Réponse à René Le Cocq : la laïcité n’est pas l’athéisme

Publié le 26 mai 2009 - par - 548 vues
Share

Bonjour Monsieur,

j’ai lu avec intérêt votre page
http://www.ripostelaique.com/Premier-bilan-de-la-campagne-d.html

Je voudrais vous préciser que l’on peut être laïque, anti-clérical et républicain sans être athée.
La laïcité n’est pas l’athéisme.

Ce sont les protestants de France qui se sont le plus battus pour obtenir la laïcité en France. Pas les athées. Je vous invite à vous renseigner sur Paul Rabaut, les prisonnières de la tour de Constance, les Camisards, les galériens, Rabaut Saint Etienne, Henri Dunant, François Guizot et d’autre héraults protestants de la laïcité. Ils se sont battus jusqu’au sang pour obtenir la liberté de conscience.

Je pense donc qu’il ne faut pas confondre les combats. Que l’on s’oppose à l’hypocrisie et aux manigances du Vatican ou de l’islam (et de tous les
intégrismes!) est une bonne chose: je suis avec vous dans ce combat. Mais de grâce ne dirigez pas vos flèches sur Dieu…

L’athéisme (foi en la non-existence d’un Dieu créateur et en une certaine « génération spontanée ») est une croyance comme une autre (voir développement de ce sujet sur mon site http://www.info-bible.org/faq/existe.htm ), et ne mérite pas de position privilégiée dans l’espace laïque républicain.
Certaines sectes des plus dangereuses sont d’ailleurs « athées » (Raël, scientologie,…).

L’athéisme n’est pas gage d’impartialité en matière de foi!

L’athéisme ne vous apportera aucune espérance: ni joie, ni paix. Si l’on en croit Ravi l’écrivain Zacharias:
« L’athéisme procure toutes les raisons de devenir immoral et il n’a aucune référence objective pour condamner le choix de l’immoralité. Tout athée qui mène une vie morale, vit simplement mieux que ce que sa philosophie lui enseigne. »

Les divers problèmes que vous traversez (travaux, santé, famille, informatique, etc…) peuvent aussi être des façons qu’à Dieu d’essayer d’attirer votre regard vers Lui. Si vous étiez indifférent à Dieu, iriez vous coller ainsi des affiches contre Lui? Je ne le pense pas.

Le Dieu de la Bible a parlé à des générations de croyants et leur a apporté cette espérance paisible et les a soutenu dans leur action sociale.
L’athéisme ne vous apportera aucune espérance: ni joie, ni paix.
L’inquiétude ne disparaitra pas par de vaines invocations, et vous profiterez de la vie… seulement le temps que Dieu vous en laissera la latitude.

Vous savez peut être que les protestants sont anti cléricaux. Leur religion et leur Pape c’est la Bible.
Je vous offre donc un texte de l’écclésiaste (Bible) à méditer:

Je me suis dit en moi-même : « Va donc, teste les plaisirs, et goûte à ce qui est bon. » Mais cela aussi est dérisoire. Puisque mon sort va être le même que celui de l’insensé, quel avantage me procure alors toute ma sagesse ? » Et j’ai conclu en moi-même que cela aussi était dérisoire.
Car on ne se souviendra pas longtemps du sage, pas plus que de l’insensé et, dans les temps à venir, tous deux tomberont dans l’oubli. Car le sage mourra aussi bien que l’insensé. Alors je me suis mis à haïr la vie, car tout ce qui se fait sous le soleil m’est apparu détestable, parce que tout est dérisoire : autant courir après le vent. J’ai fini par prendre en dégoût tous les travaux que j’avais accomplis sous le soleil et pour lesquels je m’étais donné tant de peine, parce que je devrai tout laisser à mon successeur. Et qui peut savoir si mon successeur sera sage ou sot ?

Pourtant, c’est lui qui disposera de tout ce que j’ai acquis sous le soleil par mon labeur et par ma sagesse. Cela aussi est dérisoire.
Car, que restera-t-il à l’homme de tout son labeur et de toutes ses préoccupations pour lesquels il s’est donné tant de peine sous le soleil ?
En effet, toutes ses journées ne sont que tourment, et ses occupations ne lui apportent que des souffrances. Même la nuit, il ne trouve pas de repos.

Cela aussi est dérisoire. Il n’y a donc rien de mieux à faire pour l’homme que de manger, de boire et de jouir du bonheur au milieu de son labeur. Mais j’ai constaté que cela aussi dépend de Dieu.

J’ai encore constaté autre chose sous le soleil : à la place du droit, il y a la méchanceté, et à la place de la justice, il y a la méchanceté. Je me suis dit en moi-même : « Dieu jugera le juste et l’injuste, car pour chaque chose et pour chaque acte, il y a un temps pour le jugement. » Je me suis dit en moi-même que Dieu éprouve les hommes afin de leur montrer qu’ils ne valent guère mieux que les bêtes. Car, après tout, le sort des humains est identique à celui des bêtes. Ils meurent les uns comme les autres. Un même souffle les anime tous. L’homme n’a aucun avantage sur l’animal, car tout passe. Tout va vers une même destination : tout a été tiré de la poussière et tout retourne à l’état de poussière.

J’ai compris qu’il n’y a pour l’homme rien de bon sinon de jouir de ses oeuvres, car telle est la part qui lui revient. En effet, qui donc le fera revenir pour qu’il voie ce qui sera après lui ?

Qui aime l’argent n’en aura jamais assez. Doux est le sommeil du travailleur, qu’il ait peu ou beaucoup à manger, mais l’abondance du riche l’empêche de dormir. J’ai vu sous le soleil une calamité affligeante : il arrive que les richesses conservées par un homme fassent son malheur. Il est sorti nu du sein de sa mère, et il partira comme il est venu, sans emporter dans ses mains une miette du fruit de son labeur. Qu’il reparte comme il était venu est aussi un mal affligeant. Quel avantage y a-t-il donc à travailler ainsi pour du vent ? Sa vie durant, ses jours s’écoulent bien sombres, pleins de chagrins, de souffrances et d’amertume. Voici ce que j’ai constaté : le bonheur qui convient à l’homme est de manger, de boire et de jouir de ce qui est bon au milieu de son travail qui lui donne tant de peine sous le soleil, pendant les jours que Dieu lui donne à vivre ; c’est là ce qui lui revient. En effet, si Dieu donne à un homme des richesses et des biens, et s’il lui accorde la possibilité d’en profiter, de retirer ce qui lui revient et de trouver de la joie dans son travail, c’est un don de Dieu.

Car lorsque Dieu remplit son coeur de joie, cet homme ne s’appesantit pas sur sa vie.

http://visionneuse.free.fr/?ref=ecc1

La « rebellion » contre Dieu que vous manifestez par ces « placards » est « naturelle » (instinctive) et très commune mais elle n’a rien à voir avec le noble idéal de la laïcité.
Merci de m’avoir lu.

Vive la République, A bas la calotte.

Daniel ODDON

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.