Qui d’autre que Nicolas Dupont Aignan, et DLR, pour défendre nos valeurs ?

Publié le 21 septembre 2009 - par
Share

Curieux texte que celui de ce monsieur Nicolas Mury, publié par Riposte laïque dans son numéro 100.

http://www.ripostelaique.com/Pourquoi-je-ne-crois-plus-en.html

Je n’irais pas par quatre chemins, ce texte, ce témoignage si l’on veut, je l’ai trouvé médiocre. Il pêche par un défaut de sincérité et trahit un narcissisme de militant primesautier et volage. Hier, c’était Debout la République ; demain, au petit bonheur, ça sera le groupuscule, l’association ou le parti politique grâce auxquels il pourra faire étalage de ses états d’âmes en s’écoutant parler pendant que de petites mains continueront à distribuer des tracts et à coller des affiches, essaieront de convaincre amis et voisins.

Où est le civisme, où est la citoyenneté, où est la République quand on se flatte d’avoir rejoint le « parti des abstentionnistes » comme d’autres se flattent d’avoir touché le gros lot ?

Où est le contrôle que nous sommes censés exercer sur nos élus en votant ?

Où est le contrôle que nous sommes censés exercer sur l’emploi de l’argent public, qui provient de nos impôts et que l’Etat alloue après chaque élection à des partis prébendiers, en vertu d’une loi inique, si nous ne votons pas ?

Nul besoin de faire un dessin pour savoir à qui l’abstention profite et quelle politique elle sert.

J’ai eu l’honneur et le plaisir d’assister aux journées de Dourdan et d’entendre Nicolas Dupont-Aignan faire un diagnostic des maux qui rongent notre pauvre pays, diagnostic implacable, assorti de propositions qui ont tout pour ravir le cœur des républicains et les laïques que nous sommes, emporter l’adhésion des plus sceptiques parmi nous. Que les lecteurs de Riposte Laïque s’y reportent s’ils le souhaitent, cela vaut le détour (1).

Dirais-je, en guise de conclusion, qu’un parti républicain comme Debout la République n’a pas besoin d’aigris dans ses rangs ? Je souhaite bon vent à M. Nicolas Mury et que les petites âmes en mal de reconnaissance soient bien inspirées d’aller baguenauder ailleurs. La patrie, la nation et la République appartiennent à tous, elles ne sont pas l’apanage d’officines où l’on s’agite plus qu’on n’agit.

Ahmed Ghlamallah

(1) http://www.debout-la-republique.fr/Universites-de-rentree-de-DLR.html#discours

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.