveau point de presse en une moyenne surface voisine de la boutique, propriétaire multipliant le loyer par trois, me privant du local de ma réserve, puis me mettant le contenu au beau milieu de la cour; par chance, il faisait beau ce jour là!

Il finit par me fournir à contre coeur ,une cave insalubre , mais inscrite en mon bail depuis 1978…..ouf, sauvé des eaux !

Poursuivons dans la continuité, par la fermeture de l’un des accès trottoirs de la boutique totalement condamné du 6 avril au 15 mai, pour causes de travaux.

Là, c’est certain, pour parvenir à faire recette, cela va aller beaucoup moins bien!

Sans oublier le conditionnement de mes nouveaux voisins que l’on a prévenus, dès leur arrivée, de ma pseudo folie, des mes propos divaguant, auxquels ils ne devaient attacher aucune importance. Tout ceci étant purement inventé dans le seul but de me faire de la pub pour ma boutique!

Ben voyons, et la marmotte, elle plie aussi le chocolat dans le papier,chez poulain, non!

Mais c’est la création d’un groupe contre moi,sur facebook, »non victime et coupable »

http://www.facebook.com/reqs.php#/group.php?sid=bf462a9e0145239e363ba8f38d3c34b1&gid=63606798486

qui porte atteinte à ma personne de la façon la plus répréhensible qu’il soit; avec une utilisation de mon image, une déformation de mes propos et autres atteintes diverses. Les créateurs de ce groupe demeurent pour certains à quelques kilomètres de la boutique, pour d’autres ils se disent appartenir à des établissements de renom tel que sciences po ou l’école de management de Grenoble…..
Afin d’apaiser ma profonde indignation , j’ai envoyé un mail à ces établissements

Je me permets de venir vers vous suite aux faits suivant.
Je suis libraire dans le 93, j’ai créé il y a quelques mois un groupe » victime et non coupable » sur facebook pour tenter de trouver des solutions , pour moi même et les autres petits commerces, j’ai relaté dans divers articles et interviews audios les actes subis depuis cinq ans, avec mes mots, mon vécu:

http://www.facebook.com/home.php?ref=home#/group.php?gid=99340025365

Il s ‘en est suivi au bout de quelque temps la création d’un autre groupe, que je qualifie d’antigroupe « non victime et coupable »:
http://www.facebook.com/group.php?gid=63606798486#/group.php?gid=63606798486

Si je vous écris, c’est tout simplement parce qu’un certain nombre de posts, y compris dans les créateurs du groupe se revendiquent, ou font parti de votre établissement ; Les propos tenus relevant du pénal, je me tourne vers vous pour savoir si je dois inclure l’image de votre école dans ma plainte, si vous cautionnez les propos tenus, ou si tout simplement vous êtes aussi victime de l’utilisation de votre nom et image.

J’en attends encore la réponse …..qui ne dit mot, consent.

Pourtant , au milieu de ce tas de négatif, j’ai aussi vécu des moments privilégiés avec certains d’entre vous ; Je pense à « mousquetaire Dartagnan »qui a traversé toute l’île de France pour venir me rencontrer, un certain dimanche de journée de la femme, hommage fantastique à ce que je ne suis plus depuis le viol en réunion. L’espace de quelques heures, j’ai de nouveau existé en tant qu’être humain.

Je remercie Nico, le jeune homme au bracelet électronique, aux merveilleux poèmes, qui m’a aidé, via le net, à monter le groupe sur facebook et qui s’est impliqué à fond pour défendre ma cause lorsque le badgroupe s’est constitué.

Enfin, je m’incline devant Olivier et sa femme; ils font parti de cette élite sociale, pratiquant à merveille la politique de l’autruche…….mais pourtant, pourtant ,ils sont bien là, à mes côtés, m’assurant de leur soutien; ils cherchent à savoir, à comprendre vers où glisse notre pays. Avec une grande clairvoyance , ils m’écrivent « La presse ne s’intéresse pas à ceux qui souffrent en silence mais aux cris bruyants de ceux qui, au milieux des souffrances qu’ils font subir aux autres, rencontrent parfois de petites contrariétés. »

Oh combien ces propos sont justes, ils me donnent la force de poursuivre encore et encore ; je sais que mes textes, mon interview, sont fort bien entendus au pays bas ainsi qu’en australie , grâce à des élus européens qui véhiculent l’information via leur site politique .

Une ouverture à laquelle je ne songeais pas il y a encore deux semaines, mais qui enfle, telle une rumeur sourde, tel un grondement déferlant, balayant d’un revers de vague les lapidations en tout genre Mon corps est fatigué de subir, il sent venir la pluie, les giboulées…. il va aimer ce ruissellement sur lui, comme un caresse du ciel qui lui renvoie mes larmes emplies de mes maux en me dictant des mots.

PS : En tant que libraire, je vends « Les dessous du voile », pour préserver la liberté d’expression au Bourget.

Expression Libre: http://m.neige.free.fr et www.mneige.lalibrairie.com

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.