Réponse au dossier du Monde Diplomatique, sur l’offensive des extrêmes droites en Europe

Publié le 10 janvier 2011 - par
Share

Une vision hémiplégique de la réalité ?

J’ ai lu avec intérêt dans le Monde diplomatique de janvier 2011, votre dossier sur l’offensive des extrêmes droites en Europe. Un certain souci d’objectivité y apparaît. Mais vous ne répondez pas complètement à la question que beaucoup d’entre nous se posent : pourquoi la montée de ces droites et pourquoi une de leur cibles est la dénonciation d’un islam ostentatoire ? On ne peut plus s’en tenir aux explications convenues de la mondialisation et du racisme supposé des peuples.

Comme pièce au dossier, un événement méritait pourtant d’être évoqué, au delà de la phrase expéditive que vous lui consacrez : les assises sur l’islamisation de l’Europe le 18 décembre à Paris. Il y avait là matière à réflexion. Il se trouve que j’y ai assisté et y suis intervenue. Je ne me range cependant pas à l’extrême droite, mais à gauche, en tant que féministe dite historique. La majorité des gens de la salle se réclamaient de la gauche, tout comme à la tribune il y avait un échantillon varié de sensibilités politiques. Et voilà que ce millier de personnes si diverses se retrouvent rangé à droite. Si vous aviez assisté à cette réunion, vous auriez constaté par vous même que les idées préconçues sont toujours fausses, vous en auriez eu la preuve suivante : quand j’ai évoqué mon combat pour l’avortement libre, une partie de la salle m’a huée, alors que la majorité applaudissait.

Pourquoi ne faites vous aucune différence entre les deux organisateurs de l’événement, parmi d’autres ? le Bloc identitaire, classé à droite et Riposte laique, revue en ligne fondée par Pierre Cassen et où écrivent des gens venus des différents horizons de la gauche. Riposte est loin d’être un groupuscule, elle a 30000 abonnés, la diffusion sur internet des assises a attiré 700000 visiteurs.

Il y avait là comme une amorce de recomposition du paysage politique de notre pays. Plutôt que de parquer à droite tous ces gens venus d’Europe et de France, ne faudrait il pas s’interroger sur ces alliances « contre nature », qui nous en rappellent d’autres ? La Résistance à l’occupation allemande s’est constituée en 1940, à partir du même genre de rapprochements apparemment contradictoires ? De la droite la plus nationaliste à la gauche la plus internationaliste, tous se sont retrouvés derrière un patriotisme qui «est non seulement le plus grand dénominateur commun, mais encore le creuset dans lequel viennent se fondre toutes les autres valeurs, ou presque», comme l’observe l’historien François Marcot

Or il y a de cela dans les alliances d’aujourd’hui. Il y a la même volonté de résistance. A quoi ? Ce serait selon vous, à l’imaginaire invasion de l’islam. « Grotesque, commente Dominique Vidal, comment 27 millions de musulmans imposeraient ils la charia à 500 millions de citoyens de l’Union ? » C’est méconnaître l’Histoire. Ce sont toujours des minorités qui ont conquis des empires. J’en prendrai comme exemple la conquête du nouveau Monde. Doit on rappeler que l’empire aztèque qui comptait des millions d’individus a été conquis en 1512, en deux ans, par 500 espagnols conduits par Cortes ? Et que l’empire inca qui s’étendait sur un tiers de l’Amérique du sud n’a pas résisté a la conquête menée par Pizarro, à la tête de quelques centaines d’hommes ? Ce n’est pas le nombre qui explique la réussite de la conquête, mais l’esprit de conquête. Face à des empires en déclin, terrorisés par les forces naturelles, la poignée d’espagnols a gagné, parce qu ’ils n’avaient pas seulement pour eux les armes à feu, mais surtout la confiance en leur civilisation et en leur foi. Ils se croyaient les plus forts, ils l’ont été.

