Que le Conseil de l’Europe s’occupe de ses fesses !

Publié le 1 juillet 2008 - par
Share

Peu de concitoyens connaissent le Conseil de l’ Europe. J’imagine d’ailleurs qu’ils confondent souvent le conseil de l’Europe avec les conseils européens, réunions des chefs d’ État et de gouvernements européens. Le Conseil de l’Europe, sorte d’antichambre socio-culturelle de l’Union européenne, qui comprend 47 pays dont la Russie, la Géorgie, le Saint Siège, des observateurs États Unis, ne sait plus trop quoi faire pour se faire remarquer.

Sa dernière campagne vise à interdire la fessée. Inspirée des pays bien pensants du nord de l’Europe cette campagne vise encore à faire changer les mentalités. C’est fou ce que ces gens que personne n’a élu, passent comme temps et dépensent comme argent des contribuables européens pour faire évoluer nos mentalités de débiles attardés. Occupez- vous donc de vos affaires !

Déjà, qu’ on a plus le droit de fumer, maintenant il va falloir que vous régentiez l’éducation des enfants. Quand on voit comment les enfants d’aujourd’hui se comportent, c’est plutôt d’autorité et
de repères qu’ils manquent, ce dont s’inquiètent maintenant nombre de pédo-psychiatres.

C’est ainsi qu’on voit ainsi nombre d’enfants complètement instables que les enseignants sont chargés de discipliner longuement avant de pouvoir leur apprendre quoi que ce soit. Et si ceux-ci sont nombreux à recevoir des coups, malheur à celui qui dans un moment d’énervement ose lever la main sur un môme insolent comme José Laboureur. Alors qu’on ne me fasse pas le procès de prôner l’éducation par les châtiments corporels à l’anglaise, mais il faut relativiser entre la maltraitance et la fessée.
D’ailleurs et contrairement aux fadaises de ces bien pensants du Conseil de l’Europe, j’ai plutôt tendance à croire comme l’explique Boris Cyrulnik, que les enfants souffrent moins d’une fessée vite oubliée que d’une maltraitance due à une absence d’affection et d’amour, de repères, d’éducation.

Le Conseil de l’Europe pourrait en revanche utilement s’occuper de faire changer les mentalités sur bien d’autre sujets qui sont dans sa besace et sur lesquels il s’est bien gardé de faire campagne : l’égalité hommes femmes, la lutte contre les mariages forcés, contre les mutilations sexuelles, contre les crimes d’honneur. Mais écartelé entre l’égalité hommes femmes et la reconnaissance des différences culturelles, le Conseil de l’Europe s’est bien gardé de trancher et préfère s’attaquer à ce sujet oh combien crucial : la fessée ! Bientôt il vont nous expliquer la bonne et juste manière de faire des bébés !

Gabrielle DESARBRES

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.