René Galinier ne doit pas finir comme Gaston Malafosse

Publié le 20 septembre 2010 - par - 335 vues
Share

Il y a 5 ans déjà, Gaston Malafosse, paisible retraité, se suicidait dans sa cellule après 2 jours de détention. Son crime ? Avoir refusé de baisser les yeux devant des voyous, par ailleurs maghrébins, qui sèment la désolation et terrorisent la population de Bessan petite bourgade de 4000 habitants dans l’Hérault. Parce qu’il s’opposait à cette racaille, les « jeunes » qui la composent, pour faire un exemple, avait fait de lui une de leurs cibles privilégiées. Confronté à l’abandon des pouvoirs publics, Gaston a fini par être complètement excédé par les persécutions dont il était victime, et, ce qui devait arrivé arriva. Gaston s’arme, il ouvre le feu et blesse 5 personnes dont 4 jeunes d’origine marocaine (1).

Plus récemment, René Galinier, paisible retraité lui aussi, fait tranquillement sa sieste. Deux adolescentes roms pénètrent dans sa maison pour le voler. Tout comme ses voisins, René a déjà été victime de plusieurs cambriolages et, les pouvoirs publics n’ayant pas pris leurs responsabilités, il n’en peut plus. Conséquence, il se saisit de son fusil, tire et blesse les cambrioleuses.

Eu égard aux passés irréprochables de ces deux Citoyens, certains juges, comme ils le font trop fréquemment pour d’authentiques criminels (2), auraient pu les relâcher sous contrôle judiciaire dans l’attente de leurs procès. Las, dans notre pauvre France, les victimes doivent être punies lorsqu’elles se défendent. Pas de présomption d’innocence pour ceux qui ne se laissent pas voler, humilier, agresser.

Tout cela me rappelle étrangement un autre scandale : celui de l’affaire du « sang contaminé »…. Vous vous rappelez, les responsables n’étaient pas coupables….Dans les deux affaires qui nous préoccupent aujourd’hui, c’est exactement la même chose (à ceci près que les hémophiles n’ont pas tiré sur Edith Cresson…). Alors que les responsables de la situation sont les criminels, ce sont les victimes qui sont jetées en prison et donc coupables. Gaston y a perdu sa vie et René, malade, croupis en cellule en raison d’une manchette juridique plus que douteuse (3).

Alors, une question s’impose : les contrevenants sont-ils les seuls responsables de cette situation ? Evidemment non, et, comme le souligne le député Lionel Luca : « Chacun sait bien que le trouble à l’ordre public vient d’abord des retraités qui ont eu une vie de travail honnête que de jeunes voyous armés qui n’ont rencontré le travail que par hasard… chez les autres. Le maintien abusif du retraité de Béziers en prison ne peut s’expliquer que par des considérations, qui n’ont rien à voir avec l’objet invoqué… » Les responsables de cette situation sont également ceux qui prennent les décisions. Dans ce cas, comme le suggère ce communiqué, le décideur est (encore ?) un juge gauchiste dont l’idéologie déforme le Droit au détriment de la Justice (pour l’intégralité du communiqué voir le lien n°4).

Va-t-il falloir que, devant cet abandon des pouvoirs publics, les Citoyens finissent par se faire Justice eux-mêmes ? Beaucoup le pensent et, logiquement, d’autres passent à l’acte ! Pas plus tard qu’hier, suite à un cambriolage, un commando a enlevé et séquestré leurs voleurs (trois « jeunes » de Corbeil-Essonnes). Deux d’entre eux ont réussi à s’échapper, et, surs de leur impunité, devinez ce qu’ils ont fait ? Ils sont allés trouver la Police ! (5) Nul doute que les « justiciers » vont passer un très mauvais quart d’heure….

Que faut-il faire pour que la situation ne dégénère pas ? Je m’associe à ce que vient de déclarer le député Christian Vanneste suite à l’acquittement d’un gendarme qui a été persécuté par la Justice pour n’avoir fait que son devoir.
 » La décision de la cour d’assises de Draguignan apporte trois enseignements :

L’acquittement du gendarme rappelle à certains que la société n’est pas un jeu entre les délinquants et les forces de l’ordre. Celles-ci ont, dans le cadre de la loi, le monopole de la violence légitime. S’il faut toujours déplorer la mort d’un homme, on peut souhaiter que la décision de Draguignan contribue à restaurer l’autorité de la loi, et donc le recul de la violence illégitime.

L’acquittement a été prononcé par un jury populaire. Il s’oppose en cela aux étonnantes décisions de magistrats qui maintiennent en liberté un individu soupçonné de complicité dans l’affaire d’Uriage, et retiennent en prison René GALINIER qui a fait usage de son arme chez lui, et pour protéger ses biens.

Cet acquittement contribue donc à soutenir la thèse de la droite populaire suivant laquelle il faut, pour rétablir la confiance des français dans leur justice, donner plus de place aux jurys populaires dans les enceintes judiciaires, ou faire élire certains magistrats, comme le suggère à propos Brice HORTEFEUX. » (6)

Je crois que c’est la voix de la raison (surtout que, étant donné la colère qu’ont déclenchée ces scandales, il vaut mieux que ce soient les urnes qui sanctionnent l’action de la Justice, surtout pour certains juges….).

Francis Régnier

NB : concernant la tragédie de Gaston Malafosse, un reportage très intéressant a été réalisé et sa présentation (7 minutes) est disponible sur le lien en (1)

(1) http://fr.novopress.info/67016/video-dieu-fasse-que-rene-galinier-ne-finisse-pas-comme-gaston-malafosse/

(2) http://www.lepost.fr/video/2010/09/06/2208832_casino-d-uriage-le-braqueur-relache-hortefeux-indigne.html

(3) http://www.liberezrenegalinier.com/2010/09/rene-galinier-reste-en-prison-acharnement-judiciaire-contre-un-brave-homme/

(4)
http://www.medias-france-libre.fr/index.php/chroniques/25-communiques-politique/635-communique-lionel-luca-justice-aveugle-.html

(5) http://fr.news.yahoo.com/63/20100917/tfr-des-voleurs-enlevs-et-squestrs-par-l-019dcf9.html

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.