Repas halal dans les cantines scolaires : lettre à M. Jacques Bigot, maire l’Illkirch

Publié le 8 juillet 2008 - par - 1 177 vues

A l’attention de Monsieur Jacques Bigot,

Maire d’Illkirch

Monsieur le Maire,

L’édition des Dernières Nouvelles d’Alsace du 28 juin dernier nous apprend qu’il y aura à la rentrée scolaire prochaine des repas halal dans les cantines scolaires.

En tant que président de l’Union des Familles Laïques de Strasbourg, je ne peux que m’élever contre cette mesure de préférence religieuse au sein de l’institution scolaire.

Contrairement à ce qu’énonce votre adjoint Jean-claude Stammbach qui avance le principe de « justice sociale » pour justifier cette décision, la préférence religieuse est source d’inégalités et d’injustices sociales. En séparant les enfants à la cantine, vous accompagnez le travail des intégristes de leurs quartiers dont l’objectif est de cloisonner la population d’abord par l’alimentation, puis par le sexe, la couleur, la religion, l’obédience au sein d’une même religion…

L’école de la République Monsieur le Maire n’est pas un lieu où l’on créé les différences, mais c’est un lieu où on les efface.

L’argument de Monsieur Bernard Luttmann, votre adjoint chargé aux questions scolaires est encore plus édifiant. Toujours pour justifier la décision de votre conseil municipal de faire pénétrer les préceptes religieux au sein de l’école de la République, Mr Luttman fait un parallèle avec l’héritage chrétien : « Les cantines ont bien servi pendant des années du poisson le vendredi et des épinards le jeudi-saint ». Cet argument préconisant le copier-coller est d’une dangerosité extrême. En effet ce n’est pas parce que l’institution publique s’est laissé un temps berner par le christianisme, que la pénétration des préceptes religieux doit devenir la norme. Au contraire il faut savoir corriger ses erreurs.

Enfin, Monsieur le Maire, j’avoue que j’ai été stupéfait par vos propos sur lesquels certainement vous allez revenir. En triturant la révolution française, vous faites un parallèle entre la citoyenneté des juifs de l’époque et celle des musulmans d’aujourd’hui. Vous espérez ainsi que « nos enfants musulmans seront de bons citoyens ». Vous commettez-là deux erreurs fondamentales :

1- Vous supposez que les juifs n’étaient pas « de bons citoyens » avant la révolution française, alors qu’en réalité c’est le contraire. Par son statut d’individu errant, le Juif n’avait que le choix d’être bon citoyen.

2- Aujourd’hui les musulmans sont des citoyens comme tous les autres.
Espérer comme vous le faites qu’ils « seront de bons citoyens » est la preuve que vous pensez qu’ils ne le sont pas encore.

Monsieur le Maire, bien que vous ayez été élu à Illkirch, ville du
département concordataire qu’est le Bas-Rhin, il vous sied en tant que
socialiste de tirer votre agglomération vers plus de progressisme. Vous
en aurez que plus de mérite.

Aussi, Monsieur le Maire, je souhaite savoir quelle suite vous allez
donner à cette affaire qui met à mal le camp de gauche illkirchois.

En attendant votre réaction que nous ne manquerons pas de diffuser
auprès de nos membres et sympathisants, je vous prie de croire, Monsieur le Maire en mes respectueuses salutations,

Kébir JBIL

Président de l’UFAL Strasbourg

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi