Retour sur l’odyssée du handball français

Publié le 1 février 2010 - par - 1 338 vues
Traduire la page en :

Aujourd’hui vous avez forcément tous entendu parler de l’excellence de notre équipe nationale de handball. Mais savez-vous comment tout a commencé ?

Retour sur l’odyssée du handball français

Longtemps, le handball français a végété et n’intéressait que des initiés et les professeurs de sport de l’éducation nationale. Ce sport n’était pas ou peu médiatisé et donc, pour bon nombre de joueurs, c’est à l’école de la République que l’on découvre le handball et sa pratique. C’est alors qu’un passionné, handballeur depuis toujours (il a commencé à jouer au handball à l’âge de 6 ans), Daniel Costantini, prend les rennes de l’équipe nationale en 1985 et décide de relever un immense défi : bâtir une grande équipe de France.

C’est avec lui et cette folle idée que commence l’odyssée des bleus. Il introduit de nouvelles méthodes d’entrainement et parcours la France pour repérer les talents. Sept ans plus tard, à la surprise générale, la France, habituée aux “bas des tableaux”, remporte le bronze des JO de Barcelone en 1992. C’est l’époque des “Bronzés” et c’est avec eux que le handball français voit naitre sa première star : Jackson Richardson (“Jack” sera le porte-drapeau de la délégation française aux JO d’Athènes en 2004, un honneur qui n’est pas donné à tout le monde !).

A compter de cette année, les bleus ne seront plus des figurants des grandes compétitions internationales. Au contraire. Régulièrement bien classés, les Bronzés devenus les “Barjots” décrochent l’or mondiale en 1995. C’est la première fois qu’un sport collectif français devient champion du monde ! Mais, malgré cette première, le “tout foot” reste la règle et nos Barjots dans l’ombre. Il faut attendre 2001 et l’organisation du mondial en France pour que le service public commence à s’intéresser chichement au hand et aux deuxième titre mondial des bleus, c’est l’époque des “Costauds”.

Pendant ce temps là, le foot domine toujours les médias. Grace au palmarès de l’équipe de France ? Pas vraiment. Ce sont plutôt les salaires mirobolants, le montant des transferts et la violence dans et autour des stades qui sont régulièrement à la Une ainsi que les matchs qui envahissent le petit écran. Daniel Costantini passe alors les commandes de la maison France à Claude Onesta. L’équipe de France, toujours très peu en vue dans les médias, connait alors un passage à vide après le départ de beaucoup de ses cadres et se reconstruit autour d’un noyau de joueurs d’expérience et de “petits nouveaux” qui feront parler la poudre et soulèveront des montagnes.

En 2006, c’est la fin de la traversée du désert pour nos Experts, la “machine” France est lancée ! La France gagne pour la première fois la coupe d’Europe. Mondial 2007, l’Allemagne organise un véritable hold-up pour l’emporter à domicile. L’arbitrage est truqué, les organisateurs allemands logent la manschafft à 5 minutes à pieds des gymnases quand les autres équipes doivent parfois faire jusqu’à 2 heures de car pour se rendre sur les terrains (certains joueurs allemands iront s’excuser auprès de leurs partenaires de club….). Dégoûtés, les Experts terminent quatrième. Mais, surs de leur force et fiers de leurs couleurs, les bleus vont relever la tête et bomber le torse. Direction Pékin et les JO 2008. L’état d’esprit de l’équipe est au beau fixe. Ils amènent leur joie de vivre et d’être ensembles dans le village olympique français. Sur le terrain, les Experts dominent les débats et mènent la danse pour ramener l’or olympique à la maison.

Pour l’anecdote, par solidarité avec son Capitaine Jérôme Fernandez sorti de la compétition dès le premier match sur blessure, ses partenaires exigeront et obtiendront du comité olympique qu’il soit sur le podium et qu’une seizième médaille (normalement la règle est qu’il n’y en a que 15) lui soit remise ! Chez nos handballeurs, on ne laisse pas tomber les copains ! Belle Valeur ! Plus rien ne va arrêter nos bleus qui ont déjà tout gagné. 2009, pour la troisième fois, les bleus se hissent sur le toit du monde en Croatie. Et, hier, en gagnant pour la deuxième fois l’Euro, la France, au son d’une Marseillaise chantée par toute l’équipe, entrait dans l’Histoire du handball international et dans la Légende du sport collectif français.

C’est en effet, la première fois que le mythique et inatteignable “triplé” (champions olympiques, champions du monde, champions d’Europe en titres) est décroché. Même la “grande URSS” et la “grande Suède” n’avaient pas réussi l’exploit de réaliser ce “grand chelem” ! Côté médias, cette fois çà s’est déchainé ! Le service public avait la pression et a diffusé “la finale pour le triplé” en direct mais d’une manière étonnante. Le commentateur de F2 a fait des erreurs crasses, il n’y a pas de “libéraux” au handball cher Monsieur, par contre il y a des “pivots”…. Heureusement qu’aux commentaires, l’ancien Capitaine des bleus, Olivier Giraud, était là pour apporter son expertise ! Le commentateur de F2, non content de ses erreurs, a également rapporté une autre ineptie qui n’est peut-être pas innocente….

En effet, le père de Nikola Karabatic n’est pas croate, il est Français d’origine serbe. Niko lui-même est né en Serbie dans la ville de Nis ! Mais, il est vrai que depuis pas mal de temps, les serbes ne sont pas en odeur de sainteté dans nos médias….Vous rendez-vous compte ? Un serbe….Une “chance pour la France” ? Surtout pas ! Pour en remettre une couche sur le service public, j’ai remarqué que contrairement à la rediffusion que j’ai pu voir sur une chaine privée, on entend bien peu les supporters français. En tout cas, sur F2 , on ne les entendait pas chanter à tue-tête la Marseillaise qu’ils ont entonnée plus d’une fois. Mystère de la technique ou tentative de manipulation politique ? En cette période de débat sur l’identité nationale, la question mérite d’être posée.

Pour conclure, je remercie nos Experts. Mais il faut aussi remercier tout ceux grâce à qui, par abnégation, par passion, par goût du défi, par fierté d’être Français, notre équipe nationale n’en serait pas là : les professeurs de sport, les clubs et les joueurs avec des moyens ridicules pour les premiers et des salaires misérables pour les seconds si l’on compare avec le fric que brasse le football français (pour des résultats largement inférieurs soit dit en passant). Il faut aussi remercier les autres équipes de handball (même l’Allemagne…) et leurs joueurs pour leur état d’esprit et pour le respect des valeurs du handball : fair-play, loyauté, engagement, solidarité, amitié, respect, générosité, etc.

J’adresse un clin d’oeil tout particulier à l’équipe tunisienne dont les supporters n’ont jamais sifflé la Marseillaise et se sont toujours comportés de manière exemplaire dans les gradins (et un clin d’oeil spécial à ces deux Messieurs du hand que sont le solide Hissam Tej et l’artilleur Wissem Hmam et qui font le bonheur du club de Montpellier aux côtés de notre Niko national). Et tant que j’y suis, j’invite Thierry Henry à venir jouer au hand, vous devinez pourquoi ? Parce qu’au hand quand on marque avec la main, on ne triche pas…..

Merci à la France ! Continue à nous faire rêver, à t’aimer et à nous garder fiers d’être Français !

Vive la France !

Francis Régnier

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi