René Stadtkewitz : En Allemagne, notre nom est un programme, longue vie à notre liberté !

Publié le 21 décembre 2010 - par
Traduire la page en :

http://fr.sevenload.com/pl/H4i0W1y/500×408/swf</a&gt

Mesdames, Messieurs, chers amis,

Du fond du cœur je vous remercie pour l’invitation à Paris. Et je remercie les membres actifs de l’International Free Press Society pour la préparation. Cette conférence est un pas formidable de plus vers la mise en réseau des forces critiques de l’islam en Europe. Ces forces qui ne veulent pas permettre que les cultures de liberté du monde occidental soient amenées à disparaître, sans opposer de résistance. En faisant disparaître nos valeurs et nos traditions on nous ôte notre identité. L’immigration de masse constituée de couches sociales sans éducation en provenance de pays musulmans détruit les cultures d’Europe. Malgré cela, ce qui est à l’ordre du jour de la politique ce n’est pas la résolution des problèmes, mais comment mettre un terme à la critique. A l’automne, la transposition de la décision-cadre de l’Union Européenne 208/913 a été mise en oeuvre en Allemagne sans opposition. Elle réglemente la lutte pénale contre certaines formes et expressions du racisme et de la xénophobie. Toute personne qui critique la charia, une fatwa ou les hadiths [dires, faits et gestes de Mahomet] devra s’attendre à des sanctions. Par petits bouts notre liberté est remplacée par une censure et par une dictature de la pensée qui engagent des poursuites contre la liberté d’expression et la punie. Qu’on le veuille ou non, cela ouvre et aplanit la voie à l’islamisation de l’Europe.

Les Assises d’aujourd’hui posent la question de savoir ce qui est entrepris en Europe “pour défendre la laïcité et les valeurs de notre civilisation”.

Ma réponse se compose de deux volets :

D’une part je dis que c’est toujours trop peu. Car les politiciens des partis bien établis sont devenus apathiques. Ils ne voient plus de loin et n’ont plus la volonté de tirer des leçons du passé ni de façonner concrètement l’avenir au-delà d’une législature. Ils sont devenus aveugles, ils ont se sont accommodés et ils ne prennent pas conscience à quelle point notre Liberté est menacée. Il supposent que la démocratie va de soi et ils ont depuis longtemps commencé à détourner la démocratie au profit de leur maintien au pouvoir. Ils organisent des arrangements avec les têtes de pont d’une idéologie totalitaire et croient pouvoir, dès aujourd’hui, se mettre au diapason d’un nouveau peuple. Les mêmes erreurs ont été commises partout en Europe. Et, partout en Europe, les politiques ont du mal a s’avouer ces erreurs, car l’islamisation qui nous menace n’est pas tombée du ciel : son autorisation à été concoctée par des gens de chez-nous.

Même si la situation de départ est différente ici en France, par rapport à chez nous en Allemagne, les résultats sont comparables. Dès qu’il y a immigration en provenance de pays musulmans, le niveau de formation diminue, le chômage augmente, les conflits sont arrivés, des quartiers de la ville sont au bord de l’effondrement et, comme à Paris, à Malmö, on en vient à des confrontations très dures. C’est depuis longtemps que la police et les directeurs d’écoles sont dépassés par les évènements. Mais le réflexe standard des politiques est toujours le même : ils nous exhortent sans cesse à la tolérance et demandent toujours qu’on considère l’enrichissement qu’il y a dans tout cela. Finalement, tout le monde doit avoir compris que les cultures, les visions du mondes, mais aussi les religions ne sont pas toutes, pour ainsi dire, compatibles. Cela ne peut être surtout pas le cas lorsque l’une d’elles a l’ambition de dominer, lorsque l’une d’elles mène le djihad contre les autres.

Dans tous les pays occidentaux, il manque toujours aux politiques des partis dirigeants la capacité de saisir toutes les facettes du djihad. Ils ne s’aperçoivent pas que la guerre sainte est dirigée contre notre système de valeurs, contre notre liberté. Ils ne s’aperçoivent pas du djihad par l’immigration. Il ne s’agit pas aujourd’hui de combattants musulmans qui seraient aux portes de Vienne. Les combattants sont aujourd’hui au milieu de nos pays. Aujourd’hui, ils utilisent nos écoles, nos universités, nos banques notre système social et surtout notre tolérance et notre faiblesse pour nous combattre. Qu’on le veuille ou non.

Nous ne pouvons nous soustraire à ce djihad en fermant les yeux ou bien en nous persuadant que cela ne s’aggraverait pas tant que cela. Et comme Allemand je dis justement que nous n’avons pas le droit de recommencer les erreurs du passé. Nous devons admettre le défi et puis le relever. Relevons-le aujourd’hui en défendant nos valeurs, en défendant notre liberté et en disant que jamais l’islam politique ne fera partie des pays de l’Europe et que la loi islamique (la charia) ne pourra jamais remplacer notre système de droit. N’admettons pas le fascisme du 21è siècle dans notre pays. Secouons les politiques bien établis de leur sommeil.

Cher amis,

Je reviens à la question du départ „Que se passe-t-il en Europe?“. La deuxième partie de ma réponse est plus optimiste, car partout en Europe il se passe quelque chose. Partout en Europe des citoyens se lèvent et exigent de la politique. Partout en Europe des personnes intelligentes se rassemblent dans des organisations, éclairent les esprits et mettent à nu les buts politiques de l’islam. De nombreux blogs et forums ont vu le jour. Désormais, les informations sont partout disponibles. Chaque jour de nouvelles informations s’y ajoutent. Dans tous les pays d’Europe, de nouveaux partis sont constitués. Des partis qui s’opposent à l’islamisation et qui veulent préserver l’identité de leurs peuples.

Une chose leur est commune : leurs membres viennent du milieu de la société.

Avec des amis j’ai fondé en Allemagne le parti DIE FREIHEIT (LA LIBERTÉ). Quatre semaines après, nous avons pu déjà saluer notre millième adhérent. Nous changerons la politique en Allemagne. Nous allons arrêter la ruine programmée des valeurs et nous mettrons un coup d’arrêt à l’islamisation. Nous empêcherons la division de la société entre croyants et non-croyants. Nous mettrons fin à l’immigration. Nous exigerons l’adaptation à notre système de valeurs et nous chasserons du pays toutes les organisations d’islamistes dirigées à partir des pays musulmans. Nous interviendrons dans le processus d’islamisation imposée aux petits enfants et nous ne permettrons pas que des filles de dix ans viennent déjà à l’école avec un foulard sur la tête. Nous n’attendrons pas plus longtemps, jusqu’au réveil des partis bien installés. En tant que pays le plus grand en Europe, nous veillerons à ce que l’Europe desserre l’étau de politiciens corrompus et de destructeurs de civilisation. Nous lutterons pour un avenir où les citoyens pourront vivre libres, sans tutelle ; pour un avenir où le pouvoir provient enfin du peuple et non pas de dictateurs et d’oligarques. Nous casserons la dictature bureaucratique de l’Union Européenne. Nous transformerons l’Union Européenne en une communauté contractuelle forte constituée de peuples libres et souverains. Chacun de nous doit faire ses devoirs à la maison, dans son pays, mais c’est seulement ensemble que nous pouvons empêcher l’islamisation de l’Europe.

Notre nom est tout un programme – Longue vie à notre Liberté !

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi