Remarquable documentaire de France 5 sur l’évolution du vivant, pour le bicentenaire de Darwin

Publié le 16 février 2009 - par - 5 655 vues
Share

On doit saluer chaleureusement l’heureuse initiative de la chaîne télévisuelle France 5, qui a diffusé ce 9 février 2009, à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Charles Darwin (1809-1882) un documentaire (1) très pédagogique sur la classification des êtres vivants, vue selon les conceptions actuelles de la phylogénétique et de l’évolution.

Vincent Gaulier et Denis Van Waerebeke, les auteurs de ce documentaire font un tour d’horizon des multiples et incohérents systèmes de classification des êtres vivants ayant été utilisés jusqu’ici, (dont l’un, surréaliste et hilarant, a été relaté par Borgès) (2). Après avoir expliqué clairement la notion d’espèce vivante, ils relatent avec talent l’apparition progressive d’une méthode scientifique dans ces classements des espèces, avec en particulier l’apport de Cuvier, puis la révolution conceptuelle de Darwin. Ils en arrivent à la classification phylogénétique du vivant (3) (4), qui se distinguent de toutes les autres parce qu’elle est justement la seule à être basée sur l’analyse scientifique rigoureuse des relations d’évolution des êtres vivants les uns par rapport aux autres.

Les auteurs du documentaire font une analyse critique de l’anthropocentrisme des »arbres d’évolution » qui sont couramment utilisés dans les écoles, arbres dans lesquels les êtres vivants sont représentés « du moins évolué au plus évolué » , avec les bactéries puis les amibes en bas de l’arbre, jusqu’au vertébrés en haut de l’arbre avec les « poissons » puis les amphibiens et les « reptiles », puis les mammifères et l’homme au sommet, vision anthropocentrique qui risque d’introduire des idées fausses dans l’esprit des enfants.

A cette vision anthropocentrique de l’évolution, il préfère introduire une nouvelle représentation, issue d’un constat simple : toutes les espèces existantes à l’heure actuelle sur terre sont également évoluées, puisqu’elles sont toutes sans exception le résultat d’environ 3,6 milliards d’années d’évolution à partir de LUCA (last common universal ancestor)(5) terme désignant un organisme primitif, entité théorique à l’origine de tous les êtres vivants actuels.

Autrement dit, la moindre bactérie actuelle sur Terre a, depuis cet ancêtre commun, autant évolué que l’homme. En effet, un organisme évolué n’est pas nécessairement un organisme complexe.
A l’arbre de l’évolution « classique » tel qu’il est encore à tort enseigné aux enfants, est préférée une représentation « moderne » en forme d’arbre sphérique d’allure fractale. A la surface de cette « sphère » sont situées les extrémités des branches les plus petites de cet arbre, c’est à dire chacune des espèces vivantes présentes actuellement sur notre planète, quelle qu’en soit la complexité biologique. Sur la surface de cette sphère , les vertébrés ne représentent qu’une portion extrêmement réduite, et l’espèce humaine est une espèce parmi des millions d’autres !

Les auteurs du documentaire se lancent ensuite dans un voyage évolutif à l’envers en partant de l’espèce humaine , ils se dirigent progressivement vers le centre de cet « arbre sphérique ». A chaque bifurcation d’une branche de l’arbre en deux rameaux correspond d’un côté l’apparition d’une innovation évolutive, et de l’autre côté l’absence d’apparition de cette innovation. Ainsi est démontrée l’erreur scientifique qui consiste à parler de « poissons », terme qui, actuellement, n’a plus la moindre valeur scientifique. Parmi les « poissons » actuels, certains (les requins et les raies) n’ont pas bénéficié de l’innovation « apparition du tissu osseux » alors que d’autres , les « poissons osseux » , tels que les maquereaux ou les soles , sont pourvus de cette innovation, et, en cela, ils sont dans le même rameau évolutif que nous, qui sommes également pourvus de tissu osseux, alors que les requins et raies ont « bifurqué » antérieurement.

Dans cet arbre, de nombreuses branches ne parviennent pas à la surface de la sphère, ce sont groupes d’êtres vivants disparus sans descendance, ce qui n’est d’ailleurs pas le cas des dinosaures, contrairement à l’idée couramment admise , puisque tous les oiseaux actuels ont « bifurqué » à partir des dinosaures !

