Question d’éthique : je n’aurai jamais rien de commun avec Marine Le Pen, à cause de la peine de mort

Publié le 13 décembre 2010 - par
Share

Depuis que je lis la lettre de Riposte Laïque, mon approche de la politique s’est singulièrement modifiée. J’ai nettement plus tendance à écouter l’autre qui me parle, à prendre en compte ses arguments, au besoin, pour les combattre, mais avec plus de pertinence. Riposte Laïque agit comme un laboratoire d’idées en permettant l’ouverture sur la différence y compris sur des idées que je combats depuis 40 ans. Par le passé j’avais milité à AC! (agir ensemble contre le chômage) où là aussi j’avais trouvé un creuset d’idées diverses, une intelligence collective particulièrement roborative. Plus loin encore, j’ai accompagné les actions d’Amnesty International, là j’ai côtoyé une humanité forte et généreuse, j’ai vécu de poignants moments lorsqu’il fallait participer à sauver un innocent d’une mort certaine…

L’envahissement de la sphère publique par une religion m’est absolument insupportable, quelque soit la religion. Interdire une crèche, une procession parce qu’elles sortent du domaine privé en envahissant la sphère publique me parait plus que nécessaire, c’est indispensable. Faire taire toute tentative religieuse (quelqu’en soit l’obédience) d’empiéter sur la sphère publique est un devoir civique pour tout citoyen digne de ce nom.

La religion catholique depuis longtemps déjà se meurt et c’est une très bonne chose. La loi de décembre 1905 lui a porté un coup très dur. Les autres religions suivent et les laïques ne peuvent que s’en réjouir.

Pourtant une religion nouvellement arrivée en nos contrées, comme un cancer galopant s’incruste dans notre société: l’islam. Moins religion que projet politique fasciste d’ailleurs. Combattre l’islam est une question de survie pour notre société largement laïque.

Il serait logique que la gauche défende mordicus l’application de la loi de décembre 1905 parce qu’en son temps elle a bataillé ferme pour qu’elle voit le jour. Pourtant ce n’est pas la gauche -au contraire même- qui défend la loi de 1905 mais l’extrême droite. C’est très choquant pour tous les hommes et les femmes sincèrement de gauche, laïques convaincus: Marine le Pen tient l’exact discours que les laïques de gauche et d’extrême gauche souhaiteraient entendre de la part de celles et ceux dont ils supportent par ailleurs les idées politiques.

Parmi eux, nombreux sont celles et ceux qui déclarent que désormais ils voteront Marine le Pen aux prochaines présidentielles. Y compris dans les colonnes de Riposte Laïque, faisant courir le danger de l’amalgame Riposte Laïque = facho, dont il est incontestable qu’il est difficile de faire taire.

Non Riposte Laïque n’est pas facho et la montée des déclarations d’amour à Marine le Pen dans les colonnes du journal est préoccupante et voici pourquoi.

Parmi les déclarations publiques de Marine le Pen, il y a celle concernant son appel au rétablissement de la peine de mort.

Qu’est-ce que la peine de mort?

La peine de mort est la mise à mort (quelles qu’en soient par ailleurs les modalités) d’un individu déclaré judiciairement coupable de ce châtiment. Cette mise à mort s’effectue selon le pays, soit collectivement avec des pierres (lapidation publique), soit individuellement par un bourreau chargé de la mise à mort. Cette mise à mort, quoiqu’on en pense, est un meurtre de sang-froid réalisé au nom de la société sur un individu sans défense, lequel meurtre, logiquement devrait appeler à un jugement qui tout aussi logiquement devrait conduire à la peine de mort. Jusqu’à l’absurde.

Mais ce meurtre est également perpétré par délégation de la société, il est donc perpétré au nom de la société tout entière. Par conséquent, tous les membres de la société en sont coupables par complicité (laquelle complicité vaut meurtre, la justice n’accordant pas de circonstances atténuantes en la matière).

Qui veut vivre cette complicité-là? Vous qui me lisez? Moi, non, jamais.

J’entends déjà les réflexions éculées du genre « et si on massacrait tes enfants, tu ne voudrais pas la peine de mort? tu serais d’accord de laisser vivre l’assassin de tes enfants? »

Mille fois entendues, ces réflexions faisant appel à l’émotion individuelle, tentent d’amalgamer le nécessaire souci de justice dans la société et la pulsion de vengeance individuelle. Comme n’importe quel individu ordinaire dont je fais partie, je ne vois pas au nom de quoi j’échapperais à une pulsion de violence envers quiconque ferait du mal à mes enfants. Il n’est pas exclu que je cède au désir de vengeance. Il n’est pas non plus exclu (je n’en sais rien) que je passe à l’acte. Mais, à supposer que je souffre à ce point l’impossibilité de mettre en mots ma douleur, de faire un travail individuel de deuil, et que je n’aie pas d’autre échappatoire individuelle que de me venger, il est certain que jamais je n’aurais la lâcheté suprême de demander à la société qu’elle me venge en mon lieu et place. Jamais je n’aurai l’indignité de chercher à entraîner le reste de la société dans un désir de vengeance qui ne la concerne en rien. C’est une question fondamentale d’éthique, une de celles qui permet de savoir si oui ou non on peut fréquenter telle ou telle personne.

Marine le Pen, elle, parce qu’elle se déclare favorable à l’application de la peine de mort se situe délibérément dans un camp où jamais je ne mettrai les pieds. Et c’est pour cette raison-là qu’il est indigne de cautionner cette personne quand bien même elle tient un discours sur l’islamisation de la société qui est juste. Il importe qu’à Riposte Laïque, sous prétexte que les politiques qui parlent juste sont -hélas- très rares, qu’on se garde de suivre aveuglément tel ou telle sans se poser des questions fondamentales d’éthique. Celle concernant la peine de mort en est une aussi fondamentale que l’égalité hommes/femmes.

Gillinoui

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.