Réflexion sur le traitement médiatique des événements iraniens

Publié le 29 juin 2009 - par
Share

Je viens de lire les titres de la nouvelle édition de RL du week-end consacrée à l’Iran.

Et j’ai lu hier l’article ci-dessous publié par Comité Valmy (tu sais ce que je pense du Comité Valmy et de ses tendances islamo-gauchistes… mais c’est comme en tout, pour arriver à percevoir ce qui se trame derrière l’infaux, il faut lire sans préjugé et trier).

La perversion politique est devenue telle que, pour servir la géopolitique de leurs intérêts, les « gouvernances » sont capables de jouer l’humanitarisme libertaire et laïque en Iran et l’humanitarisme multiculturel en territoire occidental au point de discuter du bien fondé du port de la Burka en France.

Voici (ci-dessous le lien) une analyse qui ne manque pas d’intérêt et qui coïncide avec ce que je perçois dans « l’information » qui en est faite ici sur les grands médias. Celle-ci ressemble fort à de la propagande, du même bois que celle qui a précédé l’intervention de l’OTAN au Kosovo.
Cette analyse de James Petras est intéressante même si (souffrant des rigidités que confèrent l’ethnocentrisme marxiste) elle est aveugle sur certains points, notamment celui-ci : en Iran, la « réalité de classe » est différente de celle exposée par le marxisme.

Il est toutefois intéressant et encourageant de constater, dans l’analyse des derniers scrutins iraniens, que l’ethnicisme n’est pas assez déterminant pour assurer le positionnement électoral de populations pourtant structurées par le tribalisme.

Remarquons au passage combien cette ouverture d’esprit des populations iraniennes semble déconcerter et décevoir nos « gouvernances » ! Ce qui est logique vu que c’est par le tribalisme communautariste qu’elles espèrent en finir avec la démocratie et contrôler un « nouveau peuple européen » (modifié par l’immigration de populations sans culture démocratique).

La « réalité de classe » est spécifique en Iran parce qu’elle s’accorde à ses traditions.

Remarquons au passage que le « populisme » dans ce contexte iranien est valorisé par cet article quand il aurait sans doute été diabolisé, sans autre analyse des souffrances populaires qu’il exprime usuellement dans nos urnes…

Mais on peut voir que si ce « populisme » permet à la majorité des iraniens d’opter pour des représentations politiques qui défendent les intérêts des classes populaires (contre les aspirations de celles les plus privilégiées), ces représentations sont aussi porteuses des signes ostentatoires des fixations traditionnelles. Les résultats des scrutins soulignant l’attachement de la majorité de la population iranienne à ses moeurs.

Nous en déduirons que ce ne sont en aucun cas les déficits démocratiques, « humanitaires », la bipartition sexuelle, dévaluation de la femme…qui font problème aux ploutocrates qui gouvernent nos ex-démocraties occidentales.

Ce sont les aspirations des peuples à préserver leur mode de vie et leurs traditions (quels qu’ils soient) qui dérangent leurs projets géopolitiques de gouvernance mondiale, et d’accaparement des ressources.

Ainsi en est-il du conservatisme du peuple iranien qui vient de réélire massivement Ahmadinedjad. Lequel ne dérange les « gouvernances mondiales » que par son refus d’obtempérer à leurs ordres.

Il en est de même de l’attachement des peuples occidentaux à la démocratie et notamment celui du peuple français aux valeurs républicaines et à la laïcité qui dérangent les « gouvernances mondiales » parce que ces valeurs constituent un obstacle à l’instauration du totalitarisme économique, procédure de sauvegarde d’un capitalisme devenu aussi délétère que moribond.

Victor Hallidée

La réalité de classe et la propagande impériale – Iran: Le bobard de l’ « élection volée »

par James Pétras

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article307

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.