Arrivés au « centre » de cet arbre évolutif (« LUCA »), nous avons les trois branches principales de cet arbre : les bactéries , les archées et les eucaryotes (êtres vivants dont nous faisons partie et dont les cellules comportent l’innovation « cellules comportant un noyau »).

Cette représentation « sphérique » non anthropocentrée de l’évolution des êtres vivants et de la classification qui en résulte est un bouleversement conceptuel analogue à celui que fut l’abandon du système géocentrique en cosmologie. Nous nous sommes maintenant faits à l’idée que nous habitons la troisième planète autour d’une étoile banale, située dans le tiers externe d’un bras galactique d’une galaxie banale de centaines de milliards d’étoiles dans un univers de centaines de milliards de galaxie, dont aucune n’est plus « centrale » que les autres. De même il faut nous habituer au fait que nous sommes, dans l’ensemble des êtres vivants, une espèce faisant partie d’un minuscule groupe d’espèces, les vertébrés, qui ne représente qu’une petite fraction des espèces vivantes sur Terre, chacune d’entre elles ayant autant évolué que les autres, depuis autant de temps , même si toutes n’ont pas évolué en complexité.

Si les conceptions modernes de l’univers sont à peu près correctement enseignées à l’heure actuelle, telle n’est certainement pas le cas de la classification phylogénétique du vivant. On persiste par exemple dans l’enseignement à parler de concepts obsolètes tels que « les poissons » , »les reptiles » et « les invertébrés », et on continue souvent, dans les manuels scolaires et dans les ouvrages de vulgarisation scientifique destinés à la jeunesse à représenter les espèces vivantes sous la forme d’un arbre dont les êtres unicellulaires seraient « à la base »et l’homme « au sommet ». Cette représentation erronée, associée à une mauvaise connaissance, chez bon nombre de professeurs des écoles, de ce qu’est réellement l’évolution et des principes de la classification phylogénétique du vivant, facilite malencontreusement le travail de ceux qui contestent l’évolution et veulent imposer l’enseignement de l’intelligent design à égalité avec le darwinisme dans les écoles collèges et lycées.

Un effort considérable de modernisation des programmes de sciences naturelles et de formation du corps enseignant , en particulier dans le primaire doit être entrepris, afin que dès l’école primaire, les enfants acquièrent une représentation moderne du monde vivant, conforme aux données acquises de la science, représentation qui leur permettra de résister efficacement aux sirènes des propagandistes du créationnisme et de l’intelligent design. Pourquoi, en attendant, n’organiserait-on pas la diffusion de cet excellent film de vulgarisation dans toutes les classes de collège, comme prélude à l’enseignement de l’évolution ?

Pour ceux qui voudraient approfondir leurs connaissances sur la classification phylogénétique du vivant, je ne saurais trop conseiller la lecture, peut-être un peu ardue chez les néophytes en matière de biologie, de l’excellentissime ouvrage de référence dans le domaine : classification phylogénétique du vivant , de Guillaume Lecointre et Hervé Le Guyader (éditions Belin). Cet ouvrage magnifique fait le point sur les données acquises de la science dans le domaine, sans faire l’impasse sur les difficultés non encore résolues. (6) Une deuxième diffusion du documentaire « espèces d’espèces » aura lieu en principe le mercredi 18 février à 1 h 05 sur France 5.

Docdory

(1)
http://videos.france5.fr/video/iLyROoafJXQ-.html

http://www.programme-tv.net/culture-infos/1356341-especes-d-especes/

(2)
http://www.echolaliste.com/l1105.htm

(3)
[http://fr.wikipedia.org/wiki/Phylogénétique->http://fr.wikipedia.org/wiki/Phylogénétique]

(4)
[http://fr.wikipedia.org/wiki/Classification_phylogénétique_du_vivant->http://fr.wikipedia.org/wiki/Classification_phylogénétique_du_vivant]

(5)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Last_universal_common_ancestor

(6)
http://www.editions-belin.com/ewb_pages/f/fiche-article-la-classification-phylogenetique-du-vivant-6782.php

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.