Oser un parallèlle avec l’islam n’est pas incongru. L’Europe n’est plus du tout sûre de ses valeurs, c’est un ensemble de nations fatiguées, amollies par la facilité de vivre dans ce coin privilégié du monde, qui connaît la démocratie. Elle n’a plus la force de défendre ses principes, si chèrement acquis. En leur nom, elle est prête à des concessions dangereuses face à des minorités qui ne veulent plus s’intégrer, mais dont certains nourrissent le projet d’imposer ici des valeurs et traditions contraires aux nôtres. Leur progression se fait lentement, mais sûrement, par le biais de tout un ensemble de comportements : la ségrégation des femmes, reléguées au foyer, incarnée par le port de certains vêtements recommandés et d’autres interdits, la nourriture , le refus de la mixité, les revendications d’ordre religieux dans un pays laïque, la main mise sur certains quartiers, les prières hebdomadaires en pleine rue dans la capitale, au motif qu’il n’y aurait pas assez de mosquées. Il y en a 2353 en France. Un mépris de la France et de ses institutions s’affiche, sans complexe. Le refus de s’intégrer devient l’étendard décomplexé d’une partie des descendants issus de l’immigration. Et ce, avec la bénédiction aveugle des tenants suicidaires d’un antiracisme obtus, qui refuse de considérer cette réalité nouvelle.

Et tous de gober cette interprétation invraisemblable de la laïcité. La voilà devenue exclusivement respect des religions et non plus respect de la neutralité de l’espace public et de toutes les convictions, y compris l’athéisme. Ironie de l’Histoire : nos ancêtres ont bataillé des siècles pour séparer le religieux du public, et voilà qu’ une religion importée, s’impose au nom même de cette laïcité qui avait remis à sa place son homologue !

Comment voulez vous que devant ces comportements, beaucoup de nos concitoyens, quel que soit leur bord politique, ne soient pas excédés ? Le récent sondage sur la menace que représente pour 42% de français et d’allemands l’islam, le confirme. On ne pourra pas encore longtemps fermer les yeux sur les causes d’un telle peur et la taxer de raciste et xénophobe. On ne pourra pas continuer à ne pas voir que le racisme est désormais partagé, qu’il ne connaît pas la frontière de la couleur de peau, que la Faute ne revient pas seulement à l’occident et ses « méfaits », que l’appartenance à l’islam n’est pas qu’une appartenance religieuse, elle constitue un engagement de vie – on nait musulman.

Pourquoi nier la dimension conquérante et intolérante de l’islam ? Elle est inscrite dans le texte fondateur, elle est partout à l’œuvre dans le monde, et pas seulement par la minorité terroriste. Le constater ne relève pas d’une quelconque islamophobie, mais de la plus élémentaire honnêteté d’esprit. Dans un pays démocratique, pourquoi y a t il des sujets tabous, pourquoi doit avoir honte et peur de dire la simple vérité ?

Il faut en finir avec cette vision quelque peu hémiplégique de la réalité. Vous vous demandez comment les Pays Bas, terre de tolérance a pu ainsi évoluer. Et l’assassinat de Théo Van Gogh, et la persécution de Ayan Hirsi Ali, et une certaine chasse aux homosexuels, et la stigmatisation des juifs ? Des actes isolés ? Mais alors pourquoi les représentants de la communauté musulmane ne condamnent jamais ces actes ? Pourquoi ce silence complice ?

Cette liberté si chère d’expression que vous revendiquez pour la presse, vous ne devez pas la refuser aux citoyens que nous sommes. Nos opinions, nos actions, telles qu’elles sont, et non telles qu’elles vous apparaissent, ne peuvent se satisfaire des caricatures qu’on en fait. Le paradoxe est là : par peur de faire monter le FN, auquel cependant les médias sont ouverts, vous occultez ou dénaturez la parole de tous ceux, pas classables à l’extrême droite, qui tentent d’exprimer leur désarroi, leur déception de voir la gauche trahir ces idéaux, leur colère devant l’aveuglement et la complaisance de nombre d’élus. Ce n’est pas en taxant de populistes de telles réactions, que vous les empêcherez.

Je combats depuis plus de quarante pour l’égalité et la liberté des femmes, et donc des hommes. Ne pas tolérer ici, des pratiques et des traditions qui bafouent ce combat, est dans le droit fil de cet engagement. Il va bien au delà des catégorisations hâtives, qui ne rendent plus compte de la mutation des esprits.

Anne Zelensky

présidente de la Ligue du Droit des femmes, cofondée avec Simone de Beauvoir en 1974, et rédactrice de Riposte Laïque

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.