Racisme anti-blanc, testing, métissage et culture française…

Publié le 23 mars 2009 - par
Share

Bonjour Cyrano, un incident qui m’est arrivé cette après-midi m’a fait penser au testing. Finalement, c’est une technique efficace, et qu’on devrait reprendre à notre compte !

J’ai eu une petite altercation sur le parking d’une station-service avec 3 occupants, noirs, d’une voiture, que j’avais légèrement mouillés sans le faire exprès avec mon lave-glace (je ne les avais pas vu arriver, toutes fenêtres de leur voiture grand ouvertes) : un jeune, un ado et une femme d’environ 40 ans, de loin la plus excitée des trois. J’ai senti très fort que le mot “raciste” n’était pas loin du bord des lèvres. Le quatrième occupant, un jeune, noir également, beaucoup plus philosophe que les autres, m’a fait en riant un signe discret de la main pour me faire comprendre que ses copains étaient un peu givrés.

Quelques heures après, je me suis dit qu’au lieu de laisser passer tranquillement la crise, j’aurais dû répondre aux divagations de la femme jusqu’à ce qu’elle me traite de raciste (ça n’aurait pas été difficile), après quoi j’aurais relevé le numéro de la voiture et j’aurais été porter plainte… Pour injure raciste.

J’imagine avec amusement l’audience du tribunal, moi accompagné d’une dizaine de mes amis noirs, sénégalais, maliens et antillais, venus témoigner en ma faveur !

Bon, on peut réver, il n’y avait pas de témoins extérieurs à la scène et même si le quatrième larron avait l’air sympa et doué d’un solide humour, je ne pense pas qu’il aurait été jusqu’à témoigner contre ses compagnons de voiture. Mais je pense qu’il y a une idée à creuser pour les gens à qui ce genre de choses arrivent quasiment quotidiennement, les contrôleurs de la SNCF par exemple.

Sinon en parlant de tests, je t’envoie un lien intéressant ; voilà à quoi certains “scientifiques” consacrent leur temps et l’argent du contribuable américain, pendant que la crise financière n’en finit pas de durer :

https://implicit.harvard.edu/implicit/

Clique sur le drapeau bleu-blanc-rouge pour avoir le texte en français. Tu verras, c’est édifiant ! J’ai fait les tests attentivement et plusieurs fois, en observant un protocole rigoureux, et en notant mes résultats, obstinément contradictoires pour les mêmes tests à chacun de mes essais, pour arriver à la conclusion que les tests en question mesurent surtout la motricité main droite-main gauche, la rapidité de reconnaissance des mots courts et des mots longs, la fatigue nerveuse, cognitive, oculaire et musculaire, et le temps de communication avec le serveur internet, situé je suppose aux Etats-Unis. D’autre part, une fois qu’on a compris le fonctionnement des tests, c’est très facile de tricher. J’ai essayé, et ça a parfaitement marché.

Mais que voilà des tests qui pourront servir aux polices de la pensée, pour les examens d’embauche, l’évaluation du niveau de racisme des policiers ou des professeurs, pourquoi pas un examen d’admission à l’entrée de Durban II ?

Enfin, une émission sur France 3 cette nuit, où un présentateur de télé d’oririgne réunionnaise parlait des expériences de son enfance et de son adolescence, c’était très intéressant, mais à la fin il a eu cette remarque surprenante “le métissage va se développer de plus en plus dans le monde, et d’ailleurs je le souhaite.” L’intervieur ne lui a pas demandé pourquoi il le souhaitait… Comment peut-on souhaiter le métissage, aussi bien que la pureté de la race ? Le métissage n’est plus un phénomène naturel, déterminé par le hasard des rencontres et les choix sexuels de chacun, mais une obligation éthique ? Les individus ne sont plus libres de leurs choix affectifs, sexuels, esthétiques ? Ce n’est plus à moi de savoir si je préfère les femmes jaunes, blanches ou noires, mais je devrais obéir à des gens qui choisissent pour moi les races avec lesquelles je peux et je dois m’accoupler ? Dans la même émission, une coupure comme il y en a souvent de nos jours, pour des raisons qui échappent à la logique à moins qu’il n’y ait une idéologie qui les sous-tendent : un écrivain ou intellectuel quelconque, dont le nom n’est pas indiqué, antillais (je rappelle que le sujet de l’émission était plutôt La Réunion), qui déclare que pour lui, les antillais sont plutôt américains qu’européens. Jusque là pourquoi pas, le point de vue peut se défendre. Suite “Et donc nous devons réagir pour ne plus être victimes de la culture française.” Victimes de la culture française ? Victimes de l’esclavage, même si ça commence à dater, bon, admettons qu’on puisse le ressasser à nouveau.

Mais victimes de la CULTURE française ? C’est la première fois que j’entends ça ! Et pourtant Cyrano, tu es “payé pour savoir” à quel point j’apprécie les cultures, et en particulier les langues, régionales. Mais le créole dont beaucoup d’antillais sont si fiers, à juste titre à mon avis, ce n’est pas un créole du français ? Serait-ce un créole de l’anglais américain ? De l’espagnol mexicain ? Du portugais brésilien ? J’en reste encore baba. (Au rhum de Marie-Galante, mmmhhhh….)

Amitiés.

Vincent Maunoury

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.