Qui est Guy Malandain, le maire de Trappes ?

Publié le 4 janvier 2010 - par - 4 161 vues
Share

Guy Malandain est un ingénieur du génie civil et homme politique français du parti socialiste, né le 1er juin 1937 à Rouen (Seine-Maritime).

Nul ne peut nier la sincérité de son engagement républicain. Membre du CERES au sein du parti socialiste dès 1971 (Congrès d’Épinay), il a de nombreuses années plus tard soutenu la candidature de Jean-Pierre Chevènement en 2002, avant de s’éloigner du pôle républicain, pour adhérer à nouveau au PS et rejoindre Fabius.

Comme tout socialiste cherchant à faire une carrière, il lui faut trouver un ancrage local. Ne pouvant aller sur Rambouillet ( le PS soutenait alors l’incontournable Jacqueline Thome-Patenôtre), il a essayé une approche sur Maurepas. Georges MOUGEOT (alors de la même tendance que Malandain) a vu en lui un rival et, prudent, a décliné l’offre de le prendre sur sa liste.

Par contre Alain DANET ( alors Maire d’Elancourt ), a cru obtenir l’aide du CERES en acceptant Malandain sur sa liste, Malandain est alors devenu Maire-Adjoint sur Elancourt.

Guy Malandain est élu député des Yvelines de la 11e circonscription de 1981 à 1993, puis de 2000 à 2002. La 11e circonscription regroupe les communes de Bois d’Arcy, Élancourt, Fontenay-le-Fleury, La Verrière, Saint-Cyr-l’Ecole et Trappes.

Il sera également élu conseiller général du canton de Rambouillet, de 1977 à 1982, et conseiller régional d’Ile-de-France de 1983 à 1986.

L’arrivée de Michel FOURGOUS (UMP) sur Elancourt et les bourdes de DANET, notamment sur l’aménagement du Centre ville et de son insécurité, a poussé Malandain a se rapprocher de Trappes pour se faire élire. Danet a d’ailleurs été battu par Fourgous, qui depuis repasse au premier tour.

Trappes a une histoire, c’est un des rares bastions communistes des Yvelines. Guy Malandain devient maire-adjoint d’une municipalité dont le maire est Bernard Hugo, élu depuis 1966, qui passera la main en 1996.

En 2001, il comprend que c’est le moment de jouer sa carte. Il réussit un coup de maître, devance le Parti communiste, et prend la mairie de Trappes.

Les communistes, amers, remarquent qu’ils avaient souhaité limiter la construction de la grande mosquée promise aux associations musulmanes (à qui ils avaient des promesses conséquentes), et que, sur ce terrain, Guy Malandain les a débordés, promettant davantage de places, et de salles pour les écoles coraniques…

Un article du Monde, en 2003, révélera les conditions dans lesquelles cette élections s’est déroulée…

http://www.umt-online.org/fr/internet/04/pdf/article2.pdf

Début 2008, il mettra – attitude fort peu républicaine – les locaux de sa mairie à la disposition d’associations comme RESF ou le Mrap, pour un parrainage citoyen d’une famille en situation irrégulière et leurs trois enfants.

http://www.educationsansfrontieres.org/article11639.html

Guy Malandain sera réélu en 2008. Voilà le parcours d’un « républicain » qui rejoint le PS pour conserver ses mandats… et qui, au lieu de demander un droit de réponse (que nous lui aurions accordé volontiers) menace de traîner devant les tribunaux, pour le plus grand bonheur des islamistes, un journal comme RL !

Lucette Jeanpierre

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.