Qui finance SOS Racisme ?

Publié le 2 août 2010 - par - 353 vues
Share

agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/qui-finance-sos-racisme

Les comptes de l’association SOS Racisme pour l’exercice 2009 sont parus au Journal Officiel :

journal-officiel.gouv.fr/publications/assoccpt

Leur analyse montre une association recevant des subventions massives de la part d’administrations et de très gros donateurs, cependant que le montant des adhésions plafonne modestement à 18 669 euros.

Le total des dons, adhésions et subventions pour 2009 s’élève à 904 596 euros.

Le montant des subventions de l’Etat est assez impressionnant. Ajouté aux subventions de collectivités territoriales et à quelques très gros dons privés, il dresse le portrait d’une association bien en cour auprès des grands de ce monde, mais pauvre en ressources venant des adhérents de base.
L’Etat paie plusieurs fois : d’abord 348 000 euros (mazette ! ) proviennent d’un établissement public nommé Fond d’aide et de soutien pour l’intégration et la lutte contre les discriminations, alias Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances :

wikipedia.org/Fonds_d’aide_et_de_soutien

wikipedia.org/Agence_nationale_pour_la_cohésion

On y ajoutera 80 000 euros au titre du Ministère de l’Education nationale, plus deux chèques distincts du ministère de la Jeunesse et des sports ; 46 000 euros directement, auxquels il faut ajouter 30 000 euros versés par l’intermédiaire du Conseil de développement de la vie associative (CDVA), un machin qui dépend de lui :

http://www.coordinationsud.org/CDVA-Conseil-du-Developpement-de

Total des subventions pour l’Etat, ses établissements publics et ses agences : 504 000 euros.

Passons maintenant aux collectivités locales : la mairie de Paris offre 40 000 euros et le Conseil régional d’Ile de France 35 000.

Le privé n’est pas en reste : Pierre Bergé, nouveau propriétaire de Monde donne 100 000 euros.

La Ford Foundation , célèbre organisation américaine offre 72 724 euros. Dans un article paru dans Cairn info, Ludovic Tournès qualifie cette organisation d’organe de diplomatie culturelle des Etats-Unis. Le réseau Voltaire parle, plus brutalement, de paravent philanthropique de la CIA, rôle qu’elle joua assez directement durant la guerre froide, puis plus subtilement ensuite, développant la notion de soft power.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fondation_Ford)

http://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2002-4-page-65.htm

http://www.voltairenet.org/article13171.html

http://www.voltairenet.org/article13444.html

agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/qui-finance-sos-racisme

